Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux médailles, puis… le désert
Le rideau est tombé hier sur les Jeux olympiques
Publié dans Liberté le 25 - 08 - 2008

Avec plus de soixante athlètes, l'Algérie a récolté deux distinctions, une en argent et une en bronze, dans cette participation aux Jeux olympiques, marquée par le scandale de l'athlétisme dans l'affaire du 5000 m.
Si le judo a réussi une belle participation avec les premières médailles olympiques de son histoire, les autres disciplines potentiellement médaillables demeurent éloignées des objectifs qu'elles s'étaient fixés, notamment l'athlétisme et la boxe. Le travail a fini par payer pour la Fédération algérienne de judo. La stabilité qu'a connue l'instance de Mohamed Méridja, ces dernières années, a été payante.
Judo : le travail et la stabilité
Les médailles de bronze et d'argent, remportées respectivement par Soraya Haddad et Amar Benyekhlef, ne sont pas le fruit du hasard ou la conséquence d'un travail individuel dû à un talent exceptionnel, mais le résultat d'une œuvre de longue haleine qui a nécessité beaucoup de moyens. De l'avis de tous les concernés, de Mohamed Méridja au directeur technique national, Nacer Ouarab, en passant par les deux entraîneurs nationaux des filles et des garçons, en l'occurrence Hamid Chaâlal et Ahmed Moussa, la stabilité qu'a connue la fédération cette dernière décennie à tous les niveaux est la cause directe de ces résultats. Cela a permis de travailler sereinement en toute quiétude. L'Algérie qui domine le judo africain depuis plus d'une dizaine d'années a fini par passer au palier supérieur en gagnant des médailles olympiques. Cela avait commencé dès les Championnats du monde de 2003 en égypte avec les médailles d'Abderrahmane Benamadi et Soraya Haddad. Les prémices de médailles olympiques commencent à se dessiner. La récente médaille de bronze de la Béjaouie au tournoi de Paris, qui constitue une véritable revue d'effectif avant les Jeux olympiques, a confirmé la montée en puissance du judo algérien. La consécration a eu lieu ici à Pékin.
Le scandale de l'athlétisme
Cette édition des Jeux olympiques restera incontestablement comme un mauvais souvenir pour l'athlétisme algérien, lequel outre des résultats catastrophiques, a été éclaboussé par le scandale du 5000 m. On ne sait par quel raisonnement, les responsables, qui avaient financé la préparation de l'athlète Khoudir Aggoune pour cette distance, lequel a réalisé les minimas A, ont décidé d'engager à sa place un autre, Saïdi-Sief Ali, avec un minima B. Conséquence, Aggoune a refusé de courir le 10000 m dans lequel il avait été inscrit à son insu, et provoque un véritable scandale dans la capitale chinoise. L'absence d'un véritable chef de mission pour l'athlétisme, après le refus du directeur technique national, Boubrit, de rallier Pékin, a inévitablement contribué à compliquer la situation, bien qu'un intérimaire, Mohamed Hocine, ait été désigné pour le suppléer. Résultat, Aggoune a fait le déplacement en Chine pour rien, et Saïdi-Sief Ali est passé complètement à côté de son sujet dans le 5000 m qu'il a couru. Avec les 14'15'' réalisés, il n'a fait que raviver les critiques en direction de la fédération. Il a, en effet, confirmé que le choix de la FAA n'était pas juste. Voilà une affaire qui ne doit pas rester sans suites. La balle est dans le camp de la tutelle. Par ailleurs, les déceptions n'ont pas manqué, surtout dans le 1500 m hommes. à signaler la révélation du 800 m, Nadjim Manseur, qui nécessite une prise en charge rapide.
Les ratages et les espoirs de la boxe
Sept boxeurs algériens ont fait le déplacement de Pékin et rentreront bredouilles à Alger. Si les résultats sont logiques pour un certain nombre d'entre eux, soit en raison de leur inexpérience ou de leur niveau pas assez élevé pour rivaliser avec les meilleurs, d'autres ont été victimes de l'arbitrage, ou de leur excès de confiance. L'on citera Benchebla et Chadi qui, en dépit de tout leur talent, ont fait les frais d'un arbitrage maison. Le nombre de fois où l'on voyait nos deux boxeurs adresser des coups comptabilisables à leurs adversaires, alors que les référés les attribuaient à ces derniers étaient fort nombreux. Naoufel Ouatah a été, quant à lui, victime de son excès de confiance et du tapage qui a été fait au sujet de son niveau, prétendument élevé. Les déclarations fracassantes, qu'il a faites à son arrivée à Pékin, dans lesquelles il affirmait qu'il allait remporter l'or ne lui ont sûrement pas rendu service. Ceci étant, l'accession de trois pugilistes aux quarts de finale, tous prometteurs, devrait être perçue comme une satisfaction. Le travail doit se poursuivre, si on veut récolter des médailles à Londres en 2012.
L'important, c'est la participation pour les autres
Quant aux autres disciplines, cyclisme, tennis de table, escrime, volley-ball, natation, aviron…, l'important c'était la participation, car on ne pouvait rien espérer d'eux en raison de leur niveau tout juste compétitif à l'échelle régionale ou continentale. Ce sont des athlètes qui ont réussi les minimas ou gagné leurs qualifications, ouvrant droit à une participation.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.