7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



6 000 litres d'oxygène et 20 000 doses de vaccin réceptionnés
COVID-19 À AIN TEMOUCHENT
Publié dans Liberté le 31 - 07 - 2021

Face à la pression exercée sur les hôpitaux, en raison de l'augmentation des cas de contamination, la vaccination demeure le seul rempart contre le coronavirus, parallèlement au respect des mesures de protection sanitaires.
Les services de la santé de la wilaya d'Aïn Témouchent ont reçu ce week-end 20 000 nouvelles doses de vaccin chinois de type Sinovac dans le cadre du programme tracé par le ministère de tutelle visant à intensifier l'opération de vaccination pour une immunisation collective à même d'endiguer la propagation vertigineuse de cette troisième vague de la Covid-19. À cet effet, le nombre des points de vaccination a été revu à la hausse afin d'alléger la pression qui pèse sur certains hôpitaux. En parallèle, les mêmes services ont reçu mercredi une quantité de 6 000 litres d'oxygène pour combler le déficit enregistré en ce produit vital. Cette quantité a été répartie sur tois hôpitaux, ceux d'Ahmed-Medaghri d'Aïn Témouchent, de Sidi-Ayed à Hammam Bou-Hadjar et de Béni Saf, à raison de 2 000 litres chacun et ce, en attendant l'arrivage d'autres quantités d'oxygène d'une façon périodique. Sur ce sujet, Ouis Djelloul, directeur de la santé et de la population de la wilaya d'Aïn Témouchent, qui a confirmé l'information, a indiqué que ses services ont effectivement réceptionné 20 000 nouvelles doses de vaccin, un nombre qu'il a qualifié de satisfaisant, même s'il reste relativement insuffisant par rapport aux besoins des services de réanimation des établissements hospitaliers qui prennent en charge les cas compliqués de Covid-19, mais aussi par rapport à l'objectif qui vise une immunisation collective dans l'espoir de stopper la propagation du Delta, nouveau variant dz la Covid-19 destructeur qui continue d'emporter chaque jour des vies humaines à travers tout le pays.
Les équipes médicales qui sont toujours mobilisées et travaillent inlassablement pour sauver les malades touchés par le virus viennent de voir leur moral monter en puissance avec l'arrivée ce week-end du fameux camion-citerne contenant un volume de 6 000 litres d'oxygène, de quoi soulager tous les cas graves de la Covid-19 qui se trouvent en soins intensifs au niveau des trois établissements indiqués plus haut et qui ont reçu chacun un volume de 2 000 litres. Au sujet de l'oxygène, le directeur de la santé n'a pas caché que ce produit fait l'objet d'une tension inhabituelle en raison d'une demande de plus en plus pressante. ''Cette situation trouvera solution le plus tôt possible en ce qui concerne la disponibilité des concentrateurs et les quantités supplémentaires d'oxygène qui seront livrées par le centre d'approvisionnement de ce produit vital. Néanmoins, je recommande aux citoyens de se rapprocher des services sanitaires pour se faire vacciner.
C'est l'unique solution pour le moment qui puisse les protéger d'une contamination'', a-t-il souligné. Il va sans dire que face au spectre de la mort qui s'est installée au sein de la population, les centres de santé ne désemplissent pas avec ce flux de citoyens pour se faire faire vacciner suite à la hausse vertigineuse des cas positifs de Covid-19, qui est à sa troisième vague. De nombreux citoyens que nous avons croisés sur notre chemin ont compris qu'en dehors de la vaccination qui est devenue un choix irréversible, le respect des mesures préventives est perçu comme une nécessité absolue. D'ailleurs, il est rare de croiser une personne sans bavette. Il s'agit de certains inconscients qui n'ont pas encore compris que le danger de mort plane sur eux ou tout simplement qu'ils seraient à l'origine du décès d'autres personnes, voire de leurs proches parents.
De leur côté et ce, en application des instructions portant sur l'interdiction de l'accès aux plages dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, les éléments relevant de la première sûreté urbaine de Béni Saf ont procédé depuis mercredi à l'évacuation de nombreux estivants, composés en particulier de riverains, dans la mesure où la plage du Puits se trouve en ville et se situe donc dans le territoire de compétence de la sûreté urbaine. La même opération a été menée par les gendarmes au niveau de l'ensemble des plages surveillées de la wilaya.
M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.