Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“L'Algérie n'a pas encore de projet industriel”
Mustapha Mékidèche, vice-président du CNES à la chaîne III
Publié dans Liberté le 24 - 05 - 2006

Il convient de développer des capacités d'entreprenariat plus grandes que celles d'aujourd'hui pour attirer un flux plus conséquent d'investissements étrangers hors hydrocarbures.
“L'économie nationale se trouve désormais dans une économie mondialisée. Les échanges commerciaux prennent les voies institutionnelles et des circuits officiels tels que les commissions mixtes, les forums d'affaires créés et les accords d'amitié signés entre l'Algérie et les autres pays”. C'est ce qu'a déclaré, hier, M. Mustapha Mékidèche, vice-président du Conseil national économique et social (Cnes).
Invité de la radio Chaîne III, l'économiste estime que les pays développés s'intéressent à l'Algérie pour sa solvabilité, sa capacité financière évaluée à plus de 62 milliards de dollars US de réserves de change, sa “carte d'acheteur” et sa situation socioéconomique qui s'est nettement améliorée. Cependant, suggère-t-il, il faut passer à un autre type d'échanges plus structurés dans le temps et dans l'espace. “En d'autres termes, que ceux qui veulent nous vendre viennent investir en Algérie”, expliquera-t-il.
Pour lui, la frilosité des étrangers à venir investir en Algérie est due à l'inexistence d'un climat des affaires non encore approprié. Or, l'Algérie fournit beaucoup d'efforts pour améliorer le climat des affaires. Il faut, selon lui, fournir plus d'efforts pour faire émerger au plan interne des capacités d'entreprenariat plus grandes que celles existantes actuellement dans les secteurs public et privé. “Ainsi, l'Algérie pourra revoir à la hausse le montant de 2 milliards de dollars US d'IDE (investissements directs étrangers), hors hydrocarbures, réalisé en 2005”, soulignera M. Mékidèche.
La problématique est de pouvoir drainer des capitaux à même de développer l'activité industrielle. “C'est à travers cela que nous pourrions mesurer les capacités de l'Algérie à atteindre une croissance plus importante que celle enregistrée, évaluée actuellement à 5%. Je pense que le potentiel existe pour concrétiser cet objectif”, a-t-il ajouté. L'ambition nationale, pour l'économiste, c'est de réaliser un projet industriel que l'Algérie n'a pas encore malheureusement. L'Etat gagnerait, renchérit l'invité de la radio Chaîne III, à tisser des relations avec des alliances constructrices d'un projet réel d'industrialisation pour l'Algérie.
Selon lui, le privé n'a pas les capacités de racheter les actifs des entreprises publiques privatisables. Il faut à ce propos créer des mécanismes qui l'aideront pour l'acquisition de ces sociétés et élargir de ce fait ses propres actifs et ses capacités de réalisation.
Grands projets du plan de relance “Il nous faut 10 entreprises comme Arab Contractor pour leur réalisation”
“Il nous faut 10 entreprises comme Arab Contractor pour réaliser les grands investissements prévus dans le plan de consolidation à la croissance économique”, arguera le vice-président du Cnes. Il est toutefois, inconcevable, observera-t-il, qu'on puisse recourir uniquement aux moyens extérieurs pour réaliser les gros projets programmés d'une enveloppe de plus de 60 milliards de dollars US, de 20 milliards de dollars US pour les Hauts-Plateaux et de 20 milliards de dollars US pour le Grand-Sud.
À une question de savoir comment développer ces projets industriels et consolider les projets de développement, M. Mékidèche indiquera que de nombreuses branches d'activité sont caractérisées par des avantages comparatifs. Le gaz naturel, par exemple, peut permettre le développement d'autres industries telles que l'électrométallurgie, la pétrochimie, les ciments…
Par ailleurs, dans l'agroalimentaire, il existe, affirmera-t-il, toute une industrie à reconstruire en fonction de tout ce qui a été investi en amont dans le secteur agricole par le PNDA.
Le projet de 1 million de logements, les infrastructures de base financées par l'Etat… sont, relèvera-t-il, autant d'opportunités qu'il faut repérer qui peuvent créer des moyens nationaux pour la réalisation de tous ces projets. Pour préserver et diversifier le potentiel d'investissement, l'invité de la radio Chaîne III pense qu'il est opportun de booster les autres secteurs qui sont encore en voie de restructuration et d'accélérer le processus de privatisation des grandes entreprises publiques qui sont encore sous le régime d'une gestion publique comme la SNVI, l'Enie… Ceux-ci constitueront, selon lui, une solution industrielle, d'autant plus qu'il y a une compétition non seulement entre les Etats-Unis et l'Europe, mais de nouveaux investisseurs aussi crédibles et moins chers apparaissent avec lesquels on peut créer des partenariats.
À l'image des industriels du Golfe, de la Chine, de l'Inde… C'est autour de cette compétition internationale que l'Algérie deviendra, confirmera Mustapha Mékidèche, un marché dynamique où les investisseurs algériens pourront tirer profit.
Ce qu'observe encore l'économiste, c'est que le plan de relance ouvre des voies qui ne sont pas explorées par les investisseurs nationaux. Il faut donc, conclura-t-il, une politique d'appui à l'acte productif d'une manière générale et au secteur privé en particulier.
Badreddine K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.