153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un Chef de gouvernement au profil économique pour la Tunisie ?
Alors qu'un front politique en soutien à Kaïs Saïed est en gestation
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2021

Le président tunisien Kais Saïed a procédé lundi au limogeage du ministre de l'Economie, des Finances et de l'Appui à l'investissement, et celui des Technologies de la communication et de la Transformation digitale.
Cela intervient dans le sillage des décrets signés le 26 juillet dernier mettant fin aux missions du chef du gouvernement, Hichem Mechichi et d'un certain nombre de ses ministres, dont Ibrahim Al-Bartaji, ministre de la Défense, et Hasna Ben Slimane, ministre de la Justice. Suivis un peu plus tard par celui du directeur général de la télévision centrale. Ces limogeages s'inscrivent dans le cadre des mesures exceptionnelles annoncées par le président tunisien le 25 juillet dernier, lesquelles comprennent le gel des travaux du Parlement pour une durée de 30 jours et la levée de l'immunité de tous les parlementaires
Cela a lieu aussi alors que le président Saïed poursuit sa quête d'un premier ministre. Mais, loin de se soumettre à la pression exercée sur lui par l'opposition interne et par certaines puissances occidentales, M. Saïed semble procéder par petites touches, en procédant à des remplacements dans la composition du gouvernement en attendant de mettre la main sur celui qui dirigera l'équipe. Mais, en confiant la gestion du ministère de l'Economie, des Finances et de l'Investissement à Sihem BoughdhiriNemsia 56 ans, ancienne directrice générale des études et législation fiscales qui cumule 28 ans dans le département des finances, le président Saïed ne pensait peut-être pas bien faire puisqu'elle est spécialisée dans l'élaboration de la législation fiscale et des mesures fiscales de la loi des finances et a participé aux négociations portant sur le programme de réforme fiscale avec le FMI, l'OCDE, l'Union européenne et le Fonds monétaire arabe. Une pointure qui s'impose non seulement par l'exigence d'une compétence économique, comme formulée par le syndicat ouvrier l'UGTT, qui a appelé de ses vœux à la nomination, dès hier, d'un chef de gouvernement, mais aussi, par la demande citoyenne d'emplois et de justice sociale, exprimée lors des dernières manifestations, plus de 10 ans après "la révolte de jasmin" qui a fait tomber Benali.
Le profil économique se mesure en outre à l'aune des négociations difficiles que doit mener le pays avec les institutions financières internationales, en raison des notes financières dégradées qui lui sont délivrées. Ainsi, dans son rapport publié lundi, en réaction à l'application de l'article 80 de la Constitution par le président de la République Kais Saïed, en vertu duquel il a limogé le chef du gouvernement, gelé les travaux du Parlement et levé l'immunité des députés, l'agence de notation financière Moody's "craint qu'une crise politique prolongée perturberait davantage les négociations avec le FMI sur un nouveau programme pluriannuel, déjà au point mort, et ce en raison de désaccords déjà préexistants avec les pouvoirs publics". Moody's estime qu'il est peu probable que le FMI souscrive à un nouveau programme sans l'approbation d'un train de réformes global, dans le cadre d'un "pacte social" rassemblant toutes les composantes nationales (syndicat, patronat, société civile...). Le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, Mme Michelle Bachelet, a aussi fait état de son inquiétude sur la situation en Tunisie mais réitéré son offre d'assistance lors d'une conversation téléphonique avec le ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jerandi.
C'est dans ce contexte de grisaille, fait de limogeages, de nominations de nouveaux ministres, de poursuites judiciaires contre des députés de l'opposition et de suspension des mandats de recherche émis à l'encontre d'autres députés, que s'organise le soutien à M. Saïed. Ainsi, sept partis politiques se sont réunis pour discuter de la création d'un front politique pour soutenir le président Kaïs Saïed dans ses dernières décisions. Ces partis sont le mouvement Echaab, Al Watad, le courant démocratique, le parti national sociodémocrate, Mouvement Al Baath, le mouvement La Tunisie en avant.
Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.