Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    «Nous amorçons une nouvelle étape»    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    Coups de théâtre à la cour d'Alger    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Le Président Tebboune rencontre à Ankara des représentants de la communauté algérienne établie en Turquie    Initiative de rassemblement: Boughali appelle à répondre à l'appel du président de la République    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie
Organisé à l'Institut du Monde Arabe et la BnF
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2022

L'Institut du Monde arabe et la Bibliothèque nationale de France ont organisé, du 20 au 22 janvier, un colloque intitulé "Oppositions intellectuelles à la colonisation et à la guerre d'Algérie".
Ce rendez-vous d'envergure a réuni une pléiade de chercheurs, professeurs, historiens, réalisateurs et éditeurs des deux rives de la Méditerranée, afin de se pencher sur la question de l'engagement des intellectuels en faveur d'une Algérie indépendante et souveraine. Au travers de ce colloque, qui a pris ses quartiers dans les deux institutions, les interventions se sont attachées "à replacer ce conflit, qui opposa en Algérie les nationalistes algériens au pouvoir d'Etat français, dans le temps long de la colonisation". Les communications sont également revenues sur "des figures emblématiques de la diversité des prises de position durant cette période, y compris sur le plan international".
Au cours de la journée du 21 janvier, les interventions ont traité de l'engagement d'Isabelle Eberhardt, présentée par Tiffany Tavernier, romancière et essayiste ; de Frantz Fanon, une communication de Pascale Pellerin, ou encore de de Maurice L'Admiral, Albert Smadja et Pierre Popie, trois générations d'avocats d'Algérie en lutte contre l'injustice coloniale (1900-1962), une intervention de Christian Phéline. Enfin, durant la dernière journée du colloque, c'est l'engagement des artistes, nationalistes et anticolonialistes qui a été mis en avant. Catherine Milkovitch-Rioux de l'université Clermont-Auvergne est intervenue autour de la figure de Kateb Yacine. L'on pourrait situer l'auteur de Nedjma dans cette lignée des figures intellectuelles de l'"entre-deux", a avancé d'emblée la communicante, par rapport à sa situation dans un écosystème intellectuel, culturel et linguistique, entre autres, propose à un monde structuré par le colonialisme.
Nedjma "est emblématique d'une littérature algérienne qui se donne l'indépendance comme horizon et comme projet". Il fait partie de ce que la professeure appelle "la génération de 45", dont la conscience politique et l'expression littéraire sont nées dans la violence perpétrée par la colonisation. Elle se manifestera dans l'ensemble de son œuvre littéraire, poétique et dramatique, et dans ses premiers écrits journalistiques. L'ancrage en faveur de l'indépendance se constitue dans le temps, à l'exemple de cette conférence consacrée à l'Emir Abdelkader à Paris en 1947. Une autre figure, celle de Mouloud Mammeri, sera ensuite étudiée par Hervé Sanson et son "engagement méconnu". Mammeri, dans son roman Le sommeil du juste, souligne : "Le sommeil du juste c'est la préparation dans les esprits et dans les faits de ce qui devait être la révolution, ou du moins la Guerre de Libération.
C'est l'Algérie déjà engagée dans le processus de libération. On y voit la confrontation brutale entre deux sociétés ; la société européenne coloniale et la société algérienne, et la prise de conscience grandissante chez les opprimés." Sanson est par la suite revenu sur "l'activité secrète et déterminante de Mouloud Mammeri durant le conflit". En 1988, Tassadit Yacine, en citant le numéro d'Awal, Mammeri revient sur cette période à travers un entretien. Il y explique "avoir déjà pris conscience du régime colonial et du régime oppressif sévissant en Algérie avant la Seconde Guerre mondiale, et s'être organisé avec quelques camarades afin de former un groupe de réflexion et d'action afin de 'faire sortir la France à sept'". Il avance, reprend encore Sanson, "n'avoir jamais eu l'esprit de 'parti' et posséder la discipline nécessaire pour s'inféoder à l'organisation rigoureuse qui en découle".
En mai 1988, Yacine s'entretient avec Tahar Oussedik, en présence de Mammeri. Responsable FLN durant la Guerre d'Algérie, Oussedik était en contact avec Mammeri, "qui pour sa part faisait partie de le Fédération de libéraux". Les liens entre le FLN et les libéraux, ont été jugés "utiles" avance Sanson en reprenant Oussedik, "car ils gagnaient à la cause algérienne les européens". Sous le pseudonyme de Kaddour, Mammeri rédigeait des rapports destinés à l'ONU pour défendre la cause algérienne. Plus tard, Mammeri préconisa une action sur deux fronts ; l'action militaire et politique, tout en dénonçant le "génocide" que perpétrait alors la France en Algérie.

Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.