Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un hommage a minima
BOUTEFLIKA INHUME HIER EN PRESENCE DES DIRIGEANTS ET SANS FERVEUR POPULAIRE
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2021

Deux jours après son décès, Abdelaziz Bouteflika a été inhumé hier au carré des martyrs du cimetière d'El-Alia, à Alger, en présence des officiels, à leur tête Abdelmadjid Tebboune.
L'homme qui rêvait de funérailles nationales n'a eu droit qu'à un sobre hommage officiel. Au cimetière d'El-Alia, où reposent les anciens chefs de l'Etat et dirigeants importants de la guerre de Libération nationale, les autorités ont tout déployé : surveillance policière renforcée, embellissement des lieux et surtout verrouillage de l'information.
Les médias, hormis ceux du gouvernement, nombreux à vouloir immortaliser l'événement, ont été tenus à l'écart de la cérémonie officielle. Sous un soleil de plomb, les reporters, mêlés aux quelques citoyens venus jeter un dernier regard sur le cortège funèbre, étaient aux aguets.
Quelques citoyens venus des quartiers environnants, scrutaient l'arrivée de la dépouille. "Même l'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, pourtant jugé publiquement, a eu droit à des funérailles nationales. On aurait pu faire la même chose pour Bouteflika", se désole un sexagénaire rencontré sur les lieux.
C'est en fin de matinée que le cortège funèbre a quitté la résidence d'Etat de Zéralda, où était reclus Abdelaziz Bouteflika depuis de longues années. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent le cercueil tracté par un char d'apparat de l'armée quittant l'enceinte sous les youyous et les applaudissements des présents.
Le véhicule, orné de fleurs et des couleurs nationales, est devancé par un camion transportant des soldats. La procession s'est ébranlée en direction d'El-Alia vers midi. Elle a arpenté la Rocade Sud d'Alger. Aucune présence populaire sur le chemin. Aucun hommage. Pas de halte au Palais du peuple comme ce fut le cas pour les anciens chefs de l'Etat.
La dépouille d'Abdelaziz Bouteflika est passée devant la Grande Mosquée d'Alger, construite sous sa présidence et qu'il aurait probablement rêvé d'inaugurer. 13 heures sonnantes. Le cortège funèbre arrive enfin au cimetière d'El-Alia. Le soleil est au zénith. "Allah Irahmek sidi raïs (que Dieu t'accorde Sa Miséricorde, M. le président)", crie un homme, empêché par les policiers de dépasser le trottoir.
Les crépitements des flashes des photographes immortalisent l'instant. Une vingtaine d'imams de la zaouïa El-Belkaïdia, une des sources d'inspiration du défunt et dont le siège est à Tixeraïne, entonnent des chants soufis. Nous n'avons pas été autorisés à pénétrer dans le cimetière.
Des images diffusées par les médias officiels ont cependant montré le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, entouré de Nacer Bouteflika, le frère du défunt, et de hauts responsables de l'Etat se recueillant sur la dépouille de l'ancien président de la République.
"L'Algérie fait ses adieux à un moudjahid que l'histoire retiendra pour son apport, aux côtés de ceux dont les noms ont été gravés en lettres d'or durant la lutte armée", a ainsi indiqué Laïd Rebiga, ministre des Moudjahidine, dans son oraison funèbre et dont les propos ont été rapportés par l'APS.
"Un officier de l'Armée de libération nationale (ALN) s'en va, le commandant Abdelaziz Bouteflika qui, au lendemain de l'indépendance nationale, était mobilisé parmi les hommes de l'Algérie durant cette période difficile dans laquelle les Algériennes et les Algériens se sont mobilisés pour construire le pays après la glorieuse guerre de Libération", a-t-il poursuivi.
À peine les obsèques officielles achevées, quelques citoyens, visiblement des partisans du FLN, ont pu se recueillir sur la tombe d'Abdelaziz Bouteflika. Ils ont déposé des fleurs sur sa tombe. Bouteflika venait de rejoindre quatre de ses prédécesseurs, mais tous accompagnés à leur dernière demeure par une ferveur populaire. Sauf lui.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.