Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'usine de fabrication de bouchons en plastique ravagée par le feu
Violent incendie dans la zone industrielle de Rouiba
Publié dans Liberté le 19 - 11 - 2007

Un violent incendie a ravagé, hier matin, l'usine de la Société générale technique (SGT) spécialisée dans la production de bouchons située en plein centre de la zone industrielle de Rouiba.
Selon des témoins oculaires, le sinistre qui n'a pas fait de blessés, et dont les causes ne sont pas encore déterminées, s'est déclaré à 5h30 au niveau d'un local de l'usine avant de se propager à une vitesse vertigineuse aux hangars de stockage où étaient entreposés des milliers de tonnes de produits finis. Il s'agit surtout de bouchons en plastique destinés à alimenter de nombreuses autres usines de boissons de la région. L'incendie a été suivi quelques minutes plus tard par de fortes explosions qui ont ébranlé les résidents de Haouch Khemisti, situé juste en face de l'usine.
À notre arrivée, hier aux environs de 11h, une fumée épaisse et noirâtre continuait à se dégager de l'usine comme si le feu venait juste d'être maîtrisé par les pompiers dont plusieurs étaient toujours sur place. L'accès nous a été interdit par des jeunes assurant le gardiennage de cette usine qui s'étale sur une surface totale de 4 600 m2. On nous a affirmé que l'ordre leur a été donné pour empêcher d'autres personnes, y compris les gens de la presse, de pénétrer dans l'enceinte de l'usine. Par ailleurs, aucun responsable de l'usine ni son patron, un ressortissant français, ou cadre de l'entreprise n'ont voulu s'exprimer sur le sinistre, préférant attendre les résultats de l'enquête. D'ailleurs, les gendarmes et la Police scientifique étaient sur place pour recueillir les moindres indices permettant de faire avancer l'enquête. Mais, selon des informations récoltées sur place, l'usine qui emploie une centaine de travailleurs n'a été que partiellement touchée et seuls les locaux abritant les produits finis ont été consumés par le feu. Des témoins oculaires, notamment les habitants de Haouch Khemisti, ont affirmé que les pompiers ont mis un peu plus d'une demi-heure pour arriver sur les lieux et se sont présentés à l'usine en feu avec un seul camion-citerne.
Une information qui sera démentie par un sapeur-pompier qui a indiqué que l'intervention de la Protection civile s'est faite aussitôt après la signalisation de l'incendie. Selon des employés rencontrés sur place, les principales machines de l'unité ont été épargnées, précisant toutefois que les dégâts sont énormes. “Il est tôt de calculer le préjudice causé par l'incendie, mais on parle de plusieurs milliards de dinars”, estiment nos interlocuteurs. Par ailleurs, les citoyens du bidonville de Haouch Khemisti dit Les Trois-Caves, jouxtant l'usine SGT, ont vécu une matinée mouvementée. L'un d'eux raconte : “Nous avons sursauté de nos lits vers 6h du matin après la série d'explosions qui a suivi l'incendie. C'était terrifiant !” précise Sofiane.
D'autres témoins ont affirmé que les habitants ont fui les lieux de peur que leurs maisons de fortune ne soient atteintes par les flammes attisées par les vents violents de cette nuit. Mourad et ses deux frères habitant depuis une trentaine d'années dans ce bidonville coincé entre une usine de céramique et une usine de plastique, étaient exaspérés par la fumée qui se dégageait de l'usine. Un bidonville de plus de 86 familles qui attend d'être rasé par les autorités locales de Rouiba. Sur les murs en tôle de ces baraques envahies par la fumée de l'usine, des affiches des candidats pour les APC sont fraîchement collées et appellent les habitants des Trois-Caves à voter pour eux. “Ça nous fait rire, les élus se rappellent de nous lorsqu'il y a des élections”, lance Mourad.
M. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.