Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FFS ira aux élections
la décision prise hier par son conseil national
Publié dans Liberté le 11 - 09 - 2021

La décision n'a pas été difficile à entériner : le Front des forces socialistes (FFS) a décidé, hier, à une large majorité, de prendre part aux prochaines élections locales fixées au 27 novembre prochain. Dans cette optique, une commission nationale de choix des candidatures devait être mise en place à l'issue de la session extraordinaire du conseil qui s'est tenu hier à Alger, a-t-on appris de bonne source. Il faut dire que cette décision, dans l'air depuis quelque temps, n'est pas une surprise dans la mesure où les élections locales ont de tout temps constitué un choix stratégique pour le plus vieux parti d'opposition, comme l'a expressément affirmé en juin dernier le premier secrétaire, Youcef Aouchiche, lors de la conférence des élus à Souk El-Tenine (Béjaïa). Même s'il est conscient des limites du pouvoir local, en raison d'une législation et d'une administration étouffante qui ligotent l'action des élus, le FFS a toujours réitéré qu'il n'est pas prêt à céder les assemblées locales "aux prédateurs et autres clientèles du pouvoir".
Déjà peu avant l'ouverture du débat sur la question, hier, l'instance présidentielle a ouvertement plaidé en faveur de la participation. "Au sujet des élections locales anticipées, prévues pour le 27 novembre prochain, notre parti devra aborder cette question avec lucidité, responsabilité et sens inouï de patriotisme. Il sera d'abord question de faire un diagnostic sans concession sur nos différentes participations, recenser objectivement nos apports, nos atouts et nos manquements", a affirmé Hakim Belahcel membre de cette instance dans une contribution au débat. "Ce travail pédagogique et éthique que nous devons nous imposer, devra se faire en adéquation avec une réalité politique nationale en effervescence et en prenant en considération notre rôle majeur envers la nation tout entière et envers nos bastions historiques qui sont malmenés par des calculs souterrains et inavoués des apprentis sorciers aux ordres", a-t-il dit.
Plus explicite encore, le FFS rappelle, qu'au regard du contexte marqué par la "persistance d'un immobilisme mortifère du pouvoir face à la dégradation de la situation à tous les niveaux et dans quasiment tous les secteurs", il n'est pas disposé à laisser la population, éprouvée par nombre de tragédies et de crises, à son triste sort. "L'absence de l'Etat et ses manquements grossiers et abjects envers le peuple algérien ne devrait pas être accentuée par l'absence d'un parti politique qui bénéficie d'une crédibilité irréprochable et d'un capital politique et pédagogique frappé en lettres d'or dans son parcours depuis sa proclamation un certain 29 septembre 1963", soutient Belahcel.
Autre argument : "Si nous avions eu raison de rejeter les élections législatives et le référendum constitutionnel car ils remettaient en cause les aspirations légitimes de la révolution populaire du 22 Février 2019, les prochaines élections locales devraient être pour nous une opportunité pour prendre le pouvoir local, dans les APC et les APW, afin d'empêcher les clientèles du pouvoir et les affairistes de torpiller le seul espace démocratique, malgré ses limites et les entraves, qui s'offre aux populations." Plus que jamais attaché à une solution politique, plaidant pour un dialogue "inclusif", le FFS qui n'a pas manqué de dénoncer la faillite de la gouvernance et "certains cercles occultes" qui veulent remettre en cause les acquis démocratiques, réitère son engagement pour l'événement d'une solution démocratique.


Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.