Bedoui condamné à 10 ans de prison ferme    Aubin sous le charme de la police algérienne    Saïda Neghza livre sa thérapie    Un professionnel explique    Les facettes du marché auto    La Chine en deuil après la mort de l'ex-président Jiang Zemin    Huitième tentative ratée pour élire le chef de l'Etat    Un parti dénonce des agressions marocaines «délibérées»    Six pieds sous terre    Place à l'Espagne    Annaba se mobilise pour sa réussite    Le Paris-Djanet et la station de Baraki    Les salines de Feraoun revivent    La loi de l'omerta    «le Vieux Renard» de la Wilaya III    Les historiens au chevet de la «Mémoire»    «Chajarat el maouz» remporte le prix «Keltoum»    Ligue 2: l'ES Mostaganem confirme, l'ES Ben Aknoun nouveau dauphin    L'Algérie abritera la prochaine réunion du réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental    Lamamra tient des rencontres bilatérales en marge de sa participation au Forum ROME-MED    Constantine: saisie de près 8 kg de kif traité et arrestation de 4 personnes    Coronavirus: 4 nouveaux cas et aucun décès    Mondial 2022: la Corée du Sud rejoint le Portugal en 8es de finale, l'Uruguay éliminé    Sahara occidental: la persistance du conflit, une préoccupation majeure pour les citoyens du monde    Le Raï, du berceau rural au patrimoine de l'humanité    32 chercheurs algériens honorés pour leurs contributions scientifiques    Algérie Télécom et Djezzy signent une "convention de partenariat"    Energie et mines : Arkab préside une réunion sur l'adoption par Sonatrach de la norme "ISO 37001"    APN: présentation d'un exposé sur les missions d'information dans les wilayas d'Adrar, In Salah et Bordj Badji Mokhtar    Rendez-vous du théâtre professionnel à Ain El Beida/Oum El Bouaghi : bon accueil du public au spectacle d'ouverture    Opéra d'Alger: retrouvailles festives avec "Lemma Becharia"    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    Interdiction de fumer dans les lieux publics: Les textes d'application font défaut    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    Coopération: Tebboune en Russie avant la fin de l'année    Le badge de l'Emir du Qatar    Ligue 1 (12e journée): Le CRB détrône le CSC, naufrages du MCO et de l'USMK    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    «Nous combattons les idées toxiques»    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les appels à la raison se multiplient
Face à la haine qui prolifère sur les réseaux sociaux
Publié dans Liberté le 16 - 08 - 2021

L'affaire de l'assassinat de Djamel Bensmaïl enflamme la Toile au risque d'attiser le feu dans les cœurs, alors que le moment exige raison et retenue.
Le crime abominable perpétré à Larbâa Nath Irathen hante le pays, mais surtout enflamme les esprits. Il est venu s'ajouter aux dizaines de victimes des incendies criminels qui ravagent la région. Il l'est de par la sauvagerie avec laquelle le jeune Djamel Bensmaïl a été tué. La dénonciation est unanime. La brutalité de l'acte a choqué les Algériens au plus haut point suscitant une indignation générale. Elle a aussi provoqué une levée de boucliers. Sur les réseaux sociaux, le discours haineux et les appels à la discorde surplombent ceux de la raison et de la retenue.
La diffusion incessante des vidéos du meurtre alimente dangereusement la violence virtuelle qui a tout moment risque de devenir réelle. Aux feux brûlant les forêts se sont greffées les flammes qui attisent les cœurs. Fort heureusement, l'attitude hautement digne du père de la victime, Noureddine Bensmaïl a réussi à apaiser les esprits. La situation, en effet, et plus que jamais, recommande sagesse, retenue et discernement. Le calme et la sérénité sont les meilleurs alliés pour surmonter ce moment chargé d'inquiètude.
