Les procès de Condor et de Hattab reportés    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Ça gaze pour le pétrole !    Tir déplore la sous-facturation pratiquée par certains exportateurs    Enième coup d'Etat militaire    Beldjoud réaffirme le soutien de l'Algérie au Niger dans la formation et la modernisation de l'administration    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Trois gros chocs pour lancer le bal    Simple formalité pour les Algériennes    Le cri d'alarme de Benbouzid    362 associations s'impliquent    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    Projet de Loi de finances 2022: L'Etat renonce aux bénéfices générés par Sonatrach et Sonelgaz    Couverture et qualité de services: Les trois opérateurs de téléphonie mobile mis en garde    CAF - Coupes d'Afrique: Un beau tir groupé des Algériens    JS Kabylie: Une qualification méritée    Véhicules importés: Régularisation exceptionnelle    Une question d'Etat de droit    Huit blessés dans 2 collisions    Infiltrations d'eau dans des maisons    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien ministre Hattab reporté    Cour de Blida: Le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    La culture se perd    Salah dans l'histoire de la PL    Une cinquantaine d'accords déjà signés    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    Séminaire international sur la cause sahraouie le 28 octobre par visioconférence    Ross impute au Maroc la pleine responsabilité    Algérie télécom gâte Béjaïa    Explosion dans une usine clandestine    Pour quelques gouttes de plus...    Un nouveau procès le 6 janvier prochain    Quand les robes noires...    Un renvoi et ensuite ?    4/4 Pour les Algériens    Le Mali expulse le représentant de la Cédéao    L'ambassadeur d'Algérie à Paris rend visite à L'Expression    Le président Tebboune salue l'initiative    La nouvelle frontière de l'humanité    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Sahara Occidental-pays arabes: Des principes à deux vitesses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISE"
29e partie
Publié dans Liberté le 18 - 09 - 2021

Résumé : Latéfa s'enferme dans sa chambre et pleure sur son sort. Elle aime Tarek, mais la maladie ne lui laisse pas le choix, elle préfère qu'ils se séparent maintenant. Elle ne se fait pas d'illusions, la maladie et les traitements allaient la changer autant moralement que physiquement. Lila la joint et s'étonne de son absence et des raisons de son silence. Latéfa lui résume ce qu'elle est en train de vivre. Lila tente de la raisonner.
-Ce n'est pas le moment de baisser les bras. Les jours où tu te sentiras faible, nous serons là pour te soutenir. Tarek t'aime vraiment... Tu n'aurais pas dû. Si tu le voyais le pauvre.
-Moi aussi, je l'aime, s'écrie Latéfa, mais je ne me supporte plus. Je m'imagine sans cheveux, amaigrie ou déformée par les traitements. Je ne veux ni de son amour qui se transformera en pitié, ni encore moins de son rejet. Si la maladie m'effraie au point de me glacer le sang, imagine les autres.
-Tu ne dois pas penser à ça. Ceux qui t'aiment resteront avec toi, quoi qu'il arrive, la rassure Lila. Même si tu changes d'aspect, nous te connaissons, Latéfa, la vraie. Concentre-toi sur ce qu'il y a de positif dans ta vie. Dis-moi quand est-ce qu'on se voit ? Tu me manques, tu sais.
-Demain, je me fais opérer, lui apprend elle, mais passe quand tu veux. Tu es la bienvenue.
-Inchallah que tout se passera bien. J'ai encore du boulot. Je préfère que tu te reposes et que tu profites de ta famille. J'appellerais tes parents pour avoir de tes nouvelles. Je croise les doigts pour toi et prierais pour toi.
-Merci ma sœur.
Alors qu'elle vient de raccrocher, le téléphone sonne à nouveau et elle a mal au cœur en voyant l'identifiant où elle apparaît avec Tarek, tous deux heureux. La photo prise lors des fiançailles est si belle et lui rappelle les jours heureux. Elle refuse de décrocher. Elle souffre et elle en veut au monde entier. Pourquoi cela lui arrivait-elle ?
Tarek rappelle, insistant. Aveuglée par les larmes, elle doit s'y prendre deux ou trois fois pour refuser l'appel et le bloquer. Il devra s'y faire et accepter sa décision.
Elle se met à ranger leurs photos dans des tiroirs et les cadeaux qu'il lui a offerts au fil des années lui font de l'œil. Ils lui rappellent qu'ils étaient heureux avant ce jour maudit où elle a découvert qu'elle a cette tumeur. Respirant à fond, elle tente de se raisonner. Si la couturière n'avait pas insisté, elle serait passée à côté. Elle aurait continué les préparatifs de son mariage et serait encore avec Tarek, vivant chaque jour, dans l'insouciance et l'inconscience.
Sa vie n'aurait pas été chamboulée, mais jusqu'à quand ? Jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Latéfa doit s'estimer heureuse, car elle sera soignée à temps.
Perdue dans ses pensées, elle n'a pas vu le temps passé. Des petits coups à la porte, l'arrachent de ses pensées, c'est son père.
-Latéfa benti, ouvre, j'ai du nouveau.
-Entre...
Mais elle a oublié avoir fermé la porte à clef. Elle s'empresse d'aller lui ouvrir.
-Qu'y a-t-il ?
-Je reviens de l'hôpital. Mon ami m'a demandé de te ramener maintenant, lui dit-il. Tu vas passer la nuit là-bas et tu seras opérée, à la première heure, lui apprend-il. Allez, prépare-toi, il nous attend.
-Donne-moi quelques minutes. Je vais prendre une douche. J'ai sué, j'ai pleuré... Je ne peux pas me présenter comme ça au service. Je promets de ne pas tarder.
Latéfa prend des vêtements de rechange et file sous la douche. Comme promis, elle ne tarde pas, moins d'un quart d'heure après, elle rejoignait ses parents dans le salon. Sa mère est encore remontée contre elle et s'en prenait à son père.
-Tu sais ce qu'elle a fait et tu n'as pas dit un mot. Pour toi, c'est normal. Pourquoi tu ne l'applaudis pas ? C'est tout ce qui manque.
-Et alors ? Quoi qu'elle ait fait, elle a mon soutien, rétorque Da Ali. Elle a ses raisons. Comme d'habitude, il faut que tu en rajoutes. Ce n'est pas le moment d'en discuter, il y a plus urgent.
-Elle se gâche la vie et tu voudrais que je me taise. Tarek est venu tout à l'heure. Le pauvre...
-Je n'ai pas parlé de rompre, mais de faire une pause. Je pensais avoir été claire avec lui. Dans quelques mois, on verra... Si je suis encore là ? S'il ne sera pas passé à autre chose, on reprendre. Mais pas avant, maman, rien de ce que tu diras ne me fera changer d'avis. Je croyais que tu l'avais compris. Papa, tu m'as demandé de me préparer. C'est chose faite, partons.
Houria s'apprête à prendre son sac à main, mais sa fille la stoppe d'un geste de la main.
-Je préfère que tu restes ici. Je t'en prie, je n'ai pas la force de me quereller ave toi.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.