LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie aspire à renforcer ses relations avec la Russie pour les hisser au niveau de l'entente politique    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Résonances autour d'une année de contestations    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sarkozy joue la carte marocaine alliée au wahhabisme
L'islam de France
Publié dans Liberté le 10 - 06 - 2008

Paralysé par les querelles entre ses composantes, le Conseil français du culte musulman (CFCM), version Boubakeur, n'avait pas réussi à s'imposer comme l'instance de l'islam de France et la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP) a, en outre, boycotté le scrutin au motif qu'il privilégiait la coalition UOF-RMF avec son système de voix distribuées en fonction de “la surface des salles de prières”.
Le successeur de Dalil Boubakeur, actuel président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et recteur de la mosquée de Paris, sera probablement Mohamed Moussaoui dont l'association, le Rassemblement des musulmans de France (RMF), vient de remporter les élections destinées à renouveler cette instance.
C'est un imam marocain boosté par la puissante Union des organisations islamiques de France (UOIF) des Frères musulmans, laquelle n'avait pas présenté de candidats pour ne pas effaroucher les Français qui l'accusent de n'être que le porte-parole de l'islam wahhabite. L'UOIF croule, en effet, sous les dons qui lui parviennent du Moyen-Orient. Paralysé par les querelles entre ses composantes, le CFCM, version Boubakeur, n'avait pas réussi à s'imposer comme l'instance de l'islam de France et la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (FNGMP) a, en outre, boycotté le scrutin au motif qu'il privilégiait la coalition UOF-RMF avec son système de voix distribuées en fonction de “la surface des salles de prières” (!). Une disposition inédite, prise par le président français, Nicolas Sarkozy, lorsqu'il était ministre des Cultes. Le RMF, qui succédera à la FNGMP, a donc remporté, dimanche 8 juin, les élections pour le renouvellement des instances du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui avaient été boycottées par la tendance Dalil Boubakeur, proche d'une Algérie qui, apparemment, n'aurait pas mis tous les moyens indispensables à son rayonnement. Le RMF a obtenu 43,2% des suffrages, devant des candidats “indépendants” soutenus également par l'UOIF, et les musulmans turcs. 4 666 délégués étaient inscrits pour ce vote et la participation a été de 81%.
Il s'agissait d'élire les 25 conseils régionaux du culte musulman qui, à leur tour, vont élire le bureau exécutif et le président du CFCM le 22 juin. Le Rassemblement prend ses ordres du ministère des Habous et des Affaires islamiques du Maroc et chez les wahhabites pour alimenter ses caisses. L'ambassade du Maroc à Paris devait soutenir activement son poulain pendant la campagne électorale, en position favorable pour remporter le poste de président du CFCM. Pour effacer les pistes, Mohamed Moussaoui promet de normaliser le CFCM en s'attaquant aux problèmes que doit affronter la deuxième religion de France et ses 5 millions de fidèles, comme la formation des imams, la construction de nouvelles mosquées et l'organisation des pèlerinages à La Mecque. Des problèmes nés, en réalité, de dissensions alimentées au sein du CFCM pour justement exclure l'Algérie.
“C'est un nouveau départ”, a déclaré Haydar Demiryurek, le responsable du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), qui occupait le poste de coordinateur au sein du CFCM Boubakeur ! Le CFCM était paralysé, depuis sa création en 2003, par des manœuvres contre son président Dalil Boubakeur, que ses détracteurs accusaient d'avoir été mis à la tête de l'institution par le ministre de l'Intérieur français. Si c'est le cas, il faudra alors se demander pourquoi Sarkozy n'est pas intervenu cette fois-ci ?
Pourtant, la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris, même si elle n'occupe que 15% de la surface cultuelle en France, elle se présente toujours comme l'organisation musulmane la plus ancienne et la mieux établie.
D. Bouatta


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.