L'urgence est de faire face rapidement à la proléfiration des appels aux représailles et à la vengeance qui pullulent sur la Toile. Des appels à la raison et à la retenue viennent, fort heureusement, appuyer celui du père du défunt Djamel. Digne, le père de la victime a vite coupé court à tous les flatteurs de bas instincts. Son appel a résonné aux quatre coins du pays. Les appels similaires se multiplient. Des citoyens de la ville d'Oran, dans un texte rendu public, estiment que "la fraternité tant prônée par le Hirak et ciment de l'unité nationale contre la hogra et l'exclusion, contre la corruption et la dilapidation des biens publics, vient de prendre un coup avec l'assassinat barbare du jeune Djamel Bensmaïl".
Ils expliquent que "Djamel a été victime d'une haine inexplicable au plan humain, mais cultivée par un pouvoir divisionnaire, relayé par des appareils aux desseins inavoués." "Il a été victime de la démission d'un Etat qui a refusé de le protéger après un simple soupçon avéré sans fondement, le lâchant à la vindicte impopulaire d'autres jeunes Algériens qui l'ont brûlé vif sur la place de l'un des plus valeureux villages du pays." Invitant la justice à se saisir "de ce meurtre avec préméditation" aux fins "de punir les auteurs et complices de ce triste forfait", ils appellent "nos frères les citoyens de Larbaâ Nath Irathen à se démarquer de cet ignoble crime en dénonçant les criminels et à baptiser la place qui a servi de bûcher du nom de notre Djamel national". "(...) C'est là le signe du civisme dont se distinguent les habitants du fief d'Abane Ramdane, un autre martyr mort assassiné par ceux qu'il pensait être ses frères", ajoute le texte. Même réaction de la part d'autres intellectuels, militants et citoyens de divers horizons. Dans une déclaration rendue publique, ils se sont interrogés sur la situation que vit le pays.
"Pourquoi plusieurs régions du pays, dont la Kabylie, brûlent-elles ? Pourquoi Djamel Bensmaïl a-t-il été horriblement assassiné ? Pourquoi les malades manquent-ils d'oxygène ? Pourquoi les robinets sont-ils secs ?... Combien de questions encore pourrions-nous poser pour nous insurger contre la crise que connaît l'Algérie ? Ces questions sont justifiées, mais elles ne sont pas opportunes", ont-ils écrit dans leur texte, estimant que les "citoyens anonymes, soldats, pompiers et gardes forestiers combattent le feu, mais plus encore, ils bâtissent un peuple solidaire. Ils créent du lien social et du sens. Ce peuple s'organise en réseaux. (...)".
Plus loin, les rédacteurs de la déclaration ajoutent que "les Algériens ont réinvesti leur territoire. Ils ont brisé le régionalisme, le tribalisme et le âarouchisme. Ils ont mis de côté leurs différences, leurs croyances, leurs appartenances idéologiques. Les Algériens sont en train de se prouver à eux-mêmes et à tous les autres qu'ils sont capables de se prendre en charge. L'Etat rentier a vécu et avec lui la distribution des allocations pour louer la paix sociale. Un nouvel Etat social et solidaire est en train de naître".
"La vengeance n'est pas la justice", soulignent-ils, ajoutant que "nous, Algériens, affirmons que cet acte ne doit en aucun cas servir de prétexte pour attiser les divisions, la haine et la vengeance" et "s'il est urgent de combattre le feu et ses auteurs, il est tout aussi urgent de barrer la route aux pyromanes de la sédition et de la division". Tayeb Mokaddem, ancien député et responsable politique, a également appelé au calme et à la retenue.
Dans une déclaration rendue publique, hier, l'ex-député de Tizi Ouzou a estimé que les citoyennes et les citoyens doivent "rester lucides et vigilants" pour "faire face à toute tentative de déstabilisation émanant des ennemis de l'Algérie". De son côté, le Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA) a dénoncé dans un communiqué "les discours de haine et de fragmentation identitaire - adossée à un arsenal technologique - des plus adaptés, s'ils n'ont pas affecté la quasi-majorité de nos concitoyens, ils ont, néanmoins, contaminé les plus fragiles et les plus crédules". Le HCA a estimé que toutes ces pratiques "doivent être bannies et criminalisées".

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.