Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    62èmes Olympiades de mathématiques prévues en Russie: 15 élèves d'Oran aux éliminatoires régionales    Plus de 108 kg de kif saisis et un réseau de crime organisé démantelé    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Goudjil confirmé dans son poste    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Lancement prochain d'une opération d'insertion intensifiée    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    " DEUX MILLIONS DE DOSES LIVREES D'ICI À JUIN"    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    La prison se charge des convictions !    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des prix de l'aliment de bétail
EN RAISON DU DEFICIT PLUVIOMETRIQUE À AIN DEFLA
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2006

Si l'inquiétante sécheresse a eu pour principale conséquence la hausse des prix de l'aliment de bétail, celle-ci s'est à son tour répercutée sur les prix du bétail, bradé par les éleveurs au profit de spéculateurs qui n'hésiteront point à doubler les coûts en perspective de l'Aïd.
Décidément, le déficit en pluviométrie qui touche pratiquement tout le pays ne cesse d'avoir des répercussions négatives. La région d'Aïn Defla n'est pas en reste et les premières conséquences font déjà leur apparition. C'est ainsi qu'en raison de la sécheresse qui sévit dans la région et le retard mis dans le lancement des campagnes labours-semailles, le rendement agricole ne peut être satisfaisant. Car, selon les paysans, même si la pluie tombera durant cette fin de mois, ce sera dur de rattraper le temps perdu. La campagne agricole, notamment les labours-semailles, doit se faire à une période bien précise.
Ce qui n'a pu se faire en raison du déficit pluviométrique. L'absence de pluie a eu pour conséquence le dessèchement de la verdure de novembre, toute herbe qui pousse n'arrive pas à maturation, si elle échappe aux mâchoires des ovins ou caprins.
Les éleveurs de la wilaya d'Aïn Defla, devant la persistance de la sécheresse, sont confrontés à la flambée des prix de l'aliment de bétail qui a atteint le seuil des 2 000 DA le quintal de maïs, 2 100 DA celui de l'orge et 2 200 DA la botte de foin. Le quintal de fèves sèches, pour engraisser les bovins, a atteint les 4 500 DA. Le son est passé de 1 200 à 2 000 DA le quintal, au moment où des minoteries le cèdent à 1 391 DA, contre 1 080 DA auparavant, la botte de foin de 16 à 20 kg est passée de 60 à 300 DA, l'avoine de 220 à 480 DA la botte, le concentré coûte 2 700 DA le quintal, alors que son prix ne dépassait pas 1 600 DA. Cette hausse commence à se répercuter sur les prix du cheptel. Les éleveurs et les fellahs pensent sérieusement à se débarrasser de leurs troupeaux et déplorent l'absence de régulation du marché de l'aliment de bétail. Au moment où la spéculation bat son plein et menace les activités pastorales, les trafiquants s'arrachent le bétail à des prix dérisoires pour les écouler extra muros. À l'approche de l'Aïd-el-Kébir et les départs et retours du pèlerinage, la situation frise la catastrophe, surtout que dans d'autres régions la blue tongue sévit, corsant davantage la situation, les prix risquent de connaître d'autres cimes.
À moins que la pluie s'en mêle...
Moha B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.