Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    «Nous amorçons une nouvelle étape»    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    Coups de théâtre à la cour d'Alger    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Le Président Tebboune rencontre à Ankara des représentants de la communauté algérienne établie en Turquie    Initiative de rassemblement: Boughali appelle à répondre à l'appel du président de la République    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le ras-le-bol des Oranais
Faillite dans la collecte des ordures
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2022

La crise de collecte des ordures ménagères enclenchée en décembre dernier par une grève des concessionnaires privés a pris une tournure préoccupante. Les habitants de plusieurs quartiers du centre-ville d'Oran, excédés par l'amoncellement des ordures ménagères, crient leur ras-le-bol. La contestation populaire contre les défaillances dans la gestion de la collecte des ordures ménagères monte d'un cran à Oran.
Des habitants de Haï Yaghmoracen (ex-Saint-Pierre), au centre-ville, ont violemment exprimé leur colère contre l'absence de ramassage des ordures. Ils ont ainsi déversé le contenu de leurs poubelles sur la chaussée en signe de protestation, ce qui a eu pour conséquence l'obstruction de la circulation automobile. Deux jours après, c'était au tour des habitants du boulevard Adda-Benaouda, également en plein centre-ville, de monter au créneau pour dénoncer l'entassement des déchets dans les rues. Des tonnes de détritus ont été déversées sur la chaussée de ce boulevard très fréquenté. Il a fallu aux agents communaux dépêchés sur les lieux deux jours de travail sans relâche pour débarrasser ce boulevard des tonnes d'ordures qui le jonchaient.
La situation, qui se complique de jour en jour, est désormais hors de contrôle et la nouvelle équipe municipale s'agite dans tous les sens pour trouver une solution. Les rues de la ville, en particulier celles du centre-ville, sont envahies, à longueur de journée, d'ordures ménagères. Des dépotoirs sauvages se constituent sur les places publiques, que ce soit à la place Commandant-Medjdoub (ex-Hoche) ou à la place du Maghreb (ex-Bastille) près de la Grande-Poste, où les amoncellements d'ordures ménagères narguent les passants et les responsables de la commune. "Les ordures s'entassent de jour en jour dans les rues. Heureusement, nous sommes en hiver sinon la situation serait pire. Je ne peux imaginer la situation durant la saison de grande chaleur avec tous ces déchets dans les rues", déplore un passant.
La nouvelle équipe municipale, qui se trouve entre l'enclume des concessionnaires privés et le marteau d'une population en colère, se démène pour atténuer un tant soit peu les répercussions fâcheuses de cette crise sur la population. Les services de la commune recourent à la chargeuse sur pneus pour l'enlèvement des ordures au centre-ville. Du jamais vu dans cette zone. Place Commandant-Medjdoub, un dépotoir sauvage empoisonne la vie des fleuristes. Des tonnes d'ordures, des sacs poubelle éventrés après le passage des chiffonniers et des détritus de toutes sortes jonchent le sol. Les pelles manuelles ne suffisent plus pour enlever les ordures ménagères. Le recours à la chargeuse sur pneus semble nécessaire pour nettoyer les lieux envahis par les ordures.
Cette crise risque de perdurer vu qu'aucune solution "définitive" au problème de la collecte des ordures ne se profile. Bien au contraire, la situation s'est corsée après la publication, jeudi dernier, du nouveau cahier des charges rejeté par les concessionnaires privés, vu qu'il ne leur accorde aucune faveur. Les délégués des opérateurs privés, qui qualifient ce cahier des charges de "contraignant", précisent que le montant forfaitaire des prestations prévu par ce document ne peut pas couvrir leurs charges.

A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.