Instruction pour élargir la carte d'exploration de la baryte aux wilayas de l'extrême sud    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Doux leurre du MSP
Un pied au pouvoir, un autre dans l'opposition
Publié dans Liberté le 01 - 07 - 2021

L'option ne déroge pas à la ligne stratégique fixée par le défunt Mahfoud Nahnah : "Le juste milieu."
Après avoir entretenu un pseudo-suspense sur une éventuelle participation, le MSP a finalement renoncé à faire partie de la nouvelle équipe gouvernementale dont la mise en place devrait intervenir dans les prochains jours. Arguments avancés par son président, Abderrezak Makri : "Ce qui nous a été proposé ne permet pas d'influer sur la démarche politique."
Selon lui, la présidence de la République a proposé à son parti quatre portefeuilles ministériels, cinq tout au plus, dont les titulaires seront choisis parmi une liste de 27 noms que le MSP est convié à soumettre.
"On veut être au pouvoir et non pas être sa façade (...) On n'a pas trouvé de disponibilité pour débattre du sujet", a déploré Makri qui évoque, également, des "divergences" sur les mécanismes de "dialogue" sur les programmes. Aux yeux de ce responsable, connu pour incarner la ligne dure du parti, un adepte de la doctrine politique d'Ennahda tunisienne et de l'AKP turc, non seulement l'offre du pouvoir n'est pas à la hauteur des ambitions de sa formation, compte tenu de son présumé poids politique sur l'échiquier, mais il n'a pas aussi réussi à "marquer son territoire", c'est-à-dire porter sa vision politique au sein de l'Exécutif.
D'autant, suggère-t-il en filigrane, que son parti a été victime de la fraude et donc spolié de sièges qui auraient pu lui conférer une majorité parlementaire et, par ricochet, conduire le gouvernement. En refusant de siéger dans l'Exécutif dans les termes qui lui ont été proposés, le MSP vient confirmer en tout cas une constante chez le pouvoir algérien : les partis politiques ne sont que des faire-valoir, au mieux pour accréditer des changements cosmétiques, au pire apporter la caution à un programme, dans le cas présent, celui d'Abdelmadjid Tebboune, et à une démarche arrêtée en amont. Seraient-ce les seules raisons du renoncement ? A priori, le MSP, qui, faut-il sans doute le rappeler, a déjà "séjourné" au sein de l'Exécutif sous le règne du président déchu, n'a pas réussi à obtenir ce qu'il nourrit en catimini depuis longtemps, comme, du reste, tous les partis de la mouvance islamiste qui ont accepté le jeu politique : hériter de certains portefeuilles perçus comme stratégiques et vitaux pour leur idéologie, comme celui de l'Education ou encore des Affaires religieuses.
Mais au-delà, en évoquant les "évolutions et circonstances" qui ont contraint le parti à ne pas intégrer le gouvernement, le MSP semble redouter de se "mouiller" et de s'associer à la gestion des affaires dans une conjoncture assez critique marquée par une crise politique profonde, une économie en berne et une défiance populaire du pouvoir, comme l'a prouvé l'abstention record, et dont l'éventuel échec ne manquera pas d'avoir des conséquences désastreuses sur le parti, particulièrement en perspective des élections locales prévues dans quelques mois. Aussi, en enfilant de nouveau les oripeaux d'un "opposant" à l'intérieur du pouvoir, il escompte jouer l'interface entre le pouvoir et l'opposition pour construire son "consensus", d'où cette posture de "soutenir quelques aspects du programme de Tebboune" et de "décréter que le Hirak n'a pas atteint ses objectifs". Réussira-t-il son pari ? Pas si sûr, d'autant que ni le pouvoir ni l'opposition ne font confiance à un parti habitué à des volte-face. Même assis entre deux chaises, lui en tout cas, ne cache pas ses ambitions : "On arrivera sans aucun doute au pouvoir et notre position dans l'opposition nous qualifie pour ça."
Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.