Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le grand gaspillage
LA REEVALUATION DES PROJETS COÛTE À L'ETAT PLUS DE 8 900 MILLIARDS DE DINARS
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2021

Les surcoûts exorbitants que génèrent les réévaluations récurrentes des projets d'équipements publics pèsent lourdement sur le budget de l'Etat. Un véritable gouffre financier, mais aussi une source de gabegie.
Les opérations de réévaluation à répétition des projets d'équipements publics ont coûté à l'Etat 8 908 milliards de dinars sur la période 2005-2020, soit une moyenne de près de 600 milliards de dinars par an.
Le chiffre a été communiqué, jeudi, par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, lors d'une plénière consacrée à ses réponses aux questions des députés sur le plan d'action du gouvernement. Les effets pervers de la politique d'expansion budgétaire qui a marqué les 20 dernières années ne sont plus un tabou.
Certes, le pays avait un besoin criant en infrastructures et investissements. La dépense publique de la décennie 2000, voire jusqu'en 2015 — années marquées par une hausse des cours mondiaux du pétrole — a donné lieu à de multiples fléaux économiques, à l'image de la corruption, de la gabegie et du gaspillage des ressources financières.
Bien que les budgets étaient codifiés par une loi de finances principale et une loi de finances complémentaire, devenue une règle, les gouvernements de l'époque semblaient se ménager des marges de manœuvre supplémentaires afin de réévaluer des projets d'équipements et des autorisations de programme.
Le montant des surcoûts générés par la réévaluation à répétition des projets, communiqué, jeudi, par le Premier ministre, donne le tournis et renseigne sur une pratique érigée en règle dans la budgétisation et la gestion des programmes d'investissement public.
On parle ici d'une dérive qui représente près de 80 milliards de dollars en quinze ans, soit près du double du solde actuel des réserves de changes. Dans ses rapports d'appréciation sur l'exécution des budgets, la Cour des comptes a, pourtant, à maintes reprises, sonné le tocsin quant aux surcoûts résultant des réévaluations successives des projets. Pratiquement tous les ministères et les institutions de l'Etat s'adonnaient à cette pratique pourtant si nuisible à l'économie.
Dans certains cas cités par la Cour des comptes, le taux de réévaluation des autorisations de programme atteignant les 1000%. Dans leurs différents rapports, les magistrats financiers de la Cour des comptes ont écrit que l'absence ou l'insuffisance de maturation des opérations d'investissement, notamment en matière des études des projets, a été à l'origine de réévaluations répétées des opérations d'équipement.
"L'examen par la Cour des comptes des budgets d'équipement a permis de relever qu'un nombre important d'opérations a fait soit l'objet de réévaluations, soit de restructurations et, dans certains cas, les deux à la fois, durant la phase de réalisation des projets et parfois même avant le lancement des travaux d'exécution. Les modifications opérées ont porté le plus souvent sur les coûts, la consistance physique des travaux, les délais d'exécution ou encore sur la structure des projets", a écrit l'institution dans son rapport d'appréciation de l'exécution du budget de l'année 2015.
Les importations des services à coups de 10 à 12 milliards de dollars annuellement n'ont pas servi, semble-t-il, à anticiper les surcoûts à travers une bonne maturation et une gestion efficiente des projets. La pratique de la surfacturation et de la réévaluation des projets a été l'une des caractéristiques de la gouvernance économique des années post-2000.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.