Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LA CRISE DE LA FARINE REFAIT SURFACE !
LE PRODUIT ENREGISTRE DES PERTURBATIONS DANS L'APPROVISIONNEMENT SUR LE MARCHE
Publié dans Liberté le 23 - 08 - 2021

Une vingtaine de jours à peine depuis que le problème a été réglé par les autorités, voilà que la pénurie de farine se fait sentir à nouveau sur le marché national.
Crise réelle de la farine ou simple spéculation des opérateurs activant dans ce créneau d'activité ? La question reste à ce jour posée. Chacun des deux antagonistes, en l'occurrence les intervenants dans la chaîne de production et de distribution qui évoquent une rareté de ce produit et les responsables du secteur du commerce qui apportent un démenti formel, campent sur leurs positions.
Pis encore, ils avancent des arguments par presse interposée. À chaque fois que la problématique est soulevée, c'est le citoyen qui se fait rouler dans... la farine. Car, il est souvent confronté à une pénurie de pain, imposée par les boulangers qui invoquent un manque flagrant de matière première, à savoir la farine panifiable sur le marché. En dépit des quantités plus que suffisantes produites par les minoteries et les stocks rassurants constitués par les grossistes, des perturbations dans l'approvisionnement des boulangeries persistent toujours.
"Nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère du Commerce, le groupe public Agrodiv, notre Fédération des grossistes en semoule et farine et les boulangeries, mais ces perturbations dans l'offre sur le marché persistent. Nous n'arrivons pas à situer à quel niveau se pose ce problème", déclare Issam Bendrissi, secrétaire national et directeur de cabinet au sein de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). "Mais le phénomène de la spéculation existe bel et bien sur le marché", reconnaît-il.
Cette rareté provoquée par les producteurs a pour finalité une révision unilatérale à la hausse des prix. Il existe des spéculateurs parmi les gérants de ces minoteries qui, en fermant leurs usines, s'adonnent à la revente des sacs de farine, achetés à 2 000 DA, pour les céder à 2 900 DA. Certains boulangers l'ont achetée à 3 200 DA.
Ces derniers refusent, en effet, de travailler avec la facturation et préfèrent s'approvisionner en farine auprès des grossistes à des prix exorbitants. Ce n'est pas l'avis du directeur général de la régulation et de l'organisation des marchés au ministère du Commerce, Sami Kolli, qui a affirmé, récemment, que le farine est disponible sur le marché en "quantités suffisantes". Selon lui, ces minoteries bénéficient d'importantes quantités de blé tendre, estimées à 317 000 quintaux, destinées à produire 24 000 quintaux de farine.
"Cette quantité suffit à la fois pour l'Algérie et pour les pays voisins", avoue un observateur très au fait de cette activité. De ce volume, "5 100 quintaux sont destinés en permanence aux boulangeries", a précisé M. Kolli. Cela dit, le problème s'est posé au début du mois en cours, lorsque les gérants des 432 moulins ont mis leurs unités en arrêt technique.
Alerté, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a aussitôt instruit ces unités de reprendre le travail et de reporter leurs congés au mois de septembre prochain.
Face à toutes ces rumeurs, de "nombreux boulangers ont fermé prétextant une pénurie de farine, mais ils n'hésitent pas à revendre celle-ci en deuxième main", déplore M. Bendrissi. Ce syndicaliste se dit partisan d'une révision profonde du système des prix et des subventions qui, selon lui, génèrent souvent des spéculations.
Créneau rongé par la spéculation
"Il est grand temps pour que les subventions décidées par l'Etat sur les produits de première nécessité soient orientées vers les véritables nécessiteux", propose-t-il. Ce soutien de l'Etat doit impérativement être revu, relève ce responsable de l'Ugcaa, car "il est devenu la source des crises et donne naissance à un monopole sur plusieurs produits et à une catégorie de spéculateurs sur le marché national".
Ces marchands exploiteurs de crises et de conjonctures activent tous dans le marché parallèle qui absorbe, évalue-t-il, environ 70% de l'économie nationale. "Et le marché noir est exploité comme un terrain propice à la spéculation", rappelle-t-il. Les autorités sont tenues, de ce fait, d'imposer le système de facturation et l'usage obligatoire du chèque dans les transactions commerciales, suggère-t-il.
Plus explicite, Issam Bendrissi souligne que "cette situation où la facture et le chèque ne sont pas utilisés profite uniquement aux producteurs et aux importateurs, et non aux petits commerçants". Pour sa part, le président de l'Association nationale pour la protection des consommateurs (Apoce), Mustapha Zebdi, souligne que le problème n'a aucun lien avec l'offre. Celle-ci demeure suffisante.
Cependant, certains acteurs du marché veulent semer la panique, afin de provoquer une rareté des produits avec laquelle ils justifieront une hausse des prix. À propos des tarifs, l'on déplore la hausse exercée par les boulangers qui ne vendent désormais que des baguettes de pain de 15 et 20 DA au lieu de 8,50 DA, prix fixé par l'Etat.
Ce qui est navrant également, c'est que cette baguette proposée à la clientèle n'a pas le poids conforme à la réglementation. La quantité de pâte qui devait être utilisée pour une baguette est de 250 grammes, mais les boulangers n'en mettent qu'environ 160 grammes...

Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.