«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Coordination des mouvements de l'Azawad salue les efforts de l'Algérie pour la paix au Mali
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 05 - 2015

Le président de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), Nabil Ag Cherif, a salué jeudi à Alger les efforts «colossaux» de l'Algérie et de la médiation internationale pour rétablir la paix et la sécurité au Mali. S'exprimant lors d'un point de presse après avoir paraphé lui-même l'accord de paix et de réconciliation au Mali, M. Ag Cherif a tenu à rendre un hommage particulier à l'Algérie et à la médiation internationale pour avoir œuvré, pendant près d'une année, pour une paix «juste et durable» au Mali.
Il a, à cette occasion, qualifié d'«engagement politique» l'accord de paix et de réconciliation, paraphé en mars dernier par le gouvernement et les mouvements engagés dans la plateforme d'Alger, à savoir le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR). A une question sur l'intention de la CMA de faire partie des signataires, hier, à Bamako, de l'accord final de paix et de réconciliation, Ag Cherif a fait savoir que la Coordination avait présenté un ensemble de points et d'observations, dont «la majorité a été prise en considération». Il a, toutefois, précisé que «les points restants doivent être satisfaits pour que la CMA signe l'accord final». «Un accord final signifie que toutes les revendications de toutes les parties prenantes ont été prises en charge. Il reste encore certains points que la CMA avait présentés mais qui n'ont pas encore été pris en considération», a-t-il expliqué devant les représentants de la médiation internationale élargie, dont l'Algérie est chef de file. «Nous, CMA, sommes pour le cadre général de l'accord conclu à Alger mais certains points méritent d'être discutés», a-t-il soutenu. De son côté, le représentant du gouvernement malien, Cisse Dicko, a indiqué que l'accord final était «le fruit d'un travail de plus de neuf mois et de beaucoup d'efforts de la part de l'Algérie et de la médiation internationale». Il a, dans ce sens, affirmé que le gouvernement malien était «prêt» à discuter avec la CMA, ajoutant que la signature de l'accord final constituerait un «nouveau départ» pour son pays et un «rendez-vous historique» pour l'ensemble des Maliens. «La conclusion d'un accord (de paix et de réconciliation) constitue une étape importante mais le plus important c'est sa mise en œuvre», a ajouté M. Cisse Dicko. Lamamra : «Le paraphe de l'accord d'Alger par la CMA jette les fondations de la paix au Mali» Le paraphe par la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) jeudi à Alger de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, jette les fondations de la paix dans ce pays, a indiqué jeudi le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. «Nous nous réjouissons que cet effort collectif ait abouti et que des perspectives heureuses sont ouvertes pour le Mali», a déclaré M. Lamamra après le paraphe de l'accord par le président de la CMA, Bilal Ag Cherif. Il a souligné que «la mission qui a été confiée à la diplomatie algérienne à travers l'équipe internationale de médiation est accomplie parce que les fondations de la paix (au Mali) sont posées». A ce propos, il a appelé «tous les acteurs à faire en sorte que l'édifice de la paix soit construit», ajoutant que le paraphe par la Coordination des mouvements de l'Azawad de l'accord d'Alger, apporterait la foi en un avenir radieux pour le Mali. Le ministre a informé, à l'occasion, que l'équipe de médiation conduite par l'Algérie, travaillait pour la paix, pour la sécurité et le bien-être de la population du nord du Mali. Evoquant les actes de violences survenus récemment dans le Nord malien, M. Lamamra a déploré ces incidents lesquels, a-t-il affirmé, «suscitent une vive préoccupation», estimant que «les effusions de sang et les confrontations ne profitent qu'au terrorisme et au crime organisé». «L'accord paraphé par les parties maliennes ne fait qu'indiquer la voie à suivre et il appartient aux Maliens de se mobiliser afin que ces voies indiquées se transforment en chantiers qui permettront de réaliser les changements espérés par la population malienne», a-t-il dit. Concernant la signature de l'accord vendredi à Bamako, le ministre a souhaité de voir la CMA joindre les signataires au «moment opportun». La CMA regroupant le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) qui a paraphé l'accord de paix et de réconciliation au Mali, avait demandé le 1er mars dernier «une pause» pour consulter leur base militante avant de le faire. Le document avait été déjà paraphé le 1er mars dernier par le gouvernement et les mouvements engagés dans la plateforme d'Alger, à savoir le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR). La signature officielle de l'accord de paix et de la réconciliation inter-malien était prévue vendredi à Bamako.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.