PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le fantôme de l'irak dans les valises de Bush
IL ENTAME UNE VISITE AU VIETNAM
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2006

La visite à Hanoï du président George W. Bush, à un moment où l'armée américaine semble empêtrée dans le bourbier irakien, suscite des comparaisons inévitables avec la guerre du Vietnam, symbole, il y a plus de 30 ans, d'une débâcle historique pour les Etats-Unis. Au Vietnam, où les deux tiers des 84 millions d'habitants ont moins de 30 ans et n'ont donc pas connu les combats, la “guerre américaine” n'est plus un sujet à l'heure où le Vietnam intègre l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et embrasse avec enthousiasme les préceptes du libre échange. Mais les pertes essuyées chaque jour par les troupes américaines en Irak ont coûté à l'Administration Bush sa défaite électorale du 7 novembre pour le renouvellement du Congrès et résonnent comme un écho au moment où il entame son premier voyage dans le pays de Ho Chi Minh. Interrogé à Hanoï à la veille du sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique sur les leçons éventuelles à retenir de la guerre du Vietnam, le président américain a répondu : “Une leçon est que nous avons tendance à vouloir un succès immédiat dans le monde et la tâche en Irak prendra du temps.” “Nous réussirons sauf si nous partons”, a-t-il indiqué après un déjeuner avec le Premier ministre australien, John Howard, dont le pays a également engagé des troupes en Irak. “Cela prendra du temps pour que l'idéologie de l'espoir, qui est l'idéologie de la liberté, prenne le dessus sur l'idéologie de la haine”, a-t-il insisté. Les démocrates, vainqueurs des élections aux Etats-Unis, se sont joints aux appels pour un changement de stratégie vis-à-vis de l'Irak. La Maison-Blanche a rejeté, de son côté, tout calendrier pour le début du rappel des 150 000 soldats. Trois semaines avant les élections parlementaires du 7 novembre, le président Bush avait fait une analogie entre les attaques actuelles en Irak et l'offensive du Têt, lancée en 1968 par les forces nord-vietnamiennes. Depuis, la Maison-Blanche est sur la défensive sur le sujet. “Les parallèles historiques de ce genre ne sont pas très utiles et je ne trouve pas qu'ils soient pertinents”, avait estimé, jeudi, la secrétaire d'Etat, Condoleezza Rice. L'entourage du président souligne que les dirigeants vietnamiens n'ont nullement l'intention d'évoquer la question. “Les Vietnamiens ne sont pas particulièrement intéressés par ça”, a estimé le porte-parole de la Maison- Blanche, Tony Snow. Côté vietnamien, c'est le silence radio. En 2003, Hanoï avait condamné l'offensive en Irak et les éditoriaux s'étaient déchaînés contre une Administration Bush accusée d'oublier “les leçons de la guerre du Vietnam”. “Les milieux politiques américains se souviennent-ils des champs de bataille vietnamiens dans les années 1960-1970, des "moulins à chair", des "poêles de feu" et des "rizières devenues des tombes pour les agresseurs ?"” se demandait le quotidien de la police, le Cong An Nhan Dan. Plusieurs anciens combattants vietnamiens avaient, dès cette époque, pronostiqué un conflit long, dominé par une interminable guérilla urbaine et marqué par de lourdes pertes. La guerre du Vietnam, l'une des plus sanglantes et meurtrières du siècle dernier, avait fait quelque 58 000 victimes côté américain et plus de 3 millions côté vietnamien, dont un tiers de soldats.
R. I./Agences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.