Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MERIEM
114e partie
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2021

Résumé : Meriem est intriguée. Le jeune garçon a eu envers elle une réaction inattendue. Ne voulant pas alarmer son mari, elle tente de faire elle-même la lumière sur cette affaire. Hakim lui propose de passer le week-end à la campagne. Elle ne refuse pas. Un peu de repos ne sera pas de trop.
On est à la veille du week-end. Meriem annonce à ses enfants qu'ils vont se rendre à la campagne, et ils sautent de joie à cette perspective. Elle se hâte de préparer leur paquetage et de faire quelques courses, puis prend le chemin de son village. Hakim ne les accompagne pas, et elle conduira seule et en pleine nuit sur les sentiers escarpés. Ils arrivent à la ferme à une heure tardive. Taos, qui ne dormait pas, les accueille à bras ouverts. Elle est enchantée de revoir ses petits-enfants et sa belle-fille qu'elle n'a pas revue depuis quelques mois.
Kamel et Malek, qui avaient somnolé sur le siège arrière le long du trajet, se réveillent et demandent tout de suite à manger. Leur grand-mère les emmène dans la cuisine pour leur servir un repas tout chaud. On aurait juré qu'elle s'attendait à leur venue, car elle avait préparé un de leurs plats préférés et bien sûr de la galette. Meriem sourit en regardant ses enfants engloutir le contenu de leurs assiettes. Ils sont si beaux dans leurs tenues du week-end et si heureux de penser qu'au petit matin ils se rendront chez Daouia, qu'ils affectionnent beaucoup. Salim, le fils adoptif, est devenu un grand garçon qui suit des études au collège du village, et avec qui ils aiment se promener et jouer. Le vieux Ali est trop âgé maintenant pour continuer à travailler. Toutefois, il ne chôme pas encore, et a créé un véritable potager autour de sa maison, où poussent toutes sortes de légumes, arbres fruitiers, fleurs, etc. Il ne rate aucune occasion pour gâter les enfants de Meriem à chaque fois qu'ils sont à la ferme, et ces derniers l'adorent.
- Vous avez terminé de harceler votre grand-mère ? leur lance Meriem du seuil de la cuisine.
- Laisse-les donc manger jusqu'à satiété, l'interrompt Taos. Ces pauvres petits me semblent maigrichons pour leur âge.
- Ils sont de bons sportifs tous les deux et se donnent à fond sur le terrain des compétitions. S'ils prennent trop de poids, leur croissance s'en trouvera affectée.
- Ta... ta... ta... Tu es trop calculatrice dans tes présomptions, ma fille. Ces garçons auront la taille de leurs ancêtres à l'âge adulte. Les hommes de la famille sont tous grands et forts, comme ton mari d'ailleurs.
Elle fronce les sourcils.
- Il ne vous a pas accompagnés ?
Meriem secoue la tête.
- Non. Il est un peu occupé ces derniers temps.
- Tellement occupé qu'il ne s'accorde pas une journée pour venir voir sa vieille mère.
- Ne te fâche pas, yemma Taos. Hakim travaille dans une grande entreprise. On fait souvent appel à lui pour des séminaires et des projets en cours. Je pense qu'à son prochain congé il viendra passer quelques jours avec toi. Il en a bien besoin d'ailleurs.
Kamel et Malek se lèvent de table, et Meriem leur indique la salle de bains.
- Allez vous laver et mettez vos pyjamas.
Taos se lève.
- Je vais préparer leur chambre.
Lorsque Meriem se réveille le lendemain, on était déjà à la mi-journée. Elle a dormi comme une marmotte et ne s'en plaint pas. La fatigue a eu raison d'elle, et l'air de la campagne saura la revigorer et la remettre sur pied, pour entamer la prochaine semaine.
Elle se lève et sort dans la grande salle. Houria devise avec Taos. À sa vue, cette dernière se lève.
- Je ne voulais pas te réveiller, ma fille. Tu dormais si bien...
Meriem sourit.
- Tu as bien fait. Où sont les garçons ?
- Chez qui veux-tu qu'ils soient ? Chez Daouia, bien sûr.
Houria ne dit rien. Elle jette à peine un regard à sa belle-fille en touillant son café. Meriem s'approche d'elle et l'embrasse sur le front.
- Comment vas-tu, Ma Houria ?
- Aussi bien que le permettent mes rhumatismes.
- Tu as l'air plutôt en forme.
- C'est ça. Commence à rôder autour de moi pour attirer le mauvais œil.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.