JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou
Ses avocats relèvent une "dimension politique" dans l'extinction des poursuites contre leur mandant
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2021

La décision de la cour de Tipasa qui a prononcé l'extinction des poursuites contre Karim Tabbou est "une décision judiciaire qui a des dimensions politiques". Assis entre ses avocats dans une minuscule pièce de la banlieue d'Alger, l'ancien premier secrétaire national du FFS a tenté d'expliquer, hier, le verdict rendu lundi par la cour de justice de Tipasa.
S'il tient à savourer cette petite victoire qui arrive après un long feuilleton judiciaire qui a commencé lors de sa première arrestation musclée le 11 septembre 2019, Karim Tabbou n'en reste pas moins lucide. Pour lui, cette décision de la cour de justice de Tipasa — "conforme au droit", selon son avocat Toufik Balaâla — est la conséquence de l'interpellation des autorités algériennes par le groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. Dans leur avis, les experts de cet organisme onusien ont, en effet, relevé toutes les infractions soulevées par la défense de l'homme politique ; cela va de la double poursuite du prévenu par deux juridictions différentes — pourtant interdite par la loi — jusqu'à la violation des procédures judiciaires lors du procès en appel du 23 mars 2020, en passant par la privation du détenu d'un droit élémentaire qui est celui de disposer d'un avocat lors de la présentation devant les juges.
Le document, que nous avons consulté, est tellement détaillé et étayé que les autorités algériennes ont dû effacer une séquence importante de leurs réponses : elles n'évoquent nulle part la première arrestation musclée de l'homme politique, le 11 septembre 2019. C'est le cheminement de ce premier dossier qui devait aboutir à la décision de la cour de justice de Tipasa qui a finalement décidé de l'abandon des charges retenues contre Karim Tabbou, puisque ce dernier a déjà été condamné par la cour de justice d'Alger pour les mêmes faits.
Au-delà de ces faits liés à la procédure judiciaire, l'affaire Tabbou a prouvé "l'existence de parties qui se considèrent au-dessus des lois", a fulminé Toufik Belaâla qui est remonté jusqu'à l'"enchevêtrement" des deux affaires de l'homme politique pour expliquer ses remontrances. La meilleure illustration de cette situation est l'arrestation de son mandant le 25 septembre 2019, à peine 8 heures après sa libération par la chambre d'accusation de la cour de Tipasa. Puis moins de 10 jours après sa condamnation à une année de prison, en mars 2020, dont 6 mois avec sursis, Tabbou avait été jugé en appel "avant même la publication du jugement du tribunal de Sidi M'hamed", alors qu'il devait quitter la prison deux jours plus tard.
"Cela prouve que de hauts responsables ne voulaient pas qu'il sorte de prison". "Il y a une violation flagrante de la loi dans le seul but d'atteindre les objectifs fixés par la police politique", a tranché, pour sa part, Ali Fellah, un autre avocat de Karim Tabbou. Pis encore, l'orateur a révélé que lors du procès en appel à la cour d'Alger, durant lequel le militant politique a été victime d'un malaise à l'audience, "il y a eu falsification du verdict". Mais plus que cela, le pourvoi en cassation, introduit par Karim Tabbou en mai 2020, n'est toujours pas transmis par le parquet à la Cour suprême.

Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.