Les indépendants à l'assaut des communes    La décontamination en débat    L'allocation chômage entrera en vigueur début 2022    Le Gouvernement s'engage    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    Des retards qui font mal    Le pari de la sécurité sanitaire    Tebboune tiendra sa promesse    Lamamra brille à New York    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Ajournement de plusieurs procès de hirakistes    Nombreuses et inquiétantes fuites d'eau à Ghebal    Des salaires à corriger    Le Ghanéen Laryea au sifflet    Algérie-Soudan les 20 et 26 octobre    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Avenir radieux pour le gaz ?    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    À quand le vrai bonheur?    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les campings de vacances interdits
RETOUR AU CONFINEMENT PARTIEL À DOMICILE À JIJEL
Publié dans Liberté le 22 - 07 - 2021

La wilaya de Jijel a retrouvé le lot des wilayas concernées par les mesures de confinement partiel à domicile, après l'avoir quitté il y a tout juste un mois. Le retour à ce confinement applicable de 23h à 4h dans 14 wilayas pour une durée de 10 jours dénote d'une situation épidémiologique qui s'est dégradée à Jijel et dans ces wilayas.
Pour ce qui est des mesures prises à l'échelle locale, c'est l'interdiction des campings de vacances qui a été annoncée par les services de la wilaya. Cette décision s'inscrit dans le cadre des batteries de mesures prises dès l'apparition des premiers signes d'une tendance haussière des cas de contamination par la Covid-19.
Cette tendance s'est traduite par le passage à un autre stade de la vaccination, consistant en la mobilisation des mosquées, qui se sont impliquées dans cette opération le jour de l'Aïd.
Les imams se sont également impliqués dans les campagnes menées tambour battant pour tenter d'éviter une dégradation de la situation épidémiologique. Ils ont, à ce titre, participé au lancement d'une campagne de sensibilisation sous la supervision du wali, Abdelkader Kelkel, avec la participation des services de sécurité et de la santé. Pendant ce temps, les personnels soignants continuent de faire face à l'admission de nouveaux malades dans les services hospitaliers débordant de cas suspects ou testés positifs.
Les données recueillies auprès de différentes sources augurent d'une situation qui nécessite davantage de vigilance et de respect des mesures de prévention, tellement, argue-t-on, les personnes contaminées sont de plus en plus nombreuses à consulter ou à se faire admettre dans les hôpitaux. Même dans le secteur libéral de la médecine, des praticiens font face aux mêmes données si on se réfère à ces nombreux malades traités en ambulatoire pour des symptômes de la Covid-19.
" Faute de tests PCR, je me base sur les symptômes cliniques de ces malades. Je les traite en ambulatoire, car il faut dire que les praticiens privés ont acquis de l'expérience dans la prise en charge de ces cas, ils sont dans le même front de lutte contre cette pandémie que leurs confrères du secteur public", réagit un médecin libéral.
Un autre fait part du même constat et affirme que "la situation est difficile eu égard à ces malades présentant des symptômes de Covid que je reçois dans mon cabinet". "Ce n'est pas toujours évident de se protéger et de protéger les malades qui nous sollicitent, dans un tel contexte où parfois, il n'y a que la bénédiction divine qui nous protège", lâche, sur un ton fataliste, notre interlocuteur. Ce dernier soutient, d'ailleurs, qu'il n'y a pas de données suffisantes pour connaître le nombre réel de ces malades sollicitant le secteur privé.

Amor Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.