Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Se sentir humilié après les déclarations de Macron
L'Autre Algérie
Publié dans Liberté le 07 - 10 - 2021


Par : Kamel daoud
Ecrivain
Après les déclarations de Macron sur l'Algérie, la mémoire et l'avenir, je me suis senti personnellement humilié. De ce qu'il a dit ? Non. Ce qui humilie, c'est l'ampleur vide, futile, de la réaction des miens, des Algériens. Autant de rage, de colère et d'exagérations humilient en ce qu'elles révèlent le vide d'un projet national, algérien, collectif pour ce pays. Si nous nous sommes autant pressés de refaire la guerre à la France, c'est que nous avons perdu celle au présent contre nos misères et nos pauvretés. Voir autant d'esprits, pourtant lucides, de vieux vétérans, de tuteurs féodaux et de militants à vide réagir avec autant de force, se surpassant dans la "condamnation", interpelle, mais surtout déçoit profondément, avilit.
Qu'avons-nous nous-mêmes fait de ce pays pour aujourd'hui chercher ailleurs ce qui le définit ? À quand une indépendance affective qui puisse nous permettre de fonder une souveraineté de la confiance en soi, de l'identité imperturbable et définie par les siens et par l'ailleurs ? Pourquoi refaire la bataille d'Alger au lieu de reconstruire Alger, l'Algérie ? Est-il important de chercher si l'Algérie avait existé avant la colonisation française ou de s'interroger, avec inquiétude et courage, si elle va encore exister dans dix ans ? Pourquoi c'est la France qui nous unit dans la réaction et c'est l'Algérie qui nous divise dans l'action ?
Autant de questions que le courage aurait dû nous imposer, mais que la lâcheté face au présent nous fait fuir. Car, qu'importe ce que dit Macron si nous étions confiants en nous-mêmes et que nos certitudes n'étaient pas que de rageurs enthousiasmes ? C'est justement ce qui humilie : voir l'islamiste user des mêmes postures que le laïc, le démocrate, l'opposant, l'homme du "Régime", pour croire trouver une union sacrée, du sens dans un remake lassant de la guerre de libération imaginaire. Voilà où nous en sommes au final, à dépendre de l'autre pour trouver du sens à ce que nous sommes. Voilà ce qui blesse et rabaisse les yeux vers la terre mal peuplée. Quand allons-nous accepter de cesser de croire à un monopole exclusif sur le récit de cette guerre qui a tant tué et séparé ? Quand allons-nous admettre que l'Autre pays, la France, a ce droit d'en faire le récit selon ses besoins, ses honnêtetés, ses courages et ses reculades ? Macron a discuté avec des Français et selon les besoins de la France au présent, qu'avons-nous à faire de ce qu'il croit ou va croire un autre jour ?
Si nous étions si indépendants, si libres, pourquoi même les plus brillants d'entre nous cèdent si facilement, si souvent, à cette guerre congelée ? Quand allons-nous enfin nous occuper du présent, sans déni du passé, mais du passé sans lui donner le monopole total sur nos présents ? Quand aurons-nous des enfants qui ne naissent pas vieux, perclus de blessures de guerre, mais vantards comme des survivants et âgés comme des vétérans et que seules la chaloupe et la mer rajeunissent ? Quand allons-nous prendre des chemins d'audace et d'enrichissement comme Taïwan après la colonisation japonaise, le Vietnam après deux guerres horribles, la Corée du Sud, etc. ? Ces défilés, routiniers, de faux blessés, d'archivistes des faux chiffres, de rescapés imaginaires d'une guerre depuis longtemps finie, ces médaillés et ces chefs en selfies, tout cela, mon Dieu, blesse et humilie !
La haine de la France, nous l'avons, et c'est une vérité. Mais elle n'est pas due uniquement aux meurtres du passé. Elle est due au vide, au présent, à l'oisiveté, elle se partage entre rentiers du victimaire et prêcheurs de nouvelles croisades, entre islamistes et dé-coloniaux chômeurs, elle nous soude et nous piège, nous empêche de dormir et de nous réveiller, de travailler et d'avoir un rêve autre que celui de détruire la France ou d'y aller vivre. C'est une réalité. La France est le miroir que nous n'aimons pas. Il suffit pour un ministre incompétent de crier que "la France est notre ennemi éternel" pour faire oublier son incompétence, se faire applaudir et saluer les foules comme un libérateur. Il a suffi d'un mot du président de France pour qu'enfin nous ayons un pays bref et uni, sacré et hérissé. Mais dès sa phrase finie, nous voilà sans but et sans ennemi qui nous soudent à l'éternité et à la gloire. Nous allons alors le chercher encore ailleurs : à l'Est, à l'Ouest, au Sud, dans les eaux avec un délire sur un sous-marin, etc.
Où es-tu Grand Emir Abdelkader pour nous réapprendre à gagner dans la magnanimité, perdre dans l'élégance, croire en préservant le mystère du monde, se battre sans aveuglements ? Où es-tu pour nous rappeler que la terre d'un pays est ce que nous avons entre les mains et pas sous les pieds ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.