5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une trentaine d'évacuations de cas suspects par jour
SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE À AIN TEMOUCHENT
Publié dans Liberté le 01 - 08 - 2021

Le nombre des cas confirmés de contaminations par la Covid-19 et celui des décès annoncés par le ministère de la santé suffit à qualifier la situation de grave, notamment avec le déficit enregistré en matière d'oxygène.
Une réalité amère faite de propagation dangereuse du virus. Il n'y a qu'à voir toutes ses initiatives lancées dans un élan de solidarité pour l'achat de générateurs et de concentrateurs d'oxygène pour se rendre compte de la gravité de la situation.
À Hammam Bou Hadjar, face au retard mis par le camion citerne d'oxygène pour arriver à l'hôpital, des médecins, des infirmiers et des parents de malades étaient désemparés. Et dire que la veille, le directeur de la santé avait annoncé à la radio que la wilaya allait être approvisionnée avec 8 000 litres d'oxygène.
Or, contrairement aux hôpitaux d'Aïn Témouchent, d'El-Amria et de Béni Saf, celui de la cité des Thermes n'a pas reçu son quota. Ce qui n'a pas manqué d'exaspérer le personnel médical.
En effet, ce n'est que dans la soirée de ce vendredi que ces derniers ont assisté à la délivrance : l'hôpital Sidi Ayed de Hammam Bou-Hadjar venait enfin de recevoir une quantité d'oxygène estimé à 3 000 litres, et ce, 48 heures seulement après avoir été approvisionné d'une quantité de 2 000 litres.
Ce qui a permis de combler le déficit enregistré lors des dernières 24 heures. De ce fait, les responsables de la santé, qui font face à la pression qui pèse sur les quatre hôpitaux de référence, se sont engagés à ne ménager aucun effort pour venir en aide aux malades en difficulté respiratoire avec un approvisionnement régulier en oxygène, et ce, malgré les perturbations enregistrées ces derniers jours en raison d'une forte demande.
À ce titre, les équipes médicales multiplient leurs efforts pour vacciner le plus grand nombre de citoyens, campagne considérée comme l'unique moyen pour se prémunir de ce virus, avec la mobilisation des équipes qui travaillent sur le terrain au niveau des centres sanitaires implantés à travers les 28 communes de la wilaya. Jusqu'à l'heure actuelle, 18 000 personnes ont été vaccinées.
L'objectif est d'arriver à une immunisation collective dans le cours terme. Selon le Dr Halima Taïbi du service de prévention de l'établissement public de santé de proximité (EPSP) d'Aïn Témouchent, un programme de vaccination tracé par la Direction de la santé vise à vacciner tous les personnels des institutions et administrations publiques.
Dans le même sillage, les services de la Protection civile d'Aïn Témouchent ont indiqué que le nombre d'évacuations quotidiennes de cas suspects de Covid-19 vers les établissements de santé dépasse la trentaine.
À cet effet, toutes les équipes ont été mobilisées pour faire face à cette situation, à travers des opérations de désinfection qui ont touché les différents quartiers des villes de la wilaya d'Aïn Témouchent, parallèlement à l'intensification des campagnes de sensibilisation, notamment après l'apparition de la 3e vague de la Covid-19.
À ce titre, le Lt Sid Ahmed Belhadef, chargé de la communication auprès de la Direction de la Protection civile, a indiqué que l'ensemble des unités principales sont dotées de cellules composées de plusieurs membres, dont un médecin, qui coordonnent leur travail avec les citoyens surtout lorsqu'il s'agit des cas suspects qui nécessitent une évacuation sur décision du médecin.
"Sur le volet opérationnel, toutes les unités sont concernées par les évacuations des cas suspects et dont seuls les établissements sanitaires sont habilités à décider s'il s'agit des cas confirmés ou pas. Vendredi dernier, nous avons précédé à l'évacuation de 37 cas suspects. Le jour d'avant, nous avons évacué 25 cas suspects. Sincèrement, une pression terrible pèse sur les ambulances. À cette occasion, j'invite les citoyens à être vigilants en cette période cruciale pour stopper cette hausse de cas suspects", a-t-il précisé.

M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.