Ouverture à la circulation automobile du tronçon routier El-Hamdania-Médéa    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Le ministre hongrois des AE souhaite le renforcement des relations économiques bilatérales    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Foot/ Qualifications CAN-2021: programme des 3e et 4e journées    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    ZLECAf : Rezig prend part à la réunion préparatoire    Conférence nationale sur l'œuvre de Malek Bennabi: les participants appellent à réhabiliter sa pensée    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    2 décès et 287 nouveaux cas    La mercuriale en roue libre à Sétif    Succès annoncé pour le colosse électrique    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Le Vote Des Expatriés En Question    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand un candidat à la dernière élection présidentielle viole les lois de la République !
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 11 - 2014

L'ex-candidat à l'élection présidentielle du mois d'avril 2014, Rachid Nekkaz, a été arrêté par les forces de sécurité à Seddouk, wilaya de Béjaïa. L'information de son interpellation a été donnée sur son propre «Facebook» avant qu'elle ne soit reprise par plusieurs réseaux sociaux et sites électroniques d'informations.
L'ex-candidat aux élections présidentielles du mois d'avril 2014 a entamé le 1er novembre dernier, une marche à travers l'ensemble des wilayas du pays pour réclamer selon lui, un changement pacifique. Profitant de la célébration des cérémonies du 1er Novembre, Rachid Nekkaz a choisi la ville de Khenchela, berceau de la révolution de la lutte armée pour débuter son périple à travers l'ensemble du territoire national. Sa marche devait prendre fin le 28 de ce mois à Alger, plus précisément devant la Grande-Poste. «Je donne rendez-vous aux citoyens qui n'avaient pas pu participer avec moi à la marche, le vendredi 28 novembre 2014 à 17h». Ce n'est pas hasard que Rachid Nekkaz a choisi la date du 28 novembre 2014 pour organiser son rassemblement à Alger. Sachant qu'il ne pourrait pas rassembler beaucoup de monde dans un jour ouvrable, le candidat aux précédentes élections présidentielles a choisi ce jour «vendredi» de la grande prière «Al Djoumouaa». En plus des badauds, Rachid Nekkaz compte sur les militants de l'ex-FIS qui profitent de n'importe quel événement ou des appels à manifester pour tenter de sortir dans la rue à partir de la mosquée d'Al Wafa Bi Al Ahd à Kouba. Revenons à la marche initiée par M. Nekkaz pour signaler que pas plus de 5 personnes ont assisté au coup d'envoi donné devant la mosquée Ibn Badis situé au centre-ville de Khenchela. Après avoir parcouru plusieurs wilayas de l'Est algérien, Rachid Nekaz a été interpellé jeudi 13 novembre alors qu'il se trouvait à Seddouk, wilaya de Béjaïa. C'est d'ailleurs lui-même qui a donné l'information de son interpellation le jeudi à 17h, certainement par le biais de son téléphone-portable IPhone, si ce n'est pas une autre personne ayant l'accès à sa page Facebook. «Emprisonnés à Seddouk (W. Bejaïa), nous avons été accueillis dans la ville par le commissaire de police qui nous a mis immédiatement en état d'arrestation devant la population en plein centre-ville», a-t-on lu sur la page Facebook de M. Rachid Nekkaz. Sur la même page nous pouvons encore lire, je cite : «Nous sommes emprisonnés jusqu'à samedi au moins, où nous devrons rencontrer le procureur d'Akbou. J'expliquais à une personne en voiture les objectifs de cette marche pacifique jusqu'à Alger (Grande Poste) le 28 novembre à 17h ainsi que ses objectifs de cette marche pacifique jusqu'à Alger. Après 13 jours de marche continue, soit plus de 400 km, il semble que certaines autorités cherchent à nous dissuader d'aller jusqu'au bout. Quels que soient les obstacles, personne ne nous empêchera d'aller jusqu'au bout de cette marche pour un changement pacifique en Algérie à l'occasion du soixantième anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er novembre 1954», fin de citation. Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons pris attache avec la cellule de communication et des relations publiques qui n'ont pas souhaité s'exprimer à ce sujet. En somme, Rachid Nekkaz ne savait certainement pas qu'en sa qualité de personnalité politique et ancien candidat aux dernières présidentielles, il est tenu avant n'importe quel citoyen de respecter les lois de la République. Pourtant en France où il a longtemps vécu, il n'aurait jamais tenté d'organiser une manifestation non autorisée, car il savait très bien qu'il répondrait immédiatement de son acte devant la justice. De toute manière, Rachid Nekkaz devrait savoir qu'en Algérie également, il y a des lois et une justice pour faire respecter les lois de la République. Il devrait certainement présenter devant le parquet ce dimanche pour plusieurs délits dont, attroupement, troubles à l'ordre public et incitation à la rébellion.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.