Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"COMME UN MIROIR BRISé"
14e partie
Publié dans Liberté le 31 - 08 - 2021

Résumé : Même si son père insiste sur les avancées de la médecine, Latéfa ne veut pas d'une opération. Quand elle parle de partir en pèlerinage, il accepte pour ne pas la contrarier. Sa mère ne la comprend pas. Latéfa l'invite à venir avec eux, mais elle refuse, ayant le mariage à préparer. Elle souhaite voir ses petits-enfants et même ses arrière-petits-enfants. Latéfa n'a plus de projets. Elle veut juste vivre.
Je te promets de les gâter, poursuit Houria. Lorsqu'ils feront des bêtises, je serais là pour les défendre, mais je prendrais soin d'eux. Tu peux en être sûre. "Si je vis encore quelques années et que je suis encore avec Tarek, peut-être que nous aurons un ou deux enfants. Est-ce que je les verrais grandir ou je les quitterais tôt ? Inchallah que maman sera encore là pour en prendre soin à ma place. Il n'y a qu'elle qui pourra les aimer comme moi, elle sera une seconde mère pour eux. Mais tout ça arrivera si j'échappe à la mort". À cette pensée, elle se met à pleurer.
-Mais ce que tu peux être émotive, remarque la mère, surprise.
-Je rêve de ce jour, précisément, dit Latéfa.
Je dois être horrible avec ce mascara qui a coulé. Yemma, je te promets de devenir quelqu'un de meilleur. Endir elkhir, je vous écouterais, je ferais tout ce que vous voulez. Prie pour moi... Donne-moi ta bénédiction.
-Ya benti... Wash biki ? Je ne te reconnais pas.
Latéfa croise le regard de son père qui l'encourage à dire la vérité, mais elle refuse.
-Baba, tu t'en occupes ? Tu m'accompagnes ? Tu ne vas pas refuser toi aussi ?
-Tu pourrais partir avec ton fiancé, propose sa mère.
-Ah non, pour mon premier pèlerinage, ce sera avec mon père ou mon frère. Je vais me coucher, décide-t-elle. Je compte sur toi baba. Tu vois avec l'agence de voyages ?
Da Ali hoche la tête. Oui, il allait s'occuper de tout. Il souffrait de ne pouvoir rien dire à sa femme. Peut-être qu'elle pourra convaincre leur fille de se soigner ? Peut-être que son fiancé réussirait à la convaincre s'il savait ?
Mais il ne veut pas la contrarier même s'il aurait été préférable d'avoir les résultats de la biopsie avant de partir. Comme toujours, lorsqu'elle a une idée derrière la tête, elle reste sourde aux prières et aux conseils des autres. Il regrette d'avoir promis de garder le silence. Il aurait partagé ses peurs et ses espoirs avec sa famille. Lui qui a toujours connu sa fille insouciante et heureuse, la voit pensive et ses soupirs lui fendent le cœur. Il comprend ses peurs, il tremble à l'idée de la perdre. Il espère qu'après ce voyage à la Mecque, elle l'écoutera. Pour l'instant, il cède à son envie du moment.
Il prend contact avec une agence de voyages et réserve deux places. Ils partent moins d'une semaine après. Latéfa a pris soin de laisser les clefs et la comptabilité à Lila. Elle ne lui raconte rien de ce qu'elle est en train de vivre. Le vendredi, ses frères viennent déjeuner avec eux. Elle prend des photos, en compagnie de toute sa famille. Le jour de leur départ, elle va voir son fiancé, ce dernier est administrateur dans une entreprise multinationale. Sa visite le surprend, mais il est heureux de la voir. Il ne le cache pas.
-Enfin, ma belle daigne m'accorder du temps. Je commençais à me poser des questions, je ne comprenais pas ton silence.
Latéfa est toute émue.
-J'étais dépassée... Un jour, je te raconterais, promet-elle. Est-ce que tu peux faire une pause ?
Tarek grimace, désolé.
-Tu aurais dû m'appeler avant ou même me laisser un message. Ma belle, j'ai des réunions, dit-il. J'ai une journée chargée, mais si tu veux, on se voit en fin de journée. Je t'accorderais tout le temps que tu veux. Tu vas bien ?
-Oui, oui. Je ne fais que passer, précise-t-elle. Nous sortirons une autre fois. Je voulais te prévenir que je partais en voyage, quelques jours, avec mon père. Ne sois pas surpris ou inquiet que je ne réponde pas au téléphone.
-J'ignorais que tu partais en voyage ? Il est prévu depuis quand ?
-Il voulait partir en pèlerinage et il m'a proposé de l'accompagner, dit-elle. Nous reviendrons vite. Tu n'auras pas le temps de t'ennuyer de moi. Enfin, j'espère que je vais te manquer.
Tarek croit avoir mal entendu.
-Tu pars à la Mecque ? Allah Akbar ! Quel revirement, s'écrie-t-il. Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu me surprends... Explique-moi pourquoi tu as envie d'y aller ?

À SUIVRE
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.