Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement malien veut accélérer sa mise en œuvre
accord d'Alger pour la paix et la réconciliation
Publié dans Liberté le 19 - 07 - 2021

La mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d'Alger, connaît une nouvelle dynamique.
La mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d'Alger, connaît une nouvelle dynamique dans le sens de sa mise en œuvre. C'est en effet le commentaire qui est fait par la représentante de la Minusma, Joanne Adamson, qui estime que les progrès lents observés durant cette période dans le processus de paix en sont les principales causes, a rapporté la presse malienne.
"Depuis le début de la transition, nous assistons de nouveau à une dynamique qui redonne de l'espoir", at-elle indiqué lors des Journées d'information sur la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d'Alger, inaugurées mardi dernier 2021. Le CNT, la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) et d'autres acteurs maliens ont, à cette occasion, planché sur les moyens visant à accélérer la mise en œuvre de l'accord d'Alger et à contribuer à lever les obstacles pour sa mise en œuvre.
Le centre du Mali connaît également "une recrudescence de la violence orchestrée à la fois par des groupes terroristes et par des bandes armées qui, défiant l'autorité de l'Etat, procèdent au grand banditisme, aux assassinats ciblés et aux règlements de comptes", a-t-elle rappelé. Et ce, sans pour autant omettre de souligner que "la faiblesse de la présence de l'Etat ou parfois son inexistence fait de certaines parties du centre du Mali un terrain fertile à cette forme d'insécurité". Aussi, selon la représentante de la Minusma, "seule une approche multidimensionnelle peut prendre en charge la multiplicité des causes profondes de l'insécurité dans le Centre".
Selon les mêmes sources, Joanne Adamson a promis que la Minusma continuera à renforcer son appui aux forces armées maliennes et à soutenir la mise en œuvre des réformes envisagées dans le secteur de la défense et de la sécurité, afin d'accompagner le gouvernement dans ses efforts de rétablissement de son autorité sur l'ensemble du territoire.
Enfin, elle dira que le rôle du CNT est essentiel pour la poursuite de la mise en œuvre de l'accord pour la paix. L'objectif ultime de l'accord est de recoudre le tissu social malien, a estimé pour sa part le vice-président du CNT, Assarid Ag Imbarcaouane.
La Mali a connu trois accords de paix pour endiguer la crise sécuritaire née des rébellions : l'accord de Tamanrasset avec le MPA en janvier 1991 ; l'accord d'Alger de 2006 ; l'accord issu du processus d'Alger de 2015 ou accord de Bamako, dit accord d'Alger a également affirmé le président de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation, de la justice, des droits de l'Homme et des institutions de la République, Souleymane Dé. Selon lui, la situation sécuritaire du pays et les débuts de contestations de plus en plus grandissants de la présence des forces armées étrangères au Mali exigent la vulgarisation de l'accord pour la paix de Bamako et la levée des obstacles à sa mise en œuvre.
Dans ce sillage, une délégation du Conseil paix et sécurité (CPS) de l'Union africaine affirme avoir reçu des autorités de la transition au Mali des assurances que les élections présidentielle et législatives maliennes auront lieu à la date prévue par le calendrier officiel, soit fin février 2022.
À l'issue de sa rencontre avec les autorités de transition, la délégation du CPS de l'Union africaine s'est dit "satisfaite" des avancées réalisées dans le processus de transition au Mali et a promis de faire un compte rendu de sa mission aux chefs d'Etat africains qui statueront sur la situation dans ce pays pour voir quel soutien faut-il apporter aux autorités de la transition.
Pour autant, les chefs de la transition au Mali ont mis à profit leur rencontre avec la délégation du CPS de l'UA pour réclamer un appui technique et financier de l'UA, de la Cedeao et de l'ensemble des partenaires, notamment pour sécuriser le pays pour l'organisation des élections de février 2022.
AMAR R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.