les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La renaissance    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pas de changements pour la rentrée universitaire
ENSEIGNEMENT DE MEDECINE
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2021

Le département d'Abdelbaki Benziane assure qu'il n'y aura pas de changement dans le cursus de formation de médecins, maintenu à sept années.
Les études de médecine en Algérie ne connaîtront pas de nouveaux changements cette année. C'est ce que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) a indiqué dans un communiqué publié le 23 septembre, à quelques jours de la reprise universitaire annoncée pour le 3 octobre.
Sans doute pour couper court à une rumeur naissante faisant état de la prolongation du cursus universitaire de 7 à 9 années, le département d'Abdelbaki Benziane a écrit : "Il est clairement entendu que conformément à la réglementation en vigueur, tous les étudiants actuellement inscrits en médecine feront un cursus de sept années."
Soit deux cycles consécutifs de trois années chacun suivis d'une année de stage en internat. Une annonce qui n'agréait clairement pas le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le Dr Lyès Merabet, dont le constat est sans équivoque. "Les lobbies des spécialités médicales (...) continuent d'imposer leur logique autoritaire et 'monopolistique'. (...)
Ils empêchent la création de la spécialité de médecine générale et l'adoption de sa formation comme c'est le cas dans les pays du Maghreb et les pays du monde depuis des décennies (...)", fustige-t-il sur les réseaux sociaux en déplorant que "la pensée calcifiée de certains 'spécialistes' et la myopie persistante des politiques de réformes boiteuses (...) entravent la concrétisation d'un projet et d'une demande stratégique pour l'avancement du secteur de la santé dans le pays (...)".
Pour remédier au déphasage des programmes d'enseignement de médecine avec les évolutions mondiales et son impact sur le système de santé en Algérie, une réforme progressive des études médicales a été lancée dès la rentrée 2018-2019 par l'introduction, au premier cycle de trois années, de nouveaux modules (sciences humaines et langues), ainsi que d'une formation paramédicale.
"Ce changement se poursuivra, dès la rentrée 2021-2022, par le deuxième cycle", indique le communiqué du MESRS qui explique, qu'outre la définition d'objectifs clairs dans l'enseignement théorique, la refonte des études de médecine consiste en un "renforcement conséquent et solide des stages pratiques" avec la mise en place d'un carnet de l'étudiant pour "le suivi et la validation de l'apprentissage et des compétences par des pédagogues et des praticiens".
Au cours d'une rencontre d'évaluation de l'avancée de la refonte organisée à Alger par l'ensemble des facultés de médecine du pays, les participants (délégués d'étudiants et enseignants) ont été unanimes à constater la pertinence des stages pratiques qui permettent d'initier les étudiants au secourisme, aux soins infirmiers et aux apprentissages pratiques.
En revanche, l'introduction des langues a été vue comme un échec tout comme le cours magistral qui a été autant rejeté par les étudiants que par les enseignants.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.