Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On est plus au moins influencé par l'art occidental»
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 06 - 2012

L'artiste calligraphe japonaise Koshun Masunaga a souligné, mercredi dernier, que la calligraphie japonaise est un art traditionnel originaire de Chine introduit au Japon avec l'apparition des caractères japonais et qui, aujourd'hui, a effectué son propre développement avec l'évolution de la modernisation et la diversité des cultures. Elle fera savoir également que la majorité des jeunes amateurs sont, aujourd'hui, plus au moins influencé par cette diversité culturelle.
Lors d'une conférence sur le développement de la calligraphie japonaise, tenue à l'hôtel Mazafran de Zéralda dans le cadre du 4e Festival culturel international de la calligraphie arabe qui s'est tenu du 29 mai au 07 juin au Musée national de l'enluminure, de la miniature et de la calligraphie (Palais Mustapha Pacha, Alger), le Pr Koshun Masunaga a indiqué que la plupart des jeunes amateurs sont, aujourd'hui, plus au moins influencés par l'art occidental. Tout en créant leur nouveau monde et leur nouvel horizon. La conférencière a précisé, à ce titre, que, parmi ces calligraphes amateurs, certains avaient la passion d'écrire leurs œuvres tout en s'inspirant des œuvres de célèbres maîtres de la calligraphie japonaise et certains poètes. Pour ce qui est de l'utilisation de la calligraphie moderne, l'oratrice a précisé, par ailleurs, que cet art est pratiqué dans différents domaines de la création et dans les spots publicitaires et décoration. «Aujourd'hui, cet art est très apprécié au Japon d'autant plus que son enseignement est obligatoire dans les établissements scolaires dans les cycles primaire, secondaire et même universitaire. Je dirais que les enfants japonais commencent l'apprentissage de la calligraphie à l'école primaire », a-t-elle révélé. L'oratrice fera savoir également que de nombreux événements sont consacrés à la calligraphie au Japon ; des concours récompensant les calligraphes les plus doués sont, par exemple, organisés pour chaque nouvelle année, comme le sanctuaire Kitano Tenman-gû à Kyôto. Abordant l'histoire de la calligraphie japonaise, Masunaga a rappelé que cet art, qui reste populaire au Japon, et les caractères chinois, appelés Kanji en Japonais, seraient apparus vers 1700 avant J.C. soulignant, dans ce contexte, que la calligraphie dépend profondément au départ de modèles chinois. «Mais c'est à partir du Xe siècle que la calligraphie évolue vers un style japonais propre, le Wayô, notamment avec la création des caractères simplifiés dits Kana», a précisé l'interlocutrice. Elle a indiqué aussi que, parmi les styles de calligraphie les plus utilisés par les calligraphes japonais, il y a le Hiragana et le Kanji en caractère chinois. Elle a tout de même souligné que le style Souboku n'est pas seulement de la calligraphie mais aussi des dessins remplis de vies éclatantes de toutes les créatures. Pour elle, cet art est très apprécié au Japon ainsi qu'à l'étranger et a joué un rôle important pour la propagation de la culture japonaise à travers le monde.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.