Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Leçons d'un scrutin
élections législatives
Publié dans Liberté le 13 - 06 - 2021

Point de surprise : comme attendu, les Algériens n'étaient pas nombreux hier à se rendre aux urnes à l'occasion des législatives anticipées. Jusqu'à la mi-journée, les chiffres communiqués par l'Autorité indépendante des élections (Anie) confirmaient la tendance à la désaffection générale.
À 13h, le taux de participation était de seulement 10,2% à travers tout le territoire national. À 16h, il a légèrement augmenté pour atteindre 14,47%, selon les chiffres officiels. À l'heure où nous mettons sous presse, les nouveaux chiffres du taux de participation n'étaient toujours pas disponibles. Probablement en raison de la faiblesse de la participation, l'Anie a décidé en fin de journée de proroger d'une heure la fermeture des bureaux de vote en raison des conditions climatiques qui sévissent dans certaines régions. Comme de tradition, les taux les plus élevés de participation ont été enregistrés à la mi-journée dans les wilayas du sud du pays. La palme d'or revient à la wilaya d'Illizi avec un peu plus de 53% suivie de Tindouf, la ville garnison, (plus de 36%) et Tamanrasset (plus de 28%). Cette tendance des wilayas du sud du pays à participer massivement aux élections pourrait expliquer sans doute, a posteriori, le choix des autorités d'augmenter le nombre de wilayas dans cette vaste région du pays. Organisé dans un contexte politique tendu, sur fond d'un tour de vis sécuritaire, d'arrestations d'activistes et d'emprisonnements de hirakistes, de marasme économique et au terme d'une campagne électorale fade en dépit de la mobilisation des médias étatiques et des télévisions privées, le scrutin a confirmé les prédictions des observateurs : seuls les militants des partis participants, les proches des candidats et quelques réseaux souterrains ont accompli l'acte électoral.
Dans les grands centres urbains, particulièrement du nord du pays, les Algériens ont boudé massivement les urnes. Comme à Alger où selon nos reporters, les Algérois ne se sont pas bousculés au portillon des centres du vote. Autre projection qui consacre sans doute la rupture politique avec le pouvoir central : le boycott massif de la Kabylie. Après avoir enregistré une participation nulle à la présidentielle de décembre 2019, puis au référendum sur la Constitution en novembre 2020, la Kabylie a carrément tourné le dos au scrutin. Moins de 1% seulement des électeurs ont daigné voter. Dans plusieurs communes de cette région, les centres de vote ont fermé leurs portes dès le milieu de la matinée faute d'électeurs.
Ce "divorce", — quand bien même cette assemblée serait "représentée" par des députés issus des quelques centaines de votants —, ne manquera pas d'avoir à terme des implications politiques. Comment le pouvoir s'y prendra-t-il avec cette nouvelle donne et comment parviendra-t-il à rétablir les passerelles de la confiance ? Plus globalement comment s'accommodera-t-il avec un Parlement dont les signes montrent qu'il sera en déficit de légitimité ? Au terme de l'accomplissement de son devoir électoral, Abdelmadjid Tebboune a réitéré qu'il ne se souciait pas du taux de participation, façon peut-être d'anticiper sur le faible emballement des Algériens à un scrutin qui inaugure une autre séquence dans la crise qui se perpétue.
"J'ai déjà déclaré que le taux de participation ne m'intéressait pas. Ce qui m'importe est que ceux qui sortiront de l'urne détiennent la légitimité populaire qui leur permettra, demain, d'exercer le pouvoir législatif".
Karim K.
Taux de participation dans quelques wilayas
Constantine : 11,40%
Sétif : 12% (17h) et 20,87% (20h)
Tizi Ouzou : 0,72% (20h)
Béjaïa : 0,79% (20h)
Médéa : 15,65 % (17h)
Oran : 17,90% (20h)
Sidi Bel-Abbès : 16,16% (17h)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.