Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    En finir avec les «gamineries»!    Divindus chez Zeghdar    Beldjoud exige une accélération du rythme    Les professionnels du tourisme suffoquent    Les partis islamistes s'agitent    Des groupes pro-Iran saluent la «fin de la mission de combat» des Etats-Unis    Le temps que le péril passe    Osaka s'est éteinte à domicile    Benchabla battu en 8es de finale    Les Américaines passent en quarts    Le diktat des solariums a la peau dure    Un «ouf» de soulagement    Un plan d'urgence s'impose    «La famille de Barack Obama produira un film sur ma carrière...»    Henri Vernes est mort    Le livre aura son festival à Bouzeguène    Les spécialistes pointent les insuffisances    L'administration biden souhaite travailler avec l'Algérie    Un hôtel transformé en hôpital à Zéralda    Du nouveau pour l'importation des concentrateurs d'oxygène    La moudjahida Meriem Belmihoub Zerdani tire sa révérence    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    Lamamra s'entretient avec Hood sur les perspectives du règlement des crises dans la région    «Pourquoi pas un ministre-maire !»    Dekimeche s'en va, Hanniched promu    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Tebboune réitère son "niet"    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'urgence de faciliter l'acte d'investir
Détérioration du climat des affaires en Algérie
Publié dans Liberté le 24 - 06 - 2021

L'acte d'investir en Algérie est fortement handicapé par divers verrous clairement identifiés, mais qui attendent encore d'être levés.
L'investissement direct étranger (IDE) en Algérie reste "faible". Le constat vient du gouvernement lui-même. Dans son plan de relance économique 2020-2024, il relève que le pays attire très peu d'investissements directs étrangers dans la région Afrique du Nord, soit à peine 10% en 2019. L'essentiel de ces IDE se concentre dans le secteur de l'énergie et ne contribue pas à la diversification économique. Ceux-ci ont connu une baisse graduelle en passant de 2,3 milliards de dollars en 2010 à 1,38 milliard de dollars en 2019. Un désinvestissement a, même, été enregistré en 2015 après le choc pétrolier de 2014.
Dans son dernier rapport 2021 sur l'investissement dans le monde, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) relève que les flux des IDE à destination de l'Algérie ont enregistré une baisse de 19% en 2020, pour s'établir à 1,125 milliard de dollars contre 1,382 milliard de dollars en 2019. "Parmi les freins aux IDE dans les secteurs hors hydrocarbures, nous pouvons citer le climat des affaires, la réglementation sur le transfert des capitaux à l'étranger ou encore la loi imposant la participation d'une partie algérienne à un minimum de 51%" reconnaît l'Exécutif.
Le climat des affaires en Algérie est comme hostile à l'entreprise. C'est ce qui ressort nettement des différents classements internationaux où l'Algérie, dans ce domaine, figure toujours dans le peloton de queue. Le rapport Doing business de la Banque mondiale pour 2020, cité par le gouvernement dans son plan de relance, classe notre pays à la peu reluisante 157e position sur les 190 pays figurant au classement. Selon la Banque mondiale, l'Algérie devrait améliorer ses performances dans certaines catégories, notamment "les facilitations à la création d'entreprises", "l'obtention d'un permis de construire" et "l'obtention de prêt et transfert de propriété". L'acte d'investir est fortement handicapé par divers verrous clairement identifiés et qui, à ce jour, n'ont pas encore été levés.
Certes, les pouvoirs publics ont mis l'accent à travers la LFC-2020 et la loi de finances-2021 sur l'amélioration du climat des affaires et la stabilisation du cadre juridique de l'investissement. La règle 49/51 a été aménagée et ne sera appliquée qu'aux investissements stratégiques, corrigeant ainsi les dispositions de la loi de finances complémentaire de 2009. La suppression du plafonnement des participations étrangères au capital des sociétés locales et de l'obligation de trouver un partenaire local, ainsi que la possibilité de se financer à l'étranger, pourraient générer un surcroît d'IDE à terme.
Mais pour certains économistes, des questions essentielles subsistent comme celles liées à l'encadrement financier de l'investissement étranger, les blocages imposés aux transferts de dividendes, l'interdiction absurde des capitaux étrangers à la Bourse d'Alger, la question des prix de transferts, etc.
Améliorer le fonctionnement des marchés et lutter contre les circuits informels sont un autre aspect de l'amélioration du climat des affaires. "L'Algérie devra relever plusieurs défis majeurs dont celui de la diversification économique et celui de l'amélioration du climat des investissements, et réfléchir sur les voies et moyens permettant de mettre sur la bonne voie, dans les meilleurs délais, le processus d'un développement économique national résilient, inclusif et solidaire", prévoit le gouvernement. Mais ces bonnes intentions peinent à se traduire sur le terrain. Le nouveau code des investissements n'est toujours pas promulgué.
Dans son bilan d'activités pour le premier semestre de l'année 2021, le gouvernement évoque la finalisation d'un projet d'ordonnance, portant loi-cadre de l'investissement, qui a pour objet de fixer les dispositions régissant l'investissement, de définir les droits et obligations des investisseurs, les régimes d'incitations applicables aux investissements réalisés dans les activités économiques de production de biens et de services. Mais il ne donne aucune indication quant à sa promulgation et à sa mise en œuvre. L'Exécutif fait, également, état de la poursuite de la révision du cadre législatif et réglementaire régissant le foncier destiné à l'investissement. Sur ce dossier aussi, le gouvernement ne fournit aucune précision.
Entre-temps, aucun dossier d'investissement industriel n'a été étudié pendant plus d'une année a indiqué, récemment, le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli. L'activité du Comité d'assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation du foncier est bloquée, faute de texte d'application. "L'attente aujourd'hui est incompréhensible", a alerté le président de la CAPC.
C'est le cas aussi pour le Conseil national de l'investissement (CNI) qui ne s'est pas réuni pendant des mois. Selon le bilan du gouvernement, le CNI a tenu sa 95e session le 20 mai 2021, mais pour assainir des dossiers en suspens au niveau de l'Agence nationale de développement de l'investissement. Le malaise chez les opérateurs économiques est profond.

Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.