Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Divergences sur l'assouplissement des réductions de l'offre
Réunion aujourd'hui de l'OPEP et ses alliés
Publié dans Liberté le 01 - 06 - 2021

L'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (Opep+) se réunissent aujourd'hui pour discuter de la situation des marchés actuels du brut, et de l'avenir de l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le mois de mai 2020 et qui devrait se poursuivre jusqu'en avril 2022.
L'ordre du jour de cette réunion est l'évaluation de la politique de l'alliance et son éventuel prolongement à compter du mois d'août.
Continuer sur sa lancée actuelle, qui prévoit d'assouplir les réductions de production au cours du mois prochain, ou plutôt s'en tenir au calendrier prudent convenu en avril. Face à l'accalmie de la crise sanitaire, les vingt-trois ont commencé à rouvrir les robinets plus largement début mai. Une stratégie progressive, par palier mensuel, qui, jusqu'à présent, a été définie jusqu'en juillet.
L'Opep et ses 10 alliés avaient décidé de mettre 350 000 barils par jour supplémentaires sur le marché, en mai et juin puis 441 000 barils en juillet. Côté demande mondiale, la tendance est à l'optimisme. Malgré le retour des restrictions de déplacement dans plusieurs pays asiatiques, frein à la consommation de pétrole, la demande devrait continuer à augmenter avec l'intensification des voyages d'été en Europe et aux Etats-Unis, assurent les analystes, et ce, grâce au déploiement rapide des vaccins dans ces régions du monde.
L'Opep fait également preuve d'optimisme quant à la reprise de la demande : l'organisation pétrolière a maintenu au début du mois ses prévisions et table sur un rebond de 6 millions de barils par jour cette année par rapport à 2020, à 96,5 millions consommés quotidiennement sur la planète.
Cela se ressent sur les prix, revenus ces jours-ci aux niveaux pré-Covid : le baril européen de Brent s'échangeait, hier, à un prix proche des 70 dollars quand son homologue d'outre-Atlantique, le WTI cotait autour des 67 dollars.
Il reste que l'issue de la réunion d'aujourd'hui ne semble pas actée puisque l'Arabie saoudite et la Russie défendront des positions différentes.
La première craint les conséquences de la crise sanitaire indienne, tandis que la seconde veut profiter de la hausse des cours. La Russie, chef de file des alliés, cherchera probablement à accélérer le rythme comme elle l'a fait depuis le début de l'année. Mais elle se heurtera sans doute à l'Arabie saoudite, poids lourd de l'Opep, qui, adepte de la prudence, est prompte à mettre dans la balance la résurgence des contaminations de Covid-19 en Asie. Par ailleurs, si elle est attentive à la demande d'or noir, l'Opep surveille aussi de près l'offre de ses concurrents, comme les Etats-Unis, premier producteur mondial, et de ses propres membres, un sujet de discorde récurrent lors des sommets ministériels.
Le groupe se prépare également à absorber dans un avenir plus ou moins proche un autre gros morceau : le retour sur le marché de la production iranienne, un point de discussion clé, estiment les analystes. En effet, si les pourparlers sur le programme nucléaire iranien aboutissent, la levée d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole en vigueur depuis 2018, ouvrirait la porte à une hausse de la production de près de 1,5 million de barils par jour si l'on compare le niveau actuel de Téhéran à celui d'il y a trois ans.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.