«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un grand mufti pour l'Algérie
BOUTEFLIKA VEUT SON TANTAOUI
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2003

A quelles fins le Président a-t-il créé une telle institution ?
L'Algérie vient de se doter d'un organisme chargé des fetwas. Annoncée dimanche dernier en Conseil de gouvernement, cette institution, appelée Dar el-ifta' — maison des fetwas — est, selon le communiqué du Conseil, “un organe à caractère religieux et scientifique” qui sera “la référence officielle en matière de fetwas”, avis religieux autorisés par l'islam. Créée en vertu d'un décret présidentiel, elle vise ainsi à “combler l'absence d'une institution officielle dans ce domaine et permettra d'unifier les fetwas au niveau national”. Jusque-là, on croyait ce rôle dévolu au Haut-conseil islamique (HCI). Or, cette instance est, à l'instar des autres conseils affiliés à la présidence, réduite à une mission consultative. C'est ce qu'explique M. Saïdi du ministère des Affaires religieuses. “Le HCI n'a pas le droit d'émettre des fetwas”, soutient-il. Tout dernièrement, le département des habous a mis en place une commission ministérielle des fetwas, à laquelle il a confié le rôle d'expliciter la religion et de simplifier ses usages aux citoyens. Des lignes téléphoniques ont même été mises à leur disposition pour exprimer leurs doutes et leurs préoccupations. “C'est une structure provisoire. Elle sera dissoute, une fois Dar el-ifta' installée”, révèle M. Saïdi. Notre interlocuteur affirme que la nouvelle institution sera dirigée par un grand mufti désigné par le président de la république et composée d'érudits et de docteurs de la loi. Sous l'ère coloniale, une structure similaire existait.
Elle était commandée par le grand mufti d'Alger. A l'indépendance, elle a disparu, remplacée par une entité unique à caractère exécutif chargée des affaires religieuses. Le ministère des Affaires religieuses sera ensuite relayé par le Haut-conseil islamique.
Etroitement lié au FLN, le parti Etat, ce conseil amorphe ne s'est que très rarement distingué. Il est sorti de son mutisme une fois en émettant une fetwa, inspirée des oulémas d'Egypte et du Koweït sur l'autorisation des greffes d'organes. Plus tard, comme dans tous les pays musulmans sunnites, l'absence d'une autorité religieuse a donné lieu à toutes sortes de dérives.
Bénéficiant de la passivité des pouvoirs publics, des apprentis muftis, issus du courant islamiste, ont pris d'assaut les mosquées pour appeler au djihad et autoriser le meurtre au nom de l'islam.
En prenant le maquis, les groupes armés s'adonneront aux pires perversions du Texte sacré. Ils pratiqueront le viol à grande échelle et inventeront le mariage de jouissance, un pacte ignoble qui n'existe nulle part dans le Coran. Ils proclameront impies tous ceux qui ne les soutiennent pas et lanceront ainsi une guerre sans merci contre les intellectuels, les éléments des forces de sécurité et les civils. D'où les sanglants massacres qu'a connus l'Algérie cette dernière décennie. En 1998, l'une des conséquences terrifiantes de leurs actes barbares indispose les pouvoirs publics.
Des femmes kidnappées et violées sont engrossées. Pris à la gorge, le gouvernement ne sait que faire pour les délivrer de la semence indésirable. On tente de s'inspirer d'une fetwa d'El-Azhar qui autorise l'avortement des femmes bosniaques violées, durant la guerre civile, par les Serbes. Les oulémas d'Algérie hésitent. C'est l'ex-ministre de la Santé, Yahia Guidoum, qui prend en 1998 la décision salutaire en se basant sur la loi sanitaire autorisant l'avortement thérapeutique. Pourquoi l'Algérie a-t-elle attendu tout ce temps pour se doter d'une institution de fetwa ? En 1999, Bouteflika a sollicité les oulémas du Moyen-Orient pour condamner le “djihad” des islamistes. “Dar el-ifta' vise à mettre fin aux surenchères et à l'anarchie”, dit M. Saïdi du ministère des Affaires religieuses.
Pourquoi maintenant ? Si la mesure est louable, d'aucuns pensent que son initiateur veut s'en servir pour faire admettre aux Algériens sa politique de réconciliation nationale. Le grand mufti d'El-Azhar, cheïkh Tantaoui, que le chef de l'Etat a rencontré, au Caire, s'est engagé à lui prêter main forte en apprenant aux Algériens la tolérance.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.