CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Guterres critique les divisions que connaît le monde
76e session de l'AG de l'ONU
Publié dans Liberté le 16 - 09 - 2021

Pour le SG de l'ONU, "les guerres des uns et des autres doivent cesser", mettant également l'accent sur l'urgence climatique et la protection de l'environnement.
Les défis et divisions auxquels fait face le monde "sont fabriquées par l'homme", mais cela peut être corrigé pour peu que le monde travaille ensemble, a déclaré mardi soir le secrétaire général des Nations unies à l'ouverture de la 76e session de l'Assemblée générale de l'ONU. S'exprimant à l'ouverture des travaux, M. Guterres a souligné que le monde était marqué par "de grands défis et par des conflits et le changement climatique, par la hausse de la pauvreté, de l'exclusion et des inégalités, et par une pandémie qui continue de menacer la vie, les moyens de subsistance et l'avenir des populations". Selon lui, "ces problèmes sont aggravés par les divisions qui fracturent notre monde" et "par les écarts entre riches et pauvres". "Ces défis et divisions ne sont pas une force de la nature. Ils sont fabriqués par l'homme", a-t-il ajouté. Selon le chef de l'ONU, cela veut dire qu'ils "peuvent être corrigés", si le monde travaille ensemble. "Avant que la pandémie ne frappe, le monde n'était pas sur la bonne voie pour atteindre de nombreux objectifs de développement durable.
La Covid-19 a mis nos objectifs encore plus hors de portée. Nous devons accélérer notre réponse à la Covid-19, avec des vaccins, des traitements et des équipements pour tous, pas seulement pour ceux qui en ont le plus", a-t-il ajouté. "Nous devons investir dans tous les systèmes qui soutiennent le développement humain : soins de santé, nutrition, eau, éducation, protection et égalité totale pour les filles et les femmes. Nous avons besoin que les pays s'engagent et respectent des objectifs climatiques audacieux lors de la COP26 à Glasgow", a-t-il poursuivi.
D'après lui, "les guerres des uns contre les autres doivent également cesser" et "il est temps de se concentrer sur la lutte contre l'ennemi commun de l'humanité : la pandémie". "Les membres de cette Assemblée doivent parler d'une seule voix : nous avons besoin de paix, maintenant. Nous devons exprimer de nouveau notre engagement envers les valeurs qui animent l'ONU depuis le premier jour", a-t-il ajouté, citant les droits humains, le soutien aux plus vulnérables, la paix par le dialogue et la solidarité. "Au cours de l'année à venir, faisons vivre nos valeurs dans cette Assemblée et à travers nos travaux.
Et prouvons non par nos paroles, mais par nos actions et notre collaboration, que le multilatéralisme est la seule voie vers un avenir meilleur pour tous", a-t-il conclu. Abdulla Shahid, des Maldives, qui a succédé au poste de président de l'Assemblée générale en remplacement du diplomate turc Volkan Bozkir, s'est engagé, quant à lui, à "miser sur l'espoir pour renforcer la résilience afin de se relever de la Covid-19, reconstruire durablement, répondre aux besoins de la planète, respecter les droits des personnes et revitaliser l'Organisation des Nations unies".
La nouvelle session sera également portée par le thème de l'environnement à travers la Conférence sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow en novembre, et d'autres conférences de haut niveau sur la biodiversité, la désertification, l'énergie, les transports durables ou encore les systèmes alimentaires. Le coup d'envoi mardi de sa 76e session a été donné juste après avoir clos sa 75e session, dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, qui dure depuis plus d'un an et demi. Le débat général aura lieu du 21 au 27 septembre. Jusqu'à jeudi dernier, pas moins de 83 chefs d'Etat ont personnellement annoncé leur intention d'assister en personne à ce méga-événement diplomatique.
Ceux qui ne pourront pas faire le déplacement au siège de l'ONU en raison des préoccupations liées à la pandémie de Covid-19 auront la possibilité "d'envoyer une déclaration vidéo préenregistrée" qui sera diffusée lors des séances du débat général. Vingt-six dirigeants ont décidé d'utiliser ce moyen. L'année dernière, la semaine de haut niveau de la 75e session de l'AG s'était tenue virtuellement en raison de la pandémie. Seuls les ambassadeurs ou représentants en poste à New York étaient autorisés à être présents sur place.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.