Le président de la République reçoit le vice-président de la République de Turquie    Le vice-président de la République de Turquie visite Djamaâ El-Djazaïr    Tiaret: lancement des travaux de 148 projets d'AEP à l'échelle nationale dans quelques jours    Athlétisme/Championnats d'Afrique: Oussama Khennoussi en or au disque    Hadj-2024: arrivée du premier groupe de hadjis à Oran    Diplomatie économique: importance de renforcer la présence du produit algérien à l'étranger    Alger: fermeture temporaire de la RN 1 et de la rocade Sud au niveau de "la Côte" à partir de lundi    Réorganisation des associations pour de meilleurs services    Coup d'envoi de la saison estivale à partir de la nouvelle plage des Dunes    Bilan 2022/2024 et perspectives de l'économie algérienne 2025/2030    Un concours autour de l'intelligence artificielle dans l'agronomie    Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    Manifestations dans des villes et capitales internationales pour dénoncer le génocide    Washington soutiendra l'entité sioniste en cas de conflit avec le Hezbollah    Ghaza: intensification des attaques sionistes contre les civils, les infrastructures et les équipes municipales    Ghaza: deux martyrs et plusieurs blessés dans une frappe sioniste contre un centre medicale    Priver 39.000 lycéens de Ghaza de passer leurs examens est "horrible et triste"    ONM de Skikda: décès du Moudjahid Mohamed Belakdar    Menace des Aigles d'un boycott    WA Tlemcen : des changements prévus qui vise le retour en Ligue 2    Zahra Tatar en or au lancer du marteau    «Ces élections ont un impact direct et important sur les attentes des citoyens»    Plages, forêts et maquis sous la loupe de 30.000 hommes d'intervention    La Protection civile sensibilise contre les risques de noyade    Lancement de la réalisation de 350 centres de proximité de stockage à travers le pays    «Les défis à venir exigent la consolidation des acquis»    Les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    L'Europe gangrénée par les populismes de gauche et de droite    Guillaume Meurice dénonce une instrumentalisation de l'antisémitisme à des fins politiques    Khenchela: ouverture du 12ème Festival national du théâtre pour enfant    Meeting international en Pologne: victoire de l'Algérien Mohamed Ali Gouaned en 1:44.60    Tous les moyens mobilisés pour promouvoir la médecine nucléaire en Algérie    La canicule continuera d'affecter des wilayas du sud jusqu'à mardi    Athlétisme/Championnats d'Afrique: trois médailles pour l'Algérie    Guelma: une caravane de sensibilisation pour exhorter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales        19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Urgence médicale ou commerciale ?
Le nombre de césarienneS a doublé à Annaba
Publié dans Liberté le 21 - 11 - 2006

Pour les médecins, le recours à la césarienne n'est pas systématique mais dicté par une urgence ou des complications. Ce que patientes et citoyens réfutent en accusant les cliniques de vouloir s'enrichir sur le dos des parturientes.
Sujet tabou, l'accouchement par césarienne n'est abordé que du bout des lèvres par les spécialistes, autant en milieu hospitalier qu'au niveau des cliniques privées ayant pignon sur rue à Annaba. L'accès aux statistiques, seul référent à même d'en évaluer le nombre même approximatif par rapport à celui global des naissances, est quasiment inaccessible pour toute personne étrangère.
La frilosité des personnels médicaux et paramédicaux à ce propos ne fait que renforcer la suspicion de celles et ceux qui sont tentés de croire aux rumeurs faisant état du recours systématique et donc abusif à ce type d'intervention.
