153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kais Saïed engrange les soutiens à sa feuille de route
Faisant face à contexte socioéconomique et sanitaire compliqué
Publié dans Liberté le 03 - 08 - 2021

Le président Saïed peut désormais compter sur le soutien de l'Algérie et de l'Egypte pour la mise en route de sa politique dans le difficile contexte socioéconomique et sanitaire compliqué.
En Tunisie, le président de la république Kais Saïed ne cesse de comptabiliser les soutiens internationaux et au sein de la classe politique tunisienne à sa feuille de route qu'il a mise en route au lendemain de son coup de force du 25 juillet dernier, suite à ses décisions de démettre de ses fonctions le premier ministre, Hichem Mechichi et de geler des activités l'ARP (parlement), présidée par Rached Ghannouchi.
Pour autant, le président Kais Saïed, peut désormais compter sur le soutien de l'Algérie et de l'Egypte pour la mise en route de sa politique dans un contexte socioéconomique et sanitaire compliqué par le pays.
L'Algérie et de l'Egypte ont convenus de soutenir "toute action qui pourrait préserver la stabilité de la Tunisie et aider à mettre en œuvre les choix de son peuple", a, en effet, annoncé, dimanche, le porte-parole de la présidence égyptienne à l'issue d'un entretien entre le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi et le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra.
Dans ce sillage, le président Saïed a, en recevant dimanche dernier, le Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, annoncé que des pays frères et amis se sont déclarés prêts à combler les déséquilibres financiers et aider la Tunisie à remplir ses obligations financières internes et externes.
Saïd a déclaré lors de la rencontre, qu'il annoncera en temps et lieu cette prise de position historique prise par un certain nombre de pays frères et amis, notamment dans le domaine économique.
Sur le plan interne aussi, des personnalités nationales, notamment des écrivains, des artistes et des académiciens, ont exprimé leur soutien aux mesures exceptionnelles du président de la république, Kaïs Saïed.
Samedi dernier, dans une lettre ouverte à l'opinion publique nationale et internationale, une trentaine de personnalités ont estimé que la décision prise par le président Saïed, - en application de l'article 80 de la Constitution -, "ne constitue pas un coup contre la constitution ni contre la légitimité".
Les signataires dont Olfa Youssef, le penseur Youssef Seddik, l'artiste plasticien Nja Mahdaoui et de l'homme de Théâtre Fadhel Jeaibi se disent être "vigilants quant au retour de la tyrannie ou du monopole des pouvoirs par un parti unique". Ils refusent "oute ingérence étrangère dans les affaires intérieures du pays" et comptent sur la solidarité des pays amis pour "appuyer les choix du peuple tunisien", ceci d'une part.
Et d'autre part, la présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a critiqué ce qu'elle considérait comme une violation de la loi par le président, suite à sa décision d'interdire tout rassemblement de plus de 3 personnes.
"La distorsion et l'incitation contre les députés et politiciens placés dans même panier représente un processus systématique pour frapper l'action politique, vider l'arène, passer à la désertification intellectuelle et instaurer une dictature brutale non moins dangereuse que la dictature du morched", a-t-elle déclaré, faisant allusion au président d'Ennahdha.
Mais, le président M. Saïed qui poursuit, bon gré mal gré, la mise en œuvre de sa feuille de route, articulée essentiellement autour de la lutte contre la corruption, avec à la clé la traduction devant les juridictions militaires des opposants, commence à faire grincer des dents, au sein de l'opinion publique internationale.
La Tunisie doit rapidement retrouver la "voie de la démocratie", a déclaré samedi le conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden, Jake Sullivan, qui a, souligné l'importance de "la formation rapide d'un nouveau gouvernement" ainsi que le "retour du Parlement élu".
Soit, une position qui calque celle adoptée sur le plan interne par Ennahdha, bien que le mouvement islamiste, affaibli par les dissensions internes et la maladie de son président, est loin d'être de pouvoir dicter la démarche à suivre en la matière. Son président Rached Ghannouchi, a effectué un séjour à l'hôpital militaire samedi, après la détérioration de son état de santé, des suites des séquelles de sa précédente infection par la Covid-19.
Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.