Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin
Battu avec un large score aux dernières législatives
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2021

Pour avoir cautionné le processus de normalisation des relations diplomatiques israélo-marocaines, les islamistes ont subi une défaite cinglante aux dernières législatives en passant de 125 à 13 sièges au Parlement.
Quelques jours après leur cinglante défaite aux législatives, les islamistes marocains continuent de crier à la fraude. Le parti islamiste PJD a dénoncé "les violations et les irrégularités" qui ont émaillé les dernières élections générales au Maroc, où il a essuyé une déroute historique, selon un communiqué diffusé hier.
Le Parti de la justice et du développement (PJD) "dénonce les violations et les irrégularités qu'ont connues les élections", dont "l'usage massif de l'argent, la manipulation des procès-verbaux ou encore les noms rayés des listes électorales ou ceux y figurant doublement", accuse le communiqué clôturant une session extraordinaire du conseil national du PJD tenue samedi à huis clos.
Ces "formes de corruption électorale ont abouti à l'annonce de résultats qui ne reflètent pas la teneur de la cartographie politique et la libre volonté des électeurs", estime le parti islamiste modéré, qui a déploré "une régression de notre expérience démocratique".
Selon le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, les opérations de vote se sont déroulées "dans des circonstances normales, hormis des cas isolés". Au pouvoir depuis dix ans, sans jamais véritablement gouverner, le PJD s'est effondré aux législatives, passant de 125 sièges à 13 sur un total de 395.
L'ampleur inattendue de la défaite s'est confirmée avec les élections locales, tenues le même jour : le parti a dégringolé de 5 021 élus à 777 aux communales et de 174 sièges à 18 aux régionales contre 174. En fin de campagne et le jour du vote, les islamistes avaient déjà fait état de "graves irrégularités", citant des achats de voix et de candidats ainsi que "la distribution obscène d'argent" à proximité de bureaux de vote.
Le PJD "est à un tournant important où nous pouvons questionner nos choix (...) sans succomber à la psychologie de la défaite", a dit samedi son secrétaire général démissionnaire, Saâd Eddine El-Othmani, dans la réunion à huis clos.
Le parti a convoqué un congrès extraordinaire "fin octobre" qui choisira une nouvelle direction après la démission collective du secrétariat général au lendemain de la débâcle électorale. "Nous sommes encore sous le choc. C'est comme si le parti était en réanimation, mais nous ambitionnons de le ressusciter", a promis une responsable du PJD Amina Maelainine.
C'est le parti libéral du Rassemblement national des indépendants (RNI), considéré comme proche du palais royal, qui a triomphé le 8 septembre, raflant 102 sièges à la Chambre des représentants.
Son patron, le milliardaire Aziz Akhannouch — désigné depuis chef du gouvernement par le roi Mohammed VI —, a lancé des tractations avec les partis représentés au Parlement — mis à part le PJD retourné dans l'opposition — pour former une coalition gouvernementale.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.