La vox populi ne s'embarrasse pas de préjugés pour affirmer que depuis le début des années 2000, une femme sur quatre accouche normalement. Enfonçant davantage le couteau, d'aucuns vous préciseront que dans leur quartier ou au sein de leur propre cellule familiale, toutes les jeunes mamans qu'ils connaissent sont passées par le bloc opératoire pour mettre au monde leur bébé. Histoire d'étayer leurs dires, les simples citoyens expliquent, sans pouvoir toutefois le prouver, que les accouchements par césarienne permettent aux cliniques de gagner plus “facilement” de l'argent (entre 40 000 et 50 000 DA l'opération) et aux hôpitaux de “vider” plus rapidement les lits de leurs services de maternité respectifs. Pour en savoir plus, nous nous sommes rapprochés du docteur A., responsable d'une clinique privée, réputée à Annaba pour avoir notamment innové dans le domaine de la procréation médicalement assistée. Notre interlocuteur s'est d'emblée voulu rassurant en déclarant que la majeure partie des patientes, qui ont choisi son établissement pour y accoucher, l'ont fait par souci de confort, la clinique étant dotée de moyens matériels et humains parfaitement adaptés pour une délivrance normale ou par péridurale (sans douleurs).
Selon le docteur A., il y a effectivement de plus en plus d'accouchements pour lesquels le recours à une césarienne s'avère inévitable, parce que le pronostic fœtal ou maternel indique une grossesse dangereuse. Il évoque le nombre élevé de cas, où il y a disproportion entre le bassin de la maman et la taille de l'enfant, des présentations de siège qui peuvent entraîner trop de complications pour un accouchement par voie basse ou encore dans l'occurrence d'un enfant prématuré. Autant de cas, toujours selon ce spécialiste, qui pourraient coûter la vie à la future maman ou à son bébé, sans parler des traumatismes postnataux encourus par les deux, si on tente un accouchement par les voies naturelles. Se voulant convaincant, l'obstétricien nous affirme que beaucoup de ses patientes sollicitent elles-mêmes un accouchement par césarienne.
Le docteur A. se montrera néanmoins réservé pour nous dire à combien il estimerait le taux des naissances par césarienne. C'est ainsi, sans se montrer lui-même convaincu, qu'il se hasardera à avancer un taux de 12 à 14%.
Au niveau du CHU Ibn-Rochd, qui renferme le service de maternité-obstétrique le plus sollicité de la région et qui reçoit quotidiennement les urgences des hôpitaux des wilayas de Guelma, de Souk-Ahras et d'El-Tarf, l'appréhension du problème est tout autre.
Le personnel médical et paramédical est littéralement débordé par le nombre de femmes enceintes et il semble difficile, voire impossible de faire dans le détail, même si on nous assure que le service est parfaitement outillé et encadré pour pallier toutes les situations. Le service accueille, en effet, pas moins de 120 patientes à la fois, et il est arrivé que l'on y enregistre jusqu'à 58 accouchements par 24h. Là, pourtant, certains acceptent d'évoquer le problème des naissances par césarienne, sans préjugés et sans passion. Des médecins, qui ont requis l'anonymat, ne cachent pas leur inquiétude devant l'ampleur du phénomène. Ils estiment, quant à eux, qu'en moyenne, une femme sur trois présente à son arrivée une grossesse pathologique et que le nombre de cas pour lesquels une opération urgente est nécessaire est important. Généralement, il s'agit de femmes trop fatiguées ou souffrant d'hémorragie, si ce n'est d'affections cardio-vasculaires, incapables de poursuivre le travail d'accouchement à terme sans mettre en danger la vie de leur enfant. Ceci s'expliquerait par une mauvaise prise en charge des patientes au niveau des wilayas limitrophes ou des communes isolées, dont elles viennent, souvent dans l'urgence.
Ces médecins admettent que le recours à la césarienne tend à l'abus même si l'on constate que le taux de mortalité périnatale a sensiblement diminué parallèlement. Avis que partage le patron du service, le docteur Djabri qui admet que le taux actuel, qui est de près de 25%, est pratiquement le double de celui enregistré il y a dix ans.
Pour ce dernier, les progrès enregistrés par la médecine chirurgicale et la détection à temps des souffrances fœtales expliqueraient l'augmentation du nombre de césariennes, mais il ne considère pas, pour sa part, que le recours à ce type d'opération soit normal. Il préconise, quant à lui, qu'il y ait une continuité des soins par la mise en place de programmes de formation à l'intention des différents services obstétriques et une répartition harmonieuse des personnels qualifiés des établissements hospitaliers de la région.
A. ALLIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.