Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'étonnant Monsieur Martinez
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 06 - 2012

Du 8 juin, qui coïncide avec la Journée de l'artiste, jusqu'au 11 du même mois, l'artiste Hachemi Ameur, directeur de l'Ecole nationale des beaux-arts de Mostaganem, réitère un geste immense qui tient du miracle.
En effet, l'on se demande encore comment fait ce personnage attachant pour réunir des dizaines d'artistes venus d'horizons divers pour une rencontre annuelle qui tend à se transformer en grand- messe des arts dans cette ville, devenue à chaque mois de juin un événement incontournable, construit sur une rencontre régulière autour de l'art contemporain avec des expositions diverses, des débats, conférences, workshops, échanges divers. Pour cette année, autour de l'art contemporain et de l'interrogation sur la mémoire, du 8 au 11 juin, la rencontre s'est voulue internationale, largement ouverte aux pays arabes et à l'Europe. Des spécialistes, théoriciens et praticiens sont venus de Palestine, de Tunisie, du Maroc, du Bahreïn, du Yémen, de France, de Belgique... «Most'art» est cette année dédié à l'immense Denis Martinez qui parraine l'édition, organise un workshop qui fait écho avec celui réalisé dernièrement avec des étudiants de cette structure qui promet de bien belles choses en capitale mostaganémoise. «Tracto M'zoueq» est donc un événement réalisé sur un tractopelle immense, peint de mille et une nuances, points de départ et points d'arrivée. Denis Martinez, accompagné d'une flopée d'artistes en devenir, aura catalysé quelques bonnes réactions de ces jeunes pinceaux qui l'ont suivi de près dans un parcours artistique étonnant. L'action était simple, prendre un bulldozer, le peindre en plusieurs parties et en faire un objet magique sur une procession initiatique jusqu'au nouveau chantier de l'Ecole des beaux-arts en gestation. Les fins limiers auront apprécié l'humour décalé de ce «bull» taureau de fer quand on sait que Maâlem Bahaz, de Diwane Blida, n'est jamais loin de Denis Martinez pour quelques bonnes lampées de gnawi pur jus. Le sacrifice d'un taureau noir s'est donc, par les arts, transformé en «voyage» d'un symbolique animal de fer... L'on se dit alors, où ce plasticien chevronné va chercher ses idées !? Pour transformer un objet usuel en cérémonial puissant. Cette rencontre avec les étudiants et les âmes damnées a laissé aussi le champ à des projections de films en compagnie de Dominique Devigne, de Claude Hirsch avec des conférences-débats à la clé, à l'exemple de la galeriste Karima Celestin, qui a évoqué «Une passion ou le parcours d'une galeriste», qui sera suivie par le très discutable théoricien contrarié, Ali El-Hadj Tahar, partant sur des envolées terribles autour de «L'art algérien et les défis de la modernité», Dalila Morsly et son ombre bienveillante...Le reste sera laissé à une très belle expérience partagée avec Philippe Foulquier qui avait eu à créer et à gérer l'immense Friche Belle de Mai de Marseille, un lieu désaffecté transformé en lieu miraculeux de production de culture, un exemple à suivre. «Quand l'art contemporain revisite le patrimoine» a été un thème abordé par Mme Florence Morali. On aura noté aussi la présence de la star du design industriel, Abdelkader Abdi, qui est venu partager une somme d'expériences sur une «leçon» de design en compagnie d'une assemblée nombreuse curieuse de connaître sa démarche. Les expositions se sont suivies et ne se ressemblaient point avec des concours divers pour des jeunes élèves de collège primés à la fin de l'événement, des concerts de musiques avec la présence d'artistes comme la jazzwomen Keiko Nimsay, ainsi que des plasticiens venus d'horizons divers comme Karim Sergoua, Mustapha Guerziz, Kheira Slimani, Ouattou Abderahmane, Mustapha Sedjal, qui ont animé divers ateliers de création en compagnie d'artistes en devenir de l'Ecole des beaux-arts de Mostaganem. Une grande exposition a aussi réuni un aréopage d'artistes venus des pays cités plus haut en compagnie d'artistes venus de toute l'Algérie, de Maghnia à Annaba, en passant par le Sud algérien. Avec Rachid Djemaï, Moussa Bourdine, Rachid Akkache, pour chacun, une fresque offerte aux regards du public et une exposition de peintures et de sculptures, montée à la maison de la Culture Ould-Abderahamane-Kaki, tout cela en compagnie de la dynamique Direction de la culture de Mosta, avec Fathy Bourayou, Tidjani Benlarbi, Ali Silem, Samia Skenazene, Kamel Yahiaoui, Salah Hioun, Myriam Aït El Hara, Yamo, Bakli, Saïd Chender, Mustapha Nedjaï, Anissa Aïdoud, Saïd Debladji, Stambouli et de nombreux autres plasticiens qui nous excuseront de l'omission. Il va sans dire que cette rencontre autour de l'art contemporain continue malgré ses manques de créer une grande émulation avec une présence régulière, un accueil bon enfant et une volonté de fer d'établir le didactique comme moyen de faire connaître et apprécier les arts différents sur des concepts simples d'échanges d'expériences, ce qui, avec les milliards dépensés dans les grandes capitales et dans les structures censées êtres plus professionnelles, n'est jamais arrivé. Réunir des intellectuels, des praticiens de tous bords sans frictions et sans massacres reste un délicat exercice qui a été réussi par le sémillant Hachemi Ameur. L'alchimie n'est pas gratuite, elle relève du bon sens et de la bonne gestion, le résultat se compte au mérite. Souhaitons donc à Most'art longue route, et rendez-vous est pris à la prochaine édition. «Most'art». Rencontre internationale d'art contemporain de Mostaganem, du 8 au 11 juin 2012, avec l'Association des beaux-arts de Mostaganem Mohamed-Khadda et la direction de la Culture de Mostaganem.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.