La demande pétrolière appelée à fortement augmenter    Arrivée massive de harragas algériens en Espagne    Le procès en appel de Karim Tabbou renvoyé au 11 octobre    5 ans de prison pour le majordome du système    La valeur de la production agricole estimée à 98 milliards DA    Les travailleurs dans l'expectative    L'Allemagne tourne la page Merkel    Plus de 600 colons envahissent la mosquée Al-Aqsa    Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan    Vers le forfait de Slimani et de Benlamri face au Niger    4,8 millions de dinars à payer en guise d'amendes    Le CR Belouizdad en stage à Mostaganem    Le président Tebboune reçoit le chef du commandement de l'Africom    Benbouzid écarte l'éventualité d'une troisième dose de vaccin en Algérie    Un autre casse-tête pour les parents    Lancement des Journées du théâtre pour enfants et de marionnettes    Koeman et le Barça se rassurent    Les Canaris se préparent à Alger    Le FLN manquera des communes    Le PT tire la sonnette d'alarme    Le rôle positif de l'Algérie souligné à l'Assemblée générale    Flambée persistante et généralisée    Lancement d'un plan de wilaya pour promouvoir le tourisme local    Kamel Damardji intronisé au poste de président du CA    Hommage aux disparus    Liès Sahar est mort : il n'y a pas de perfidie savoureuse    Ils opéraient à El Hamri, Médiouni, Savignon et Bastille: Quatre dealers arrêtés, des psychotropes saisis    Tlemcen: Un réseau de vol de véhicules démantelé, 7 arrestations    Lamamra rencontre des membres de la communauté algérienne aux Etats-Unis    L'erreur humaine    Investissement: Plaidoyer pour la «colocalisation» et «l'intégration régionale»    Tlemcen: Le chantier de l'annexe du musée d'archéologie islamique bientôt relancé    Tébessa: Un site en quête d'aménagement    Que cherchent les américains à Alger?    67 Morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib    Des figures du «clan» à la barre    Le temps des réformes    Une satisfaction justifiée    Avocats et l'émouvant souvenir...    Quand l'Erma «défie» le président    Le tourisme «en panne»    Les jalons d'une nouvelle démarche    Brèves Omnisports    Hamilton victorieux cent et eau    Un verrou «débloqué»    L'école: le mausolée des charlatans    Le long fleuve algérie    Les éditeurs se préparent pour rebondir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À l'origine d'une crise !
Grande pression sur l'oxygène dans les hôpitaux
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 07 - 2021

Le nombre des contaminations au coronavirus et des cas sévères continue d'augmenter, provoquant une pression sur les structures de santé. Confronté à un flux grandissant des malades, les hôpitaux font face en même temps à une crise d'oxygène, consécutive, selon les spécialistes, à la hausse de la demande sur le produit en raison de la multiplication des malades nécessitant une assistance respiratoire, insuffisance d'obus et de cuves d'oxygène et des difficultés d'approvisionner tous les hôpitaux en même temps.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Les cris de détresse en provenance des hôpitaux où le personnel signale un manque d'oxygène se multiplient ces derniers jours, créant une grande pression sur ce produit. De nombreux cas de décès sont provoqués, selon des médecins et des témoins, par l'indisponibilité du produit et les perturbations en matière d'approvisionnement des hôpitaux.
Pourquoi alors une telle crise ? S'agit-il de l'insuffisance de la production ? De manque de moyens logistiques et de difficultés de distribution du produit ?
Les spécialistes évoquent trois raisons à l'origine de cette crise de l'oxygène. Il s'agit d'abord de l'explosion du nombre de cas de contamination et de malades nécessitant une assistance respiratoire, de la saturation au niveau des services Covid, ce qui a provoqué une explosion de la consommation. Certains intervenants affirment, en effet, que les besoins du pays en approvisionnement d'oxygène se sont multipliés par six.
Le besoin, explique-t-on encore, est d'autant plus important que les hôpitaux ont tous besoin en même temps de quantités importantes d'oxygène.
Il faut souligner que, selon des médecins, chaque malade sous assistance respiratoire nécessite 20 litres d'oxygène par jour.
À ce problème s'ajoute la faible capacité de stockage au niveau des structures de santé.
Selon des déclarations médiatiques du Pr Bekkat Berkani, président de l'Ordre des médecins, l'Algérie ne manque pas d'oxygène, mais de vecteurs d'oxygène.
«Nous ne disposons pas d'assez d'obus et de cuves d'oxygène, c'est-à-dire toute la logistique à mettre à la disposition des malades graves», a-t-il expliqué.
La troisième raison avancée pour justifier la tension sur l'oxygène est que la logistique, de transport notamment, ne suit pas, au moment où certains praticiens parlent d'un « manque terrible » de ce produit vital pour sauver des malades.
Concernant la production de cette matière, les autorités affirment que le problème ne se pose pas de ce côté.
«Il ne s'agit pas seulement de produire de l'oxygène, mais aussi de le transporter dans un pays continent», a souligné ce jeudi le ministre de l'Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed, en annonçant que les ministères de l'Industrie et de l'Industrie pharmaceutique ont réquisitionné l'ensemble des moyens de production et de transport de l'oxygène liquide, qui seront désormais coordonnés par une cellule au niveau du Premier ministère pour pouvoir acheminer l'oxygène vers toutes les structures hospitalières.
Selon lui, l'Algérie produit actuellement près de 450 000 litres par jour d'oxygène liquide, soit le triple de la production moyenne en 2020 ; ce qui permet de prendre en charge des dizaines de milliers de malades.
Or, le pays n'est pas dans une situation qui exige la prise en charge d'autant de malades.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.