Le Président Tebboune regagne Alger après une visite de travail en Egypte    Visite du Président Tebboune en Egypte : activer les mécanismes de concertation et de coordination    Faki: "l'UA et ses partenaires se mobiliseront pour soutenir le Mali" dans sa transition    Les concessionnaires s'impatientent, ils font appel à Tebboune    L'Algérie condamne    Real : Une date pour le retour de Benzema    Annulation des procédures de suspension et de retrait à compter du 1er février    «Le variant Omicron représente 60 % des contaminations»    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    CAN: Mahrez répond aux critiques après l'élimination de l'Algérie    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    Les notaires en colère    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les horaires de distribution réaménagés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Le gouvernement admet la gravité de la situation    Danger sur les non-vaccinés    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    L'enjeu céréalier    Eloge de l'amitié    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Des juges qui ont le vertige...    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?
MAINTENANT QUE GEORGES KORDAHI A DEMISSIONNE
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2021

Bien avant d'être ministre et au cœur de la crise entre le Liban et les pays du Golfe, Kordahi officiait dans une chaîne du groupe média saoudien, MBC. Une vieille connaissance donc. Il a le mérite a posteriori d'avoir dénoncé le terrorisme d'Etat des pays de la coalition arabe.
Georges Kordahi, le ministre libanais de l'Information dont les propos sur la guerre au Yémen avaient provoqué fin octobre une grave crise diplomatique avec des Etats du Golfe, a démissionné vendredi dans l'espoir d'apaiser les tensions.
Cette démission intervient à la demande du Premier ministre, Najib Mikati, et indirectement par le président français Emmanuel Macron en visite dans les pays du Golfe.
Le soutien de M. Macron est a minima puisqu'il n'a pas eu l'écho d'un ferme engagement notamment de l'Arabie saoudite, dernière étape de sa visite dans la région quant à la normalisation avec le Liban, pays déjà meurtri et dont la crise provoquée par le royaume a fini par le terrasser, économiquement.
M. Kordahi, soutenu par le Hezbollah pro-iranien, a dit lors d'une conférence de presse espérer que sa démission puisse "ouvrir une fenêtre (...) pour l'amélioration des relations bilatérales" avec l'Arabie saoudite et ses alliés régionaux.
Le royaume saoudien a rappelé fin octobre son ambassadeur à Beyrouth et expulsé l'ambassadeur libanais à la suite de propos de M. Kordahi critiquant l'intervention militaire de Riyad aux côtés des forces gouvernementales au Yémen et défendant les rebelles houthis pro-iraniens. Ont suivi par la suite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis et le Koweït avec des sanctions contre le Liban.
Les propos de Kordahi ne sont qu'un prétexte, prononcés en août, ressortis finalement en octobre dernier, pour l'Arabie saoudite pour tenter de neutraliser le Hizbollah ou à tout le moins réduire son influence au Liban. Cette logique s'inscrit dans la guerre entre le royaume wahhabite et l'Iran, grand parrain du Hizbollah chiite, grand rival du courant sunnite incarné par Harriri, le grand perdant de la reconfiguration politique au Liban.
"J'ai décidé d'abandonner mon poste ministériel", a ajouté Kordahi, indiquant vouloir "profiter" de la tournée dans le Golfe du président français Emmanuel Macron, très engagé depuis un an pour aider le Liban à sortir de la pire crise économique de son histoire.
"J'ai compris de M. Mikati que les Français veulent que je démissionne avant la visite de M. Macron à Riyad parce que cela pourrait les aider à entamer un dialogue avec les responsables saoudiens concernant le Liban et l'avenir des relations bilatérales," a dit M. Kordahi aux journalistes.
Selon M. Kordahi, le Premier ministre libanais "a reçu des garanties que M. Macron allait entamer un dialogue avec l'Arabie saoudite concernant la reprise des relations bilatérales".
Trop beau, ce cadeau du président français dont la tournée a surtout un caractère économique au vu des contrats de vente d'armes qu'il a conclus.
M. Macron s'est montré compréhensif même s'il n'a pas enlevé sa casquette de "protecteur" du Liban et défenseur du président Aoun, un chrétien comme Kordahi, allié tactique du Hizbollah. Mais ce que révèle au grand jour cette affaire est le rôle militaire grandissant des Emirats arabes unis qui, selon des observateurs, ont joué et continuent de jouer un rôle déstabilisateur dans plusieurs Etats et participent dans les opérations militaires. Ce qui explique leur contrat avec la France qui, par ailleurs, leur garantit une certaine "impunité" internationale.

Djilali B./ Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.