Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prolifération des constructions illicites à Bou-Sâada
M'Sila
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2021

Des arrêtés de démolition ont été déjà publiés et une opération d'éradication des constructions illicites est lancée depuis deux semaines. Mais les citoyens sont sceptiques quant à la fin de ce phénomène qui prend de l'ampleur à Bou-Sâada.
Plus de 1000 habitations ont été recensées dont 350 constructions illicites en quelques mois dans plusieurs quartiers de Bou-Sâada, 68 km au sud du chef-lieu de la wilaya de M'sila, affirment les autorités locales, instruites de mener une opération de démolition dans les meilleurs délais. Ce chiffre alarmant renseigne sur l'ampleur du phénomène de dilapidation du foncier dans toute la région.
Des chantiers au vu et au su de tout le monde au niveau de plusieurs quartiers, dont Mitter, Mohamed-Chaâbani, El-Battan, les 110 et Ghaïlassa, tournent à plein régime de jour comme de nuit, a-t-on constaté.
Des villas ont été érigées sans aucun document officiel, et parler dans ces conditions de respect de la réglementation en vigueur n'est que chimère. En tout, la commune de Bou-Sâada enregistre le plus grand nombre de constructions illicites sur son territoire, en attendant la promulgation des arrêtés de démolition et leur exécution.
"Les autorités communales et les daïras assument totalement une grande responsabilité, car elles n'arrivent pas à faire face à l'appétit féroce de la mafia du foncier, et pourtant ces constructions illicites sont érigées au vu et au su de tout le monde. Sans disposer du moindre document, de nombreuses villas sortent de terre dans l'indifférence générale des autorités locales", dénoncent d'anciens habitants de la cité du Bonheur (Bou-Sâada). "On laisse pourrir en encourageant ce genre de phénomène qui a pris de l'ampleur", ajoutent-ils, affirmant que cette situation ne date pas d'aujourd'hui.
Ces derniers constatent au quotidien que des villas gigantesques fleurissent en toute illégalité dans la région. Certaines bâtisses sont érigées sur des terrains inappropriés et inadaptés, voire dangereux. Malheureusement, aucune instance officielle ne semble avoir accordé la moindre autorisation d'urbanisme.
Tout le monde se rejette la balle, chacun accusant l'autre d'être responsable de cette situation. "Avec cette situation, la cité du Bonheur (Bou-Sâada) s'est clochardisée et complètement dégradée. Son style architectural, ses oasis et même sa vie sociale ont complètement changé. Ce n'est plus Bou-Sâada", déplorent les anciens. Les propriétaires de ces constructions illicites profitent de cette période de pré-sélection pour commettre leur forfait, accusent nos interlocuteurs.
Pour mettre fin à ce phénomène, lors de sa visite dans la région, à l'occasion de la Journée nationale de l'arbre, le wali de M'sila a donné des instructions fermes pour appliquer toutes les décisions de démolition et remplacer ces espaces par des projets d'utilité publique ou des zones de loisirs et touristiques.
Les responsables de la commune annoncent que l'opération de démolition a déjà commencé, il y a deux semaines, et va se poursuivre jusqu'à l'éradication de toutes ces constructions illicites.
"Ce n'est pas la première fois qu'un wali ou des maires promettent de sévir contre les constructions illicites par leur démolition et la poursuite en justice des propriétaires, mais sans y aller jusqu'au bout, et les constructions illicites prolifèrent tout au long de l'année", regrettent les Boussâadis, qui rappellent que plusieurs arrêtés de démolition de constructions illicites établis à travers la région restent sans exécution et, justement, la question que des sceptiques se posent est de savoir jusqu'où iront les autorités dans cette opération de
démolition.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.