Aouchem, acte 2    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Coronavirus: au moins 5.223.072 morts dans le monde    Déclin du RND et recul du MSP    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    Le PT fustige le gouvernement    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    Le lourd défi des nouveaux élus    «Contre les inégalités et la discrimination»    La FAHB tiendra une AGEX prochainement    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    L'armée saisit plus de 3 quintaux de cannabis    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Loin des standards des premiers jours
VACCINATION CONTRE LA COVID-19 À ORAN
Publié dans Liberté le 08 - 09 - 2021

Big day (le Grand jour) n'a pas drainé la foule malgré la large publicité dont l'opération d'envergure a bénéficié. Des citoyens sont encore réticents à la vaccination avec, parfois, des arguments d'une rare légèreté.
Malgré toutes les opérations de sensibilisation, les appels officiels et dorénavant les menaces à peine voilées du premier responsable de la wilaya, la vaccination contre la Covid-19 à Oran peine réellement à prendre son envol. Dans les chiffres officiels et le constat de visu, la tendance semble être inversée et les professionnels du secteur de la santé constatent un relatif recul de l'engouement populaire pour la vaccination.
"Le nombre des vaccinés n'est pas le même que celui du début de l'opération, mais nous vaccinons actuellement entre 6 000 et 8 000 personnes par jour", avoue le chargé de communication de la Direction locale de la santé et de la population (DSP), Youcef Boukhari. Une fourchette de chiffres qui reste, néanmoins, loin des prévisions ciblées qui sont de l'ordre de 20 000 doses par jour.
Il est presque 11h au Centre des conventions d'Oran (CCO) devenu, depuis juillet dernier, un centre de vaccination contre la Covid. C'est l'un des 260 points ouverts dans la wilaya depuis le début de l'opération de vaccination.
À l'intérieur, les nombreux agents de sécurité veillent à la bonne marche des opérations, et le processus semble bien huilé entre l'attente et le passage devant les blouses blanches. Des groupes de dix personnes sont autorisés à entrer à chaque fois pour ne pas gêner le personnel soignant.
Des citoyen.ne.s de tous âges, des hommes, mais beaucoup plus de femmes, selon le témoignage d'une infirmière rencontrée sur place, se font vacciner quotidiennement. Les gestes barrières sont observés, le port du masque ainsi que les distances de sécurité sont respectés.
Pourtant l'afflux n'est pas très important en cette heure de la journée comparée aux premiers jours de l'opération lorsqu'on assistait à une affluence estimée entre 400 et 600 personnes comme le reconnaît un agent de sécurité. "Actuellement, on vaccine entre 150 et 200 personnes", constate Nadjet, une infirmière rattachée à l'EPSP d'Es-Seddikia.
Ce recul s'explique, selon elle, par l'ouverture d'autres points de vaccination au sein des polycliniques un peu partout dans les quartiers et les communes d'Oran. "Les premiers jours, on recevait au CCO des personnes venant de plusieurs quartiers de la ville et même des communes de l'est d'Oran", précise-t-elle.
Le Dr Boukhari préfère, lui, se défausser sur les départs en congé vers d'autres wilayas du pays, les voyages à l'étranger, mais plus encore sur les rumeurs et les "fake news" colportées par les réseaux sociaux sur les prétendus risques du vaccin.
Un aspect non négligeable dans l'approche des citoyens désireux de se faire vacciner, pense Nadjet qui affirme que de nombreuses personnes qui se déplacent au CCO s'interrogent sur la dangerosité du vaccin.
"Il y a des gens qui s'interrogent sur les effets secondaires du vaccin et je les rassure. Pas plus tard que ce matin (hier), une dame m'a posé la même question et je lui ai certifié que les vaccins Sinovac et Sinopharm sont les meilleurs", raconte notre interlocutrice.
Actuellement, quatre types de vaccin sont inoculés à Oran : le Sinovac, le Sinopham l'AstraZeneca et le Sputnik V, indique le Dr Boukhari qui rassure sur la disponibilité des vaccins. À la place Tahtaha, dans le quartier populaire de M'dina Jdida, le premier chapiteau dressé pour la vaccination, la première semaine de juin dernier, est également loin de connaître les files d'attente des premiers jours.
Si les mêmes raisons produisent les mêmes effets, l'emplacement de ce chapiteau n'est pas pour encourager les gens à s'y rendre du fait de l'impossibilité de trouver un stationnement.
Pourtant, vers 12h, on a pu constater la présence de quelques citoyens sous la tente. Si à Oran, on continue à se faire vacciner à ce rythme, il est peu probable qu'on puisse atteindre la prévision d'un million de personnes vaccinées d'ici à la fin de l'année sachant que jusqu'à ces dernières heures, 510 000 doses ont été injectées dont 390 000 en première dose.

SAïD OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.