Elections locales : taux de participation de 36,58% pour les APC et 34,76 % pour les APW    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Royaume-Uni    Elaborer une stratégie médiatique moderne face à l'infoguerre    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Ballon d'Or 2021 : Kahn pense que Lewandowski le méritait davantage    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Foot/Coupe arabe Fifa-2021: Réussir notre entrée face au Soudan    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Une bureaucratie en remplace une autre !    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Les nouvelles technologies au secours de la culture    La ville de tous les possibles    Exposition sur Charles de Foucauld à Alger    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    Les précisions du Fonds national de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    11 entraîneurs européens présents au Qatar    L'article 29 à la carte !    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    ES Ben Aknoun : Farid Zemiti nouvel entraîneur    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La riposte de l'Opep+    Un cas unique de corruption    Le dossier sahélien scruté    Assommants cachets...    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un voyage sans frontières
Musée privé "Itinéraires Algérie Afrique"
Publié dans Liberté le 21 - 10 - 2021

Ouvert le 2 septembre 2020, cet établissement, qui célèbre son "an 1", est une vraie mine d'or. Une véritable caverne d'Ali Baba. D'ailleurs, pas moins d'un millier de statuettes, de masques, de tableaux, de pièces de monnaie, de sceptres, de bijoux, de couteaux, d'ustensiles de cuisine... y sont exposés au bonheur de passionnés d'art africain.
Dans le quartier de Dely Ibrahim à l'ouest d'Alger, une grande maison blanche surplombe la rue du 48 Bois-des-Cars. Située en face d'un restaurant et de divers commerces, cette propriété est loin d'être une simple demeure privée, car elle renferme toute la richesse de l'Afrique entre ses quatre murs. Et cette richesse est exposée au sous-sol de "Dar Aziza Amina", que le propriétaire Abdelkrim Benbahmed a transformé en un musée privé - le premier du genre dans le pays - baptisé "Itinéraires Algérie Afrique". Ouvert le 2 septembre 2020, cet établissement qui célèbre son "an 1", est une vraie mine d'or. Une véritable caverne d'Ali Baba. D'ailleurs, pas moins d'un millier de statuettes, de masques, de tableaux, de pièces de monnaie, de sceptres, de bijoux, de couteaux, d'ustensiles de cuisine... y sont exposés au bonheur de passionnés d'art africain.
Ces objets dont la plupart remontent à des centaines et même à des milliers d'années, sont le fruit d'une quête de toute une vie, soit soixante ans de recherches. Abdelkrim Benbahmed n'est pas un collectionneur lambda, mais un grand passionné du continent. Âgé de 80 ans aujourd'hui, toute sa jeunesse durant, il a sillonné le continent en compagnie de son épouse Amina. Partageant cette passion commune, tels des "Indiana Jones" à la recherche de "l'arche perdu", le couple Benbahmed a rassemblé pas moins de cinq mille pièces qu'il voulait garder en souvenir. Loin d'être un archéologue comme "Henry Walton Jones JR", Abdelkrim était cadre à la Banque africaine du développement et professeur à l'université. "Alors que j'étais étudiant, j'ai réalisé mon premier voyage en 1963, dans le cadre d'un congrès au Ghana d'où j'ai ramené mon premier objet, une canne offerte par le chef d'une tribu. Mais ma passion pour le continent est née en 1962, grâce à ma rencontre avec des étudiants de pays africains", nous a-t-il révélé lors d'une visite guidée. Etudiant en mathématiques, à 20 ans il épouse Amina. "À cette époque nous étions considérés comme des mineurs", se souvient-il avec le sourire. Alors commence une existence captivante.
"J'ai visité 51 pays d'Afrique et avons vécu Amina et moi, un peu partout, notamment en Libye, en Tunisie, au Kenya, en Afrique du Sud ou encore en Côte d'Ivoire." En 1997, alors qu'ils sont installés à Abidjan, Abdelkrim Benbahmed nous révèle qu'Amina ne cessait de lui demander : "Qu'allons-nous faire de tous ces objets rangés dans des cartons à Alger ?". Suite à cet épisode, en 2002, ils reviennent à Alger et pense à créer la fondation FAABBA (initiale de leur nom), qui orne le musée, un centre de recherche et un laboratoire. "Une institution à caractère privé, apolitique et sans but lucratif, de nature associative. La Fondation dispose de la personnalité morale et de la capacité civile et exerce ses activités sur l'ensemble du territoire national et à l'étranger. Elle a pour but de faire connaître par l'observation, l'étude et la recherche, le continent africain dans ses interrelations avec l'Algérie."
Dans le musée ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h, sont exposés des objets classés par "Grandes familles culturelles", car pour Abdelkrim, "la culture est sans frontières". Afin de le démontrer une carte est accrochée à l'entrée du musée où l'on peut découvrir un continent uni sans frontières. Outre la nouvelle collection proposée, la fondation lancera prochainement le think tank 'Africa-Up coalition', qui tend à la mobilisation de l'intelligence africaine pour "réfléchir sur toute thématique ayant un caractère matériel et immatériel au service du développement économique, social et culturel de l'Afrique".

Hana Menasria


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.