Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER
ENVIRONNEMENT ET GESTION DES DECHETS
Publié dans Liberté le 19 - 06 - 2021

La quantité de déchets ménagers et assimilés (DMA) produite durant l'année 2020 en Algérie est estimée à environ 13,5 millions de tonnes. La croissance démographique et le développement urbain contribuent fortement à l'augmentation de ce volume. L'Agence nationale des déchets (AND), créée pour la gestion des déchets, a réalisé des avancées, mais celles-ci demeurent insuffisantes par rapport à la situation qui prévaut dans ce domaine.
Le constat est établi par les responsables de l'agence eux-mêmes dans un rapport qu'ils ont réalisé pour la première fois. Le document fait ressortir que l'indice de performance sur la gestion actuelle des déchets en Algérie est évalué à 5,38, qui est considéré comme une performance moyenne.
Pour que le service assuré soit performant, il doit dépasser la barre des 7, précise le rapport de 2020 de l'AND. Les services de l'AND ont procédé à l'évaluation de l'état de plus 50 installations de traitement, Centre d'enfouissement technique (CET) et décharges sauvages (DC) confondus.
De sérieuses contraintes techniques et managériales ont été relevées, souligne le document. "Il s'agit en l'occurrence de la saturation précoce des casiers, de la pollution du sol et des eaux souterraines par l'écoulement et/ou l'infiltration des lixiviats hors casier et bassins de rétention de la pollution de l'air par l'échappement direct (sans traitement) des biogaz issus de la dégradation anaérobique de la matière organique, de l'exploitation non conforme au guide de gestion des CET", lit-on dans le rapport.
Ces défaillances sont dues, expliquent les rédacteurs de ce bilan, "soit à des erreurs de conception, de réalisation, soit provoquées lors de leur mise en exploitation".
La gestion des déchets ménagers et assimilés constitue un des principaux défis que doivent relever les pouvoirs publics en permanence. Car l'accroissement des quantités de déchets dû à la forte expansion démographique, la croissance des activités économiques et l'urbanisation rapide posent de sérieux problèmes environnementaux, sanitaires et financiers.
Le rapport cite, à ce propos, "l'augmentation du coût de la collecte des déchets liée à la hausse de la production journalière, la saturation des installations de traitement des déchets qui constitue une contrainte majeure étant donné la rareté du foncier pour la mise en place de nouveaux CET, décharges contrôlées...".
L'autre problème soulevé, et non des moindres, a trait à l'émission des gaz à effet de serre (GES), ajoutée aux rejets de lixiviats, causée par la collecte des déchets, les installations de traitement et les décharges brutes qui constituent également des facteurs de pollution potentiels de l'environnement, notamment les cours d'eau et les nappes phréatiques.
Face à toute cette problématique, les spécialistes de l'AND pensent qu'"il est primordial de déterminer une estimation précise de la quantité des déchets produite par habitant et par jour (kg/habitant/jour) appelée communément ratio". À l'échelle nationale, les quantités des déchets ménagers et assimilés produites sont estimées à 0,80 kg/habitant/jour.
S'inscrivant en droite ligne de la stratégie mise en œuvre par le ministère de l'Environnement, l'AND a mis en place un dispositif de valorisation de ces déchets. Or, tel que le mentionne le rapport, "la performance économique des activités de valorisation des déchets en Algérie est exposée à plusieurs contraintes qui constituent des freins pour le développement des opérateurs exerçant dans le secteur et des pertes considérables sur le plan économique".
Malgré les mécanismes mis en œuvre pour faciliter la création d'entreprises dans ce secteur, "certains obstacles freinent la participation des opérateurs économiques à cause, surtout, du difficile accès au gisement des déchets au niveau des installations de traitement", déplorent les rédacteurs de ce rapport.
La grande majorité des opérateurs, indique le document, ne dispose pas, en outre, d'un foncier suffisamment adapté aux activités de valorisation des déchets. Ce qui influe directement sur la capacité de tri, de stockage et de valorisation. L'on relève aussi l'"absence d'une main-d'œuvre locale et le regard négatif de la société vers ce genre d'activité qui constituent un véritable obstacle pour le développement de cette filière", constatent les experts de l'AND.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.