Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'onirisme et l'identité vus par trois plasticiennes
Exposition au Centre culturel Algérien de Paris
Publié dans Liberté le 13 - 09 - 2021

De l'univers métaphysique de Fatima Mansouri aux revendications identitaires de Mejda Ben et aux "Guerrières" en habit traditionnel d'Amina Hammadi, l'exposition, qui se tient jusqu'au 25 septembre au CCA, rassemble des expressions artistique diverses.
Les artistes peintres algériennes Mejda Ben, Amina Hammadi et Fadela Mansouri ont été les hôtes du Centre culturel algérien (CCA) de Paris le samedi 10 septembre (jusqu'au 25 septembre), à l'occasion d'une exposition collective de leurs œuvres, sous le titre de "Créativité féminine". Le vernissage s'est déroulé en présence d'un public connaisseur représentant différents arts (littérature, cinéma, Beaux-Arts...), qui a pu découvrir les toiles exposées et rencontrer les artistes présentes.
La jeune Mejda Ben a eu un parcours particulier. Après des études de psychologie, elle obtient un master en arts et sciences de l'art à Alger, ce qui lui permet d'accéder au monde artistique où elle se trace déjà un chemin prometteur : "Pour moi, l'Algérie représente une grande source d'inspiration (...) Je m'emploie à mettre à l'honneur la richesse de notre identité à travers mes choix thématiques et symboliques." Les toiles exposées de Mejda Ben représentent "le héros d'Alger" Raïs Hamidou, Alger à travers les âges, ainsi que des "fragments de réflexion", aspects philosophiques de la vie. "Depuis quelques années, je m'aventure vers la voie de la nature", ajoute-t-elle, ce qui rend la douleur des récents incendies encore plus intense, mais l'artiste célèbre l'espoir à travers un olivier dont de jeunes pousses annoncent une renaissance : "Ɣas nerɣa, ad nemɣi" (même brûlés, nous germerons de nouveau), prédit-elle.
L'autre exposante, Amina Hammadi, est une artiste peintre diplômée de l'école des Beaux-Arts de Mostaganem, où elle enseignera par la suite. Elle a sillonné tout le territoire algérien afin d'exposer lors d'événements culturels nationaux. Elle expose également à l'international, au Maroc, en Tunisie, en Jordanie ou en France où elle réside actuellement. Visages de femmes, telle est l'impression qui se dégage de prime abord de ses tableaux exposés. Les visages des femmes aux yeux fermés ou ouverts "sont le reflet de l'âme ; ils expriment la vérité et les émotions pures et intenses". Une toile attire l'attention : La Guerrière, profil d'une femme fière et déterminée dans son habit algérien traditionnel. Elle vise l'horizon où elle semble avoir conclu un accord avec l'avenir.
La troisième exposante s'appelle Fadela Mansouri. Elle a la particularité d'être autodidacte. Son école, c'est son monde intérieur dans lequel elle puise l'essentiel de son inspiration : "Lorsque je commence un tableau, j'ignore quel en sera le résultat, j'écoute mes sens jusqu'à en faire une œuvre achevée." Les peintures de Fadela Mansouri "sont empreintes d'éléments rappelant ceux du monde tels l'eau, le feu, l'air ou encore la terre. Les couleurs sont vives comme un braisier, comme une éruption volcanique presque gazeuse.
Son univers est métaphysique, onirique, fait de paysages aux confins des mondes". "Dans ses toiles, l'artiste utilise des matériaux comme le bois, la toile de jute, des éléments métalliques... qu'elle mêle à la peinture pour donner une matière si singulière à ses toiles." De la discussion avec les artistes peintres, les écrivains, les cinéastes... présents au CCA, se dégage leur volonté de contribuer à l'essor culturel du pays, mais ils regrettent cependant que les autorités et les organismes culturels algériens ne les invitent pas à étaler leur talent et à s'épanouir dans leur pays.
Un cinéaste-documentariste affirme revenir des USA où il a présenté un film sur l'Algérie, alors qu'aucune invitation ne lui est parvenue de l'autre côté de la Méditerranée. Tous ces artistes n'ont pourtant qu'une envie : renouer et communier avec le public algérien. Le monde foisonne d'auteurs algériens dans tous les domaines. Il est à espérer que les institutions culturelles algériennes, ainsi que les éditeurs, les galeries d'art, les centres cinématographiques, les médias lourds, etc. leur ouvrent leurs portes, dans l'intérêt de la culture et du public en Algérie.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.