Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Sonelgaz en pole position    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La voix écoutée de l'Algérie    17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Ce que dit un rapport US    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400m haies    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Coupe Davis (Groupe 3 - Zone Afrique): ''un tirage au sort équilibré" (Hakimi)    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Tournoi ITF-Pro W60 de San Bartolomé: Inès Ibbou qualifiée au 2e tour    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Le superbe lob d'Ismaïla Sarr avec Watford (Vidéo)    El-Bayadh: l'électricité ne sera pas coupée aux communes n'ayant pas payé leurs redevances    La Guerre de libération de l'Algérie, "un moment historique" pour la libération des peuples africains    Alger: Six harraga noyés, plusieurs autres portés disparus    Ignorance, inculture et suicide    NA Hussein Dey: Le maintien comme objectif    Quelle justice pour quel monde?    Un dernier délai ?    Constantine: Un mort et deux blessés dans une explosion de gaz    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'Algérie condamne l'agression des forces sionistes sur Ghaza    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Divergences sur l'assouplissement des réductions de l'offre
Réunion aujourd'hui de l'OPEP et ses alliés
Publié dans Liberté le 01 - 06 - 2021

L'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (Opep+) se réunissent aujourd'hui pour discuter de la situation des marchés actuels du brut, et de l'avenir de l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le mois de mai 2020 et qui devrait se poursuivre jusqu'en avril 2022.
L'ordre du jour de cette réunion est l'évaluation de la politique de l'alliance et son éventuel prolongement à compter du mois d'août.
Continuer sur sa lancée actuelle, qui prévoit d'assouplir les réductions de production au cours du mois prochain, ou plutôt s'en tenir au calendrier prudent convenu en avril. Face à l'accalmie de la crise sanitaire, les vingt-trois ont commencé à rouvrir les robinets plus largement début mai. Une stratégie progressive, par palier mensuel, qui, jusqu'à présent, a été définie jusqu'en juillet.
L'Opep et ses 10 alliés avaient décidé de mettre 350 000 barils par jour supplémentaires sur le marché, en mai et juin puis 441 000 barils en juillet. Côté demande mondiale, la tendance est à l'optimisme. Malgré le retour des restrictions de déplacement dans plusieurs pays asiatiques, frein à la consommation de pétrole, la demande devrait continuer à augmenter avec l'intensification des voyages d'été en Europe et aux Etats-Unis, assurent les analystes, et ce, grâce au déploiement rapide des vaccins dans ces régions du monde.
L'Opep fait également preuve d'optimisme quant à la reprise de la demande : l'organisation pétrolière a maintenu au début du mois ses prévisions et table sur un rebond de 6 millions de barils par jour cette année par rapport à 2020, à 96,5 millions consommés quotidiennement sur la planète.
Cela se ressent sur les prix, revenus ces jours-ci aux niveaux pré-Covid : le baril européen de Brent s'échangeait, hier, à un prix proche des 70 dollars quand son homologue d'outre-Atlantique, le WTI cotait autour des 67 dollars.
Il reste que l'issue de la réunion d'aujourd'hui ne semble pas actée puisque l'Arabie saoudite et la Russie défendront des positions différentes.
La première craint les conséquences de la crise sanitaire indienne, tandis que la seconde veut profiter de la hausse des cours. La Russie, chef de file des alliés, cherchera probablement à accélérer le rythme comme elle l'a fait depuis le début de l'année. Mais elle se heurtera sans doute à l'Arabie saoudite, poids lourd de l'Opep, qui, adepte de la prudence, est prompte à mettre dans la balance la résurgence des contaminations de Covid-19 en Asie. Par ailleurs, si elle est attentive à la demande d'or noir, l'Opep surveille aussi de près l'offre de ses concurrents, comme les Etats-Unis, premier producteur mondial, et de ses propres membres, un sujet de discorde récurrent lors des sommets ministériels.
Le groupe se prépare également à absorber dans un avenir plus ou moins proche un autre gros morceau : le retour sur le marché de la production iranienne, un point de discussion clé, estiment les analystes. En effet, si les pourparlers sur le programme nucléaire iranien aboutissent, la levée d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole en vigueur depuis 2018, ouvrirait la porte à une hausse de la production de près de 1,5 million de barils par jour si l'on compare le niveau actuel de Téhéran à celui d'il y a trois ans.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.