153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour une révision de la gestion des déchets ménagers
Protection de l'environnement
Publié dans Liberté le 17 - 08 - 2021

Le gouvernement s'est fixé l'objectif de réduire les atteintes à l'environnement, de protéger et d'améliorer le cadre de vie du citoyen. La feuille de route du secteur place la préservation de l'environnement et le développement durable comme préalables à la réussite des défis à surmonter au cours des prochaines années. Selon une communication présentée dimanche lors du Conseil du gouvernement par la ministre de l'Environnement, deux axes principaux composent ce plan d'action tracé par l'Exécutif : la transition écologique et la transition éco-sociale. Pour cela, il est impératif d'enclencher une transformation progressive et durable des modes de production et de consommation dans notre pays. Intervenant à l'issue de l'exposé, le Premier ministre a donné des orientations pour "lancer une campagne de sensibilisation et de mobilisation sur les questions environnementales" et œuvrer à "inculquer la culture de la protection de l'environnement aux jeunes générations au niveau de l'école". Aïmène Benabderrahmane a mis l'accent également sur la nécessité de revoir la gestion des déchets ménagers.
La prise en charge de cette épineuse problématique demeure, de la bouche de tous les experts, insuffisante. Le dernier rapport de l'Agence nationale des déchets (AND) fait ressortir que l'indice de performance sur la gestion actuelle des déchets en Algérie est évalué à 5,38 qui est considéré comme une performance moyenne. Pour que le service assuré soit performant, il doit dépasser la barre des 7, précise le rapport de 2020 de l'AND. L'évaluation de l'état des installations et des décharges sauvages soulève de sérieuses contraintes techniques et managériales. "Il s'agit en l'occurrence de la saturation précoce des casiers, de la pollution du sol et des eaux souterraines par l'écoulement et/ou l'infiltration des lixiviats hors casiers et bassins de rétention de la pollution de l'air par l'échappement direct (sans traitement) des biogaz issus de la dégradation anaérobique de la matière organique, de l'exploitation non conforme au guide de gestion des CET", lit-on dans le rapport.
Ces défaillances sont dues, expliquent les rédacteurs de ce bilan, "soit à des erreurs de conception ou de réalisation, soit provoquées lors de leur mise en exploitation". "Certains obstacles freinent la participation des opérateurs économiques à cause surtout du difficile accès au gisement des déchets au niveau des installations de traitement", déplorent les rédacteurs de ce rapport. La plupart des opérateurs, indique le document, ne disposent pas en outre, d'un foncier suffisamment adapté aux activités de valorisation des déchets. Ce qui influe directement sur la capacité de tri, de stockage et de valorisation. Il faut noter que la quantité de déchets ménagers et assimilés produite durant l'année 2020 est estimée à environ 13,5 millions de tonnes. La croissance démographique et le développement urbain contribuent fortement à l'augmentation de ce volume.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.