Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exil et déchirements
"Leur Algérie", un film documentaire de Lina Soualem
Publié dans Liberté le 02 - 11 - 2021

Le mois d'octobre passé a vu la sortie dans les cinémas parisiens du film documentaire "Leur Algérie" de Lina Soualem, dont les grands parents ont quitté les Hauts-Plateaux sétifiens pour émigrer en France au début des années cinquante.
Lina Soualem est née en France de l'acteur Zinedine Soualem et de Hiam Abass, actrice, réalisatrice et scénariste d'origine palestinienne. Ce film parle de ses grands-parents paternels, Aïcha et Mabrouk, qui se sont séparés après 62 ans de mariage. Les médias ont qualifié de "poignant" ce documentaire parce qu'il aborde le déchirement de l'exil des grands-parents et parce qu'il révèle l'histoire intime du couple qui finira par se séparer. "Je cherchais mon Algérie à travers celle de mes grands-parents. J'avais besoin de comprendre quel était leur lien avec l'Algérie pour que je puisse me recréer le mien avec mon pays d'origine", explique la réalisatrice, dont le besoin vital de "capter leur mémoire" s'est imposé quand elle a appris la séparation de ses grands-parents. "Cela a été un choc de découvrir que j'ignorais tout de leur vie intime, ni des circonstances de leur exil d'Algérie vers la France." Cela donne à Lina Soualem un irrésistible besoin de récupérer la mémoire de ses aïeuls avant leur disparition.
La méthode choisie est l'entretien, mais la réalisatrice appréhende de se heurter à la pudeur de ses grands-parents – surtout de son grand-père d'habitude silencieux – face à une caméra. Mais ils acquiescent lorsqu'ils comprennent l'objectif de leur petite-fille. "La caméra m'a permis de dépasser ma propre pudeur", reconnaît Lina Soualem, qui ajoute : "Nos relations ont toujours été marquées par cette pudeur, puis la caméra est devenue presqu'un prolongement de moi-même, mon versant courageux qui m'a permis de poser toutes les questions." Elle veut briser le silence.
Derrière, elle découvre la douleur qui a duré toute une vie. C'est avant tout celle du déracinement, comme l'exprime Mabrouk quand on lui demande s'il regrette d'avoir quitté l'Algérie : "Oui, car celui qui part ne revient pas." Pourtant, tout au long de ce long exil, la mère essaie d'apprendre les traditions du pays à ses enfants. "Même ici, on est Algériens", souligne Mabrouk. "Ce film m'a permis de remettre un peu de complexité dans cette histoire d'appartenance géographique, territoriale. Mes grands-parents ont passé 60 ans en France et ne sont pas français ; ils n'ont pas pu aller en Algérie mais se sentent Algériens", affirme la réalisatrice, avant d'ajouter : "Cela me permet de trouver une place dans tous ces espaces et d'accepter le fait que ma génération se trouve dans un espace intermédiaire dont il faut pouvoir parler." Le documentaire prend tout son sens après la disparition de Mabrouk. Heureusement qu'il "a transmis sa mémoire" à sa petite-fille. Aïcha est ravie qu'après sa mort ses petits-enfants pourront revoir son visage à travers le film, une postérité qui la comble. Lina Soualem a réussi le pari de rendre "visibles" des gens aussi simples et marginalisés que ses grands-parents. Elle regrette qu'en raison de leur long silence elle découvre tardivement que la région d'origine de ses grands-parents a vécu des bouleversements historiques comme les massacres de mai 1945.
Ce documentaire va certainement procurer à Lina Soualem le bonheur d'avoir renoué avec ses racines. Lors des discussions autour de son film, des journalistes l'interrogent sur les relations entre l'Algérie et la France. "On parle de ces relations en partant de la guerre d'Algérie, mais finalement cette guerre est la fin d'une histoire qui a commencé en 1830. Certains nous demandent d'avancer, de passer à autre chose, mais si on veut avoir sa place dans la société, il faut savoir d'où l'on vient." Pour elle, la mémoire intime doit exister dans la mémoire collective, "car celle-ci n'est que l'addition des mémoires individuelles". Devant le succès de Leur Algérie, Lina Soualem imagine un autre film sur la famille de sa mère (Palestinienne d'origine). Il faut noter enfin qu'il est prévu de présenter ce long-métrage documentaire en Algérie en décembre prochain.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.