Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Un coup de piston et...    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    La bombe Benkirane    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Un arrêté visant à tuer la solidarité citoyenne"
LE WALI DE TIZI OUZOU INTERDIT LES COLLECTES DE FONDS POUR LES MALADES
Publié dans Liberté le 19 - 02 - 2022

Le wali de Tizi Ouzou, Djillali Doumi, a interdit depuis jeudi, dans un arrêté, la collecte de toute forme de fonds dans les rues et les espaces publics, et même interdit aux présidents d'APC d'accorder toute autorisation aux personnes physiques ou morales et associations à partir du 17 février 2022.
" Des poursuites pénales seront engagées contre toute personne qui enfreindra cette décision avec retrait d'agrément aux associations ou comités des villages ", a averti le wali.
Une situation qui n'a pas tardé à susciter la colère d'élus, d'associations, de comités de village et aussi de malades qui ont mis tous leurs espoirs dans cet esprit de solidarité villageoise pour, enfin, bénéficier de soins appropriés.
Pour certains, cette décision est tout simplement aberrante et vise même à "tuer" la solidarité citoyenne surtout celle organisée pour venir en aide aux malades.
"La décision est intervenue le week-end. Nous allons nous réunir dimanche pour voir comment réagir", a déclaré, Bouadou Bouaziz, le président de l'APC d'Aït Bouadou. Cette décision a aussi fait réagir, hier, des avocats. "Le seul espoir qui reste à nos malades de la wilaya de Tizi Ouzou est brisé. À partir du 17 février 2022, il est interdit d'accorder des autorisations de collecte de dons à travers la wilaya. Où est l'alternative", s'est demandé Me Allili Yamina.
"Nos hôpitaux sont-ils vraiment capables de prendre en charge leurs malades ?", s'est-elle encore interrogée. Rachid, un malade de Mâatkas, s'est dit, hier, outré par une telle décision.
Agé de 40 ans, souffrant d'une insuffisance rénale, il a récemment lancé une quête pour des soins à l'étranger, nécessitant plus de 11 millions de dinars. "J'ai arrêté la collecte à cause la situation sanitaire mais là, avec cette nouvelle instruction, je ne pourrai plus la relancer", a-t-il regretté.
Tizi Ouzou, je connais des malades qui attendent une greffe de rein depuis 2003 et, à ce jour, ils continuent de souffrir alors que leur seul espoir, tout comme moi, est d'espérer une prise en charge à l'étranger. Une démarche très coûteuse, d'où ces collectes d'argent", a-t-il affirmé, estimant que ces opérations résultent de la fragilité de notre système de santé.
Comme Rachid, ils sont nombreux à Tizi Ouzou à espérer une prise en charge dans des cliniques privées ou à l'étranger. C'est le cas, par exemple, de la jeune étudiante Goumeziane Ghalia, 20 ans, du village d'Aïn Meziab, souffrant d'une aplasie médullaire sévère, nécessitant des soins à l'étranger.
À cet effet, les villageois ont lancé une opération de solidarité, en rassurant sur la transparence de sa gestion. Il y a aussi Hocine Ramdani, 9 ans, atteint d'une maladie rare qui touche gravement ses yeux et qui espère une prise en charge à l'étranger nécessitant 50 000 euros.
Des malades qui sont souvent issus de familles nécessiteuses et qui n'ont pas accès à une prise en charge par l'Etat.

K.TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.