Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Récit sans concession d'un ancien combattant
"De Barberousse aux casemates du maquis" de Tayeb Amrouche
Publié dans Liberté le 15 - 08 - 2021

Aujourd'hui âgé de plus de quatre-vingts ans, le moudjahid revient sur son parcours "à travers un passionnant récit d'aventures, dans lequel le tragique des situations n'a pas peur de se mêler à la plaisanterie, à la malice ou à la dérision".
Le combattant Tayeb Amrouche vient de publier aux éditions Necib un témoignage sur la période de son engagement pour la cause nationale sous le titre De Barberousse aux casemates du maquis. Ce natif d'Alger en 1939 n'a que dix-sept ans lorsqu'il rejoint les moudjahidine et active dans les réseaux clandestins jusqu'à son arrestation et sa condamnation à trente-six mois de prison à Serkadji (Barberousse). Aujourd'hui âgé de plus de quatre-vingts ans, le temps est venu, comme l'explique l'éditeur dans sa préface, de revenir sur son parcours "à travers un passionnant récit d'aventures, dans lequel le tragique des situations n'a pas peur de se mêler à la plaisanterie, à la malice ou à la dérision". Par humilité et modestie, Amrouche retardera la publication de ses mémoires de guerre, dont l'idée germe pourtant depuis vingt ans, "au cours d'un séjour dans les thermes de Hammam Melouane", écrit l'éditeur.
Un engagement précoce
Au départ, l'engagement du jeune Tayeb est mû par l'arrivée de soldats à peine plus âgés que lui, venus non pas défendre la paix et le bien-être de tout le monde, "mais pour protéger la vie des Européens et sauvegarder leurs intérêts, au détriment des autochtones asservis que nous étions". Plus tard, c'est une discussion entre quatre moudjahidine qui finit par concrétiser son souhait de rejoindre les rangs de la résistance : "Perché sur un arbre (...) j'ai pu ainsi entendre ce qu'ils se disaient." Et d'ajouter : "Lorsque, essayant de distraire mon attention sur ce que j'ai entendu, je leur fis carrément du chantage. C'est-à-dire de deux choses l'une, soit me faire travailler avec eux, ou bien alors j'irai dire ailleurs ce que j'ai surpris comme discussion." Sa première mission sera d'être un agent de liaison, dont les missions consistaient à transporter du courrier et de l'argent destinés aux familles de militants dans le besoin ou ayant des membres emprisonnés, sous l'égide du moudjahid Henni Saïd. Plus tard, ce dernier lui confie la mission d'héberger les résistants qu'étaient Hocine Hamia, Noureddine Abdeslami et les frères Khelifa Boukhalfa et Chicha Ahmed.
Des mois de torture sous la main des Français
En 1957, après l'attentat contre les gendarmes français effectué par les frères Boukhalfa, ils sont arrêtés et conduits à la caserne de Belfort d'El-Harrach. L'interrogatoire ne se fera pas, évidemment dans l'esprit du colonisateur, sans son lot d'insultes et de tortures physique et psychologique. Après de longs mois de torture, ils sont transférés à Serkadji, raconte Amrouche. Parce qu'il était encore mineur, il sera libéré sous condition. Proposition qu'il accepte sans perdre de vue son autre objectif, rejoindre le maquis dès qu'il franchira le pas dehors. Dans le maquis de la Zone 1 de la wilaya IV, il monte une petite infirmerie pour soigner les combattants. "Un savoir-faire appris dans la prison de Barberousse, à l'infirmerie, dans laquelle Sedjane M'hamed, infirmier professionnel, était détenu avec moi", se remémore l'auteur. Ce dernier ne manque pas de revenir par ailleurs sur l'épisode de l'"abus de pouvoir" qu'aurait subi un autre moudjahid, Ali Djemâa. Le combattant était "un homme honnête et brave sur tous les plans, dont personne ne doutait de son dévouement pour la cause, en un mot un combattant exemplaire", poursuit Amrouche. "Il fut condamné à mort par le chef de région et ses complices pour une raison que Si Abdelkader voulait occulter, et qui était que Si Ali Djemâa était au courant des relations qu'il entretenait avec certaines femmes", écrit Tayeb Amrouche. "Djemâa sera fusillé, alors qu'il faisait sa prière du maghreb", poursuit l'auteur. Le jeune Amrouche établit un plan pour, selon ses propres termes, "punir les responsables", qui seront découverts par les Français, alors que lui et son agent de liaison avaient pris soin de quitté la zone au préalable. Un épisode qui restera gravé dans sa mémoire. En guise d'épilogue, Amrouche estime que "les générations d'aujourd'hui et celles du futur ont le droit et le devoir de connaître l'histoire de leur pays. Ce qui s'est déroulé dans le passé le plus lointain, comme dans le plus récent".

Yasmine Azzouz
De Barberousse aux casemates du maquis de Tayeb Amrouche, éditions Necib, 116 pages, 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.