Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rompre avec le statu quo
TEBBOUNE PRESSE LES WALIS D'ENCOURAGER LES INVESTISSEMENTS
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2021

À l'ouverture de la réunion gouvernement-walis, le président de la République a appelé à faciliter l'acte d'investir pour sortir du statu quo et impulser une dynamique au développement.
Conscient que la confiance constitue l'un des moteurs essentiels de la reprise économique, le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, a plaidé, hier, en faveur de la débureaucratisation de l'économie et de la dépénalisation de l'acte de gestion.
Dans un discours prononcé à l'ouverture de la rencontre annuelle gouvernement-walis, le président de la République a tenu à rassurer les walis et les gestionnaires de l'administration publique économique quant aux dispositions prises par l'Etat en leur faveur, dont l'interdiction de diligenter des enquêtes sur la base de lettres anonymes et l'impératif d'un mandat de la tutelle dans toute opération d'investigation.
Le chef de l'Etat s'est ainsi livré à un long plaidoyer dont l'objectif était de dépassionner la gestion et de désamorcer la crise de signature qui mine l'administration économique.
"Signez lorsque le citoyen est en droit et même s'il y a des erreurs dans la prise de décision, cela s'expliquerait par un défaut dans la compréhension de la loi", a ainsi déclaré Abdelmadjid Tebboune, en s'adressant aux walis. "Si l'investisseur n'était pas reçu par le wali et/ou par le fonctionnaire, il se fera éventuellement prendre dans le piège des intermédiaires", estime le chef de l'Etat, insistant sans relâche sur l'impératif de faciliter l'investissement, soulignant sur sa lancée que "le statu quo n'est ni dans l'intérêt du pays ni dans celui des gouvernés".
Le Président sait qu'une réponse suffisante à la crise de signature qui méduse l'administration est cruciale pour la reprise économique. La prudence excessive adoptée par les fonctionnaires de l'Etat a ralenti le retour de la croissance. Il a estimé qu'aucun investisseur ne doit être laissé dans l'indécision et l'incertitude.
"On ne décourage pas les gens ! Laissez-les travailler et créer des richesses et des emplois", a déclaré Abdelmadjid Tebboune, en s'adressant aux walis et aux fonctionnaires de l'Etat. Le Président veut ainsi redonner de l'optimisme aux investisseurs et confiance aux fonctionnaires de l'Etat.
Il a ainsi annoncé, à l'occasion, de nouvelles facilitations à l'investissement dans le cadre de la révision de la loi sur l'investissement. Il a réitéré l'engagement du gouvernement à faire aboutir la privatisation de certaines entreprises et banques publiques, dans une action "de révision du mode de gestion et de fonctionnement du secteur public marchand".
Une réforme participative des subventions
En attendant la mise sur pied, sous peu, selon le chef de l'Etat, d'une Agence nationale du foncier industriel, il fait obligation aux walis de manager des travaux d'aménagement de zones d'activité au niveau local et de faciliter aux investisseurs l'accès au foncier.
"Il faut faciliter l'accès au foncier et contrôler a posteriori l'usage qu'on en fait", suggère Abdelmadjid Tebboune, soulignant la nécessité de "clore ce dossier avant la fin de l'année en cours". L'enjeu, selon lui, est de permettre à la reprise de se poursuivre et à l'économie de se rétablir définitivement des conséquences de la pandémie.
"Nous vivons une situation exceptionnelle provoquée par la pandémie, laquelle a entraîné une rechute des cours mondiaux du pétrole qui n'a pas été sans conséquence sur l'économie nationale", a indiqué le chef de l'Etat, rassurant, dans la foulée, sur des tendances qui virent désormais au vert. "Nous parviendrons à rétablir l'équilibre de la balance des paiements d'ici à la fin de l'année en cours."
Il a beaucoup insisté sur l'impératif d'élever l'offre domestique en produits alimentaires et services pour rétablir durablement l'équilibre de la balance des paiements, et accélérer ainsi le processus de diversification de l'économie nationale. Au chapitre social, le chef de l'Etat a réitéré le caractère social de l'Etat algérien, ainsi que l'impératif d'une "réforme réfléchie" du dispositif des subventions généralisées.
"L'Etat doit continuer à protéger les classes sociales défavorisées, mais cette prise en charge doit être revue de manière à orienter ces aides en faveur des ménages en difficulté", a-t-il expliqué, annonçant, par la même occasion, l'installation de plusieurs commissions, afin que cette réforme soit "participative", aidée essentiellement par le Cnese.
Cette révision du dispositif actuel des subventions devrait être appuyée par plusieurs autres actions destinées, selon le chef de l'Etat, à préserver et à améliorer le pouvoir d'achat des ménages, dont l'élaboration d'une loi criminalisant la spéculation sur les produits de base, ainsi que l'attribution d'une allocation chômage, laquelle interviendra dès 2022 avec l'entrée en vigueur de la loi de finances 2022, selon Abdelmadjid Tebboune.
Ainsi, dans son intervention à l'ouverture de la réunion gouvernement-walis, le président de la République s'est investi dans un long plaidoyer en faveur de la débureaucratisation de l'économie et de la dépénalisation de l'acte de gestion, assurant les fonctionnaires de la protection de l'Etat et les investisseurs du soutien des institutions.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.