Handball/Excellence messieurs: l'ES Ain Touta champion d'Algérie    L'USTHB d'Alger, première au classement national    Mbappé va prolonger de trois ans au PSG !    Les produits locaux commercialisés dans toutes les régions du pays    Concours de recrutement externe d'attachés et secrétaires aux AE: Lamamra s'enquiert du déroulement des épreuves    La rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat ne tolère aucune médiation    Accession en Ligue 1: historique pour le MC El Bayadh, l'USM Khenchela retrouve l'élite après 50 ans    Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui, "un message fort" pour soutenir la cause juste    Agriculture: l'élagage d'arbres aux milieux urbain et péri-urbain soumis à une autorisation préalable    Le projet de loi relative à l'investissement contribuera à libérer l'esprit d'initiative    Développement de l'innovation dans le bâtiment: un mémorandum de coopération entre les secteurs de l'Habitat et des Startup    Front El Moustakbal appelle les étudiants à s'impliquer davantage dans la vie politique et sociale    Bejaia: naissance de trois lionceaux au parc Tifrit d'Akbou    Inès Ibbou: "mon trophée au tournoi d'Oran est un stimulant avant les JM"    Le Président Tebboune nomme les présidents et les commissaires d'Etat près les six tribunaux administratifs d'appel    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les retranchements des forces d'occupation à El Farsya et Haouza    18 troupes d'Inchad prennent part à la 9e édition du festival international "Samâa soufi"    Juventus : Accord trouvé avec Pogba ?    "Andaloussiate El Djazair": prestations de l'association "Nassim Essabah" et de Romaïssa Kaïd Youcef    Production de méthyl tert-butyl éther: Un nouveau complexe pétrochimique à Arzew    Hors course    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Des boulangers qui font fi de la santé du consommateur: De la pâte à pain pétrie à même le sol    Hassi Bounif: L'auteur présumé des CBV ayant entrainé la mort arrêté    EHU et urgences médicales du CHU: Deux individus arrêtés pour vol    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Air Algérie, Tassili Airlines et ENTMV: Programme complémentaire pour la saison estivale    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    RECHERCHE FÊTE DESESPEREMENT    L'ONU mobilise 30 millions de dollars    Le consensus se consolide    Le contrôle du Donbass «presque achevé», selon Moscou    Une large concertation sociale s'impose    L'appel d'Arkab    Une manœuvre dissuasive    L'unité pour la prise en charge des AVC opérationnelle    Le centre de Bouchaoui , cette véritable bouée!    Tabi sur la bonne voie?    Le PSG favori pour accueillir Mané?    Leão évalué à 100 millions d'euros    Ghorbal, Etchiali et Gourari retenus    Conservatrice du patrimoine et guide de musée dévouée    Sur les traces des étudiantes de 1956    Une résidence universitaire rebaptisée    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Des faussaires de billets de banque arrêtés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bilan macabre de la contre-révolution au Soudan
71 morts et 2 200 blessés depuis octobre 2021
Publié dans Liberté le 19 - 01 - 2022

Les manifestations contestant la mainmise des militaires sur le processus de transition au Soudan continuent de faire des victimes parmi les manifestants, dans un huis clos quasi-total et l'indifférence de la communauté internationale.
Pas moins de 71 manifestants ont été tués par les forces de sécurité au Soudan en deux mois et demi, dont 17 depuis début janvier, s'est alarmé hier le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (UNHCR).
"Des statistiques crédibles du Comité central des médecins soudanais montrent que 71 personnes ont été tuées et plus de 2 200 blessées par les forces de sécurité lors des manifestations depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021", a déclaré hier Ravina Shamdasani, porte-parole de l'UNHCR, lors d'un point de presse à Genève (Suisse).
"Parmi eux, 17 ont été tués depuis le début de cette année. Rien qu'hier, les forces de sécurité ont brutalement dispersé des manifestants à Khartoum, tuant sept personnes et blessant des dizaines de manifestants à balles réelles", a-t-il ajouté, expliquant que "la situation des droits humains au Soudan continue d'être très préoccupante, avec des manifestants pacifiques tués ou blessés presque quotidiennement par les forces de sécurité, ainsi qu'une répression des détracteurs des autorités et des journalistes indépendants".
Selon toujours la même source, pas moins de "25% des blessés ont été directement touchés par des cartouches de gaz lacrymogènes". Les policiers et les militaires déployés sur le terrain poursuivent des manifestants blessés jusque dans les structures de santé où ils sont tabassés avant d'être arrêtés ou laissés sur place, gisant dans leur sang.
"Des informations inquiétantes font également état d'agressions contre des travailleurs des établissements de santé", s'inquiète encore l'organisation onusienne, insistant sur le fait qu'"une campagne d'arrestations et de détentions arbitraires contre des manifestants, des journalistes et des travailleurs des médias se poursuit dans le cadre de l'état d'urgence, les forces de sécurité faisant irruption dans les maisons des militants et pénétrant même dans les hôpitaux pour arrêter les manifestants blessés, les empêchant d'accéder aux soins d'urgence".
Lors de la manifestation de lundi, sept manifestants ont été tués et des dizaines d'autres blessés, lors d'une nouvelle journée de protestation à Khartoum et dans plusieurs autres villes du pays.
Hier, les commerces ont baissé rideau en signe de deuil et de colère contre le pouvoir en place. Des manifestants ont dressé des barricades alors que d'autres continuent d'occuper la rue, ont rapporté les agences de presse.
"Magasin fermé pour cause de deuil", proclament des affichettes collées sur les rideaux baissés des échoppes d'Al-Sajane, énorme marché de gros pour les matériaux de construction de Khartoum, totalement à l'arrêt hier.
L'un de ses commerçants, Othmane El-Cherif, a été tué par balle lundi, au cours d'une des journées les plus sanglantes depuis le coup d'Etat du général Abdel Fattah Al-Burhane, le 25 octobre.
Le 21 novembre, le Premier ministre civil, Abdallah Hamdok, avait accepté de coopérer avec les généraux pour "faire cesser l'effusion de sang". Il a finalement jeté l'éponge début janvier, alors que des manifestants continuaient d'être tués dans la rue.
Aujourd'hui, dans un pays sans Parlement, ni gouvernement, ni aucune institution élue, c'est la communauté internationale qui tente de remettre la transition vers la démocratie sur les rails.